Skip to the main content

Qui considérez-vous comme faisant partie de votre famille?

Pendant des générations, des familles sont arrivées au Canada à titre d’immigrants. C’est un voyage qui a changé la vie des gens de façon majeure. Mais, en quoi consiste ce voyage? C’est un voyage qui implique non seulement un déplacement physique, arriver par bateau ou par avion, mais aussi un processus de préparation au voyage et le fait de devoir dire au revoir à sa famille. Certaines personnes immigrent sans espoir de revoir un jour leur pays d’origine, laissant derrière elles toute leur famille proche.

Il faut beaucoup de courage pour s’adapter à une nouvelle société et pour faire face à tous les changements qu’une personne doit apporter pour transposer son mode de vie. Les immigrants ne peuvent pas traverser ce genre de long processus seuls.

Étant moi-même une immigrante qui a reçu une aide considérable après être arrivée au Canada, j’aimerais parler dans ce blogue des amis et des membres de ma famille qui m’ont donné de leur temps, qui m’ont aidé à m’adapter au cadre social et culturel du Canada et, peut-être l’aspect le plus important, qui ont su favoriser un sentiment de communauté.

Depuis mon premier jour au Canada, j’ai eu la chance de recevoir un énorme soutien de la part d’un groupe d’amis. Mon mari, qui a immigré au Canada 8 ans avant moi, s’est fait de nombreux amis qui sont également devenus mes amis. Ils se sont attelés à la tâche difficile de faire en sorte que je ne me sente pas frustrée, confuse ou déçue. Plus j’avais de conversations avec eux, plus j’avais confiance en mon anglais. Ils m’ont donné tous les outils dont j’avais besoin pour quitter mon pays d’origine et faire la transition. Depuis ce temps, nous nous appelons frères et sœurs. Quand mes enfants sont nés, j’ai présenté ces personnes à mes enfants comme étant des membres de ma famille. Mes enfants les appellent maintenant tante ou oncle.

Avec le temps, les enfants grandissent et commencent à se poser des questions au sujet de leur identité. Un jour, mon fils de 11 ans m’a posé la question suivante : « Maman, combien ai-je de tantes et d’oncles? »

Je lui ai répondu : « Tu as cinq tantes et deux oncles de mon côté et cinq tantes et cinq oncles du côté de ton père. » Il voulait comprendre quelle était la différence entre sa famille proche et les amis de la famille.

Il a dit : « Donc maman, cette tante n’est pas une vraie tante? » Et je lui ai répondu : « Mon fils, lorsque j’ai déménagé au Canada, j’ai laissé ma famille proche derrière moi. À mon arrivée, je cherchais à me faire de nouveaux amis. Les gens que tu appelles tes tantes et tes oncles sont les personnes qui m’ont aidé à surmonter ma solitude. Ils m’ont appelée et m’ont demandé comment j’allais. Ils m’ont accordé l’attention dont j’ai besoin pendant cette période stressante. Quand tu es né, ce sont eux qui nous ont aidés à préparer tout ce dont nous avions besoin. Ils sont intervenus lorsque je ne me sentais pas bien et lorsque je n’étais pas en mesure de m’occuper de toi. Tu as beaucoup de chance de faire partie de cette grande famille composée de personnes de toutes les nations et de toutes les cultures. Tu as des tantes et des oncles du continent africain et des Amériques. N’est-ce pas merveilleux? »

Tout récemment, le Musée canadien de l’immigration du Quai 21 a présenté « Liens de famille et appartenance », une exposition temporaire mettant en valeur et interprétant les nombreuses formes de familles : les familles par choix, les familles par association et les familles définies par leur lieu. Cette exposition m’a ouvert les yeux et m’a permis de réfléchir aux personnes qui, selon moi, font partie de ma famille au Canada.

Pour moi, la famille, c’est plus que ma mère, mon père et mes frères et sœurs biologiques. La famille, c’est aussi un ami qui vous demande des nouvelles et qui veut entendre ce que vous avez à dire. La famille, c’est un groupe de personnes qui partagent des rires, de la tristesse, des tragédies, des victoires, des pertes, du regret, du bonheur et des succès.

Des gens souriants autour d’une femme tenant un drapeau canadien et un certificat de citoyenneté canadienne.

Des collègues du Musée fêtent avec Angélique après sa cérémonie de citoyenneté.