Skip to the main content

Un rencontre parfaite sur l’Atlantique Nord

Deux photos en noir et blanc mises côte à côte. Elles montrent un jeune homme en costume et une jeune femme aux cheveux bouclés portant une robe et un collier.

Le jeune Martin Christensen (gauche), la jeune Catherine Christensen (droit).

Nous entendons des histoires innombrables sur le mal de mer de nos visiteurs du Musée qui ont traversé l'Atlantique et sont arrivés pour la première fois au Quai 21. Aujourd’hui, ils rient tous à ce sujet mais ajoutent souvent qu'ils n'ont pas été sur un bateau depuis et n'ont aucun intérêt à répéter cette aventure nauséeuse. Bien que cela commence avec le mal de mer d’une jeune fille, ce n'est pas l’une de ces histoires.

C’est plutôt celle d’un chagrin d'amour et de deux jeunes gens issus de mondes très différents qui se sont rencontrés alors qu’ils voyageaient à bord du Empress of France en décembre 1948. Catherine Christensen décrit ici la rencontre et l’histoire du couple dans l'Atlantique Nord :

« Martin et moi nous sommes rencontrés le 21 décembre 1948. Au cours de la soirée je me suis sentie nauséeuse et j’avais mal à l’estomac. Au petit matin, j'avais besoin d'air frais et j’ai couru de ma chambre pour aller sur le pont. Comme je sortais de ma chambre, je suis tombée sur ce grand beau gars et j’ai dit : « Je suis malade ! » Il a souri, et j'ai couru à l'étage jusqu’au pont. Comment pouvais-je savoir que ce bel homme sur lequel j’étais tombée allait devenir plus tard mon mari, un Danois du nom de Martin ?

Dans la soirée, Martin m’a saluée, a fait claquer ses talons en face de moi et m’a dit : « Danse ? » Nous avons dansé, puis il m’a dit: « Je viens Danemark-vous ? » J'ai dit « Écosse ». Et ce fut la fin de notre conversation. Martin m'a emmenée à la salle de première classe où nous étions assis sur un magnifique canapé et nous nous sommes tenu les mains. Tout d'un coup, quatre hommes en kilt sont venus vers nous. Ils s’appelaient The Curlers (les bigoudis) et allaient se produire au Canada. Martin a mis son bras autour de moi. Ils l’ont regardé tout en maintenant du gui au-dessus de nos têtes et ont dit: « Embrasse la jeune fille ». Il ne les a pas compris et j'étais trop timide pour l'embrasser. Ils sont venus et ont rapproché nos deux têtes. Ce fut notre magnifique premier baiser.

Nous avons apprécié la compagnie de l’un et l’autre tout au long de notre voyage. Nous avons fait de nombreuses promenades autour du pont, nous avons vu des films, avons chanté des chansons avec le groupe et tout le monde autour de nous. C’était toujours des moments joyeux.

Portrait en couleur d'un homme et d'une femme qui se tiennent debout derrière une chaise bleue. Ils se tiennent la main sur la chaise. L'homme porte un costume et une cravate rouge, la femme porte une blouse d'un rose tendre et l'arrière-plan est bleu.

Martin et Catherine Christensen

Martin a quitté l’Empress of France le 28 décembre 1948 à Halifax, au Canada. Nous allions découvrir notre nouveau pays et notre nouvelle vie, mais dans des directions différentes. Il est parti pour Vancouver et j'ai continué par bateau jusqu’à St-John, au Nouveau-Brunswick, et je suis partie pour New York par le train, où ma famille et moi nous sommes installées.

Martin et moi avons correspondu pendant trois ans et en janvier 1952, Martin est venu aux États-Unis, puis nous nous sommes mariés le 21 juin 1952. »

M. et Mme Christensen ont visité le Quai 21 à l'été 1999, alors que le Musée était exactement comme autrefois et ont partagé leur histoire étonnante avec nous. Ils résident toujours aux États-Unis et sont les fiers parents de trois enfants et sept petits-enfants. Ils sont aussi heureux qu'ils l’étaient le jour où ils se sont mariés.