Skip to the main content

Réflexions au sujet d'une porte verte I : Nouveaux départs

« Je connais cette porte. » La pensée était presque écrasante. D'une façon ou d'une autre, j'avais été catapulté mentalement 47 ans dans le passé et mon cerveau répétait sans cesse : « Je connais cette porte. Sa place est ici, presque dans cette position, mais pas tout à fait... » Comment quelqu'un peut-il « connaître » une porte?

Signes d'autonomie dans les récits de réfugiés

Lorsque les gens vivent des situations extrêmes, comme la guerre, ils font face à des forces hors de leur contrôle. Mais ils font aussi des choix. Dans ce blogue, je parle de l'autonomie individuelle ou de la capacité à « changer ou à influencer les événements ou à faire des choix qui modifient le cours de l'histoire ».[1] Il est important de parler de la capacité d'agir, parce qu'il existe une perception sans fondement voulant que les réfugiés n'aient pas de pouvoir de décision sur ce qui se passe dans leur vie.

Mes dix dernières années en tant qu'immigrante au Canada travaillant dans un musée de l'immigration

Au Musée canadien de l'immigration du Quai 21, nous recueillons et racontons les histoires des immigrants qui sont venus et qui continuent de venir au Canada pour se faire un nouveau foyer.

Quelques-unes de ces histoires sont utilisées dans les expositions permanentes, en ligne et dans les expositions itinérantes actuelles et futures. Tout récemment, nous avons accueilli notre exposition itinérante, Canada : Jour 1.

Pages