Skip to the main content

N’importe qui peut devenir un réfugié; personne ne choisit d’être un réfugié

Lorsqu’un pays est en guerre, ses citoyens peuvent éprouver des difficultés à le quitter... Les gens perdent tout et quittent leurs demeures afin de fuir vers les pays avoisinants. Ou ils restent et font le tour du pays en attendant de pouvoir rentrer chez eux.

Les gens de chacune de ces catégories vivent des défis différents. Le plus grand défi à surmonter, et certainement celui dont nous avons tous déjà fait l’expérience, est la peur.

Réflexions sur les entrevues d'histoire orale des réfugiés du Printemps de Prague

En tant que stagiaire en recherche du Musée canadien de l'immigration du Quai 21, ainsi qu'en tant que diplômée en histoire et titulaire d'une maîtrise en bibliothéconomie et en information, j'ai pu côtoyer des informations historiques à bien des occasions. De plus, comme je suis la petite-fille d’immigrants néerlandais arrivés au Canada après la Seconde Guerre mondiale, il n'y a rien que j'aime plus qu'entendre les histoires personnelles des autres!

Réflexions au sujet d'une porte verte I : Nouveaux départs

« Je connais cette porte. » La pensée était presque écrasante. D'une façon ou d'une autre, j'avais été catapulté mentalement 47 ans dans le passé et mon cerveau répétait sans cesse : « Je connais cette porte. Sa place est ici, presque dans cette position, mais pas tout à fait... » Comment quelqu'un peut-il « connaître » une porte?

Pages