Skip to the main content

La cloison de quarantaine des uns est le fort des autres

Au mois de décembre 1928, Vita Seidler a émigré de la Russie avec sa mère et ses frères et sœurs. Ils venaient rejoindre le père de la famille qui habitait à Montréal. Peu de temps après, la jeune Vita a attrapé la rougeole.

« ... Mon père est venu à notre rencontre à Montréal... Ah, quelle excitation! Je suis débarquée et nous sommes allés chez un autre cousin, chez qui nous sommes restés, explique Vita. Ils avaient un lit à deux places. Il y avait mon cousin et sa femme, mon petit frère et moi, et mon frère Lou. Nous partagions le même lit.

« Il n’y avait nulle part où dormir parce que mon père prenait ce qu’ils appelaient à l’époque - c’était un divan, mais ils appelaient ça une chaise longue. C’est là qu’il a dormi pendant un certain temps, et bon...

« Je suis restée là une semaine, puis j’ai développé la rougeole.

« J’ai eu de la chance. Si j’avais attrapé ça à bord, ils m’auraient jetée par-dessus bord! Puis mon petit frère l’a aussi attrapée. C’est donc là que nous avons eu la rougeole. Nous avons eu de la chance. »

J’aime la façon positive dont Vita perçoit le fait d’avoir eu la rougeole, une maladie horrible qui était encore très dangereuse dans les années 1920.

« J’ai été malade pendant un bon bout de temps. Pendant cette période, on ne vous laissait pas sortir. Vous étiez en quarantaine, vous ne pouviez pas vous mêler aux autres. Ils n’avaient pas grand-chose pour vous... mais je m’en fichais, parce qu’on me donnait à manger... Mon cousin et sa femme avaient installé un drap descendant du plafond, pour nous séparer. Nous dormions tous les trois dans l’autre lit, dans l’autre moitié du lit. Je me souviens de ça. Je m’amusais à agacer mon cousin : "Tu dors avec une fille!" »

Encore une fois, lorsque les gens se souviennent d’avoir été mis en quarantaine dans leur enfance, les souvenirs qui en ressortent sont presque toujours positifs. Vita a écrit :

« Vous voyez, ce sont les petites choses dont je me souviens, parce que, je suppose... certaines libertés indescriptibles sont... certains fardeaux qui vous sont enlevés. »

Et Vita, s’en est-elle bien tirée?

« Je ne m’apitoyais pas sur mon sort. Plutôt, mes cousins qui parlaient à peine anglais m’ont dit : "Tu vas devoir apprendre l’anglais si tu veux aller à l’école." J’ai donc répondu : "Alors apprenez-moi quelques mots." L’un d’eux m’a dit : "Si les gens te demandent ‘comment vas-tu, Vita’, tu dois répondre ‘okay’." Donc, tout le monde dit que mon premier mot a été "okay". »

Très bien Vita, merci de nous avoir rappelé que la cloison de salle de quarantaine des uns peut devenir le fort des autres.

Musée canadien de l’immigration du Quai 21 (02.10.20VS)