Skip to the main content

Points de départ : à la recherche de l’histoire des ethnies et de l’immigration au Canada

Vous êtes donc intéressé à étudier un sujet se rapportant à l’histoire des ethnies et de l’immigration au Canada ? Cette brève présentation vous offrira un survol de ce domaine et vous suggérera quelques points de départ pour vous aider à entreprendre votre recherche.

Durant les premières années du vingtième siècle, au Canada et aux États-Unis, des chercheurs ont commencé à discuter du rôle de l’état dans la formulation de politiques d’immigration et de leur influence sur les arrivants. Ne disposant d’aucun cadre théorique ou conceptuel sur lequel fonder leurs études, des chercheurs américains commencèrent par considérer l’immigration comme un « problème ». Au Canada, les premières études mettaient l’accent sur le peuplement de l’Ouest canadien. L’histoire de l’immigration comme champ de recherche demeura peu connue et fut même à certains moments complètement ignorée dans les deux pays.[1] Durant les années 1930, sociologues et historiens commencèrent à se poser des questions à l’égard du rôle de l’identité ethnique et de l’immigration dans les politiques gouvernementales et de la trame socio-économique de leurs sociétés. Les recherches conservèrent une nature interdisciplinaire, historiens et sociologues recourant à leurs méthodes respectives. À cette époque, beaucoup de travaux conservaient un angle ethnocentrique réduisant ou déclassant les groupes selon les hiérarchies ethniques et raciales dominantes de l’époque. [2]

La recherche américaine influença considérablement l’évolution des travaux portant sur l’histoire canadienne de l’immigration et l’ethnicité. En 1951, l’historien Oscar Handlin de Harvard publia son influente thèse couronnée du prix Pulitzer, Les déracinés (The Uprooted).[3] Dans son livre, Handlin arguait que l’expérience des immigrants venant au Nouveau Monde comportait une rupture avec le passé dans laquelle les immigrants étaient confrontés à l’aliénation, à l’assimilation et au déracinement. Trente ans plus tard, le sociologue Raymond Breton, de l’Université de Toronto, soutenait que la création d’institutions ethniques permettait aux immigrants de conserver la culture et l’héritage de leur pays d’origine. Breton démontrait que les groupes ethniques, y compris les Allemands, les Grecs et les Polonais qui avaient bâti leurs propres salles communautaires, paroisses, entreprises et banques conservaient un haut niveau d’« exhaustivité institutionnelle ». On considérait que les plus petites communautés ethniques maintenaient un faible niveau d’« exhaustivité institutionnelle » parce qu’il leur manquait plusieurs de ces institutions.[4] Au milieu des années 1960, des spécialistes de l’immigration et de l’ethnicité commencèrent à contester les théories de Handlin sur le déracinement. L’historien Rudolph Vecoli de l’Université du Minnesota, montrait que les immigrants « transplantaient » leur identité et leur héritage culturel à leur pays d’accueil. Conséquemment, l’expérience des immigrants venant au Canada et aux États-Unis ne comportait pas de fracture avec leur passé, mais démontrait plutôt que les nouveaux venus conservaient une certaine organisation en choisissant d’immigrer et de s’adapter à leur nouvelle patrie.[5]

Sans une génération de chercheurs tels que Handlin et Vecoli, capables d’étudier les expériences d’immigration autres qu’anglo-irlandaise ou française, les chercheurs canadiens tiraient de l’arrière. Néanmoins, vers la fin des années 1960 et au début des années 1970, l’étude de l’histoire de l’immigration et des communautés ethniques au Canada commença à susciter plus d’intérêt. En partie notamment à cause des recommandations de la Commission royale d’enquête sur le Bilinguisme et le Biculturalisme, de l’introduction d’un système de pointage en 1967 et d’une politique officielle du multiculturalisme en 1971, les chercheurs canadiens s’intéressèrent beaucoup plus activement aux communautés ethniques du pays et aux nouveaux immigrants. L’émergence de l’histoire sociale et l’histoire du passé « de bas en haut » questionnait directement l’histoire nationale conventionnelle, en mettant de l’avant les expériences de travailleurs, de femmes et de nouveaux arrivants autrefois marginalisées dans des articles et des livres portant sur l’histoire du Canada. Les premières études portant sur les communautés ethniques et les immigrants étaient fortement empreintes de piété filiale puisque des « membres des communautés » englobant des chercheurs et des professionnels promouvaient des visions idéalisées d’eux-mêmes et de la contribution des membres de leur communauté à l’égard du Canada.[6]

Au début des années 1980, l’historien Roberto Perin plaidait pour un espace distinct en historiographie pour les immigrants, indépendamment des communautés ethniques. Perin proposait d’utiliser le terme « communautés immigrantes » ou « cultures immigrantes » plutôt que « ethniques ».[7] Durant les trois dernières décennies, la recherche sur l’expérience des immigrants et des communautés ethniques au Canada a continué de se développer à partir des travaux de membres de communautés, d’historiens sociaux et de sociologues intéressés à l’immigration et à l’ethnicité.[8] Durant les dernières années, les chercheurs ont étudié le rôle de l’ethnicité, de la race, de la sexualité, du genre, des déficiences, du mode de vie, de la culture, de la religion, de la politique, de l’idéologie et de l’économie dans les expériences ethniques et d’immigration au Canada. La recherche et l’écriture se poursuivent grâce à des chercheurs explorant de nouvelles avenues dans l’histoire de l’immigration et des ethnies, y compris des travaux portant sur les habitudes alimentaires ethniques, la détention, la déportation, la médecine et les maladies, les coutumes et les enfants immigrants, pour n’en nommer que quelques uns.

Et maintenant, à vous de jouer ! Explorez et mettez en lumière cette riche portion du passé du Canada. La liste qui suit ne se prétend pas exhaustive, mais vous offre un éventail varié de sources qui vous serviront de point de départ pour votre recherche. Bonne chance !

Aperçu de l’historiographie sur l’immigration au Canada et les ethnies

Hoerder, Dirk. « Études ethniques au Canada de 1880 à 1962 : perspective
historiographique et critique », (Ethnic Studies in Canada from the 1880s to 1962: A Historiographical Perspective and Critique). Canadian Ethnic Studies
26.1 (1994) : 1-18.

Iacovetta, Franca. « Courageux militants, communautés cimentées et indigènes méfiants :
propos sur l’immigration dans une recherche sur l’histoire canadienne »,
(Manly Militants, Cohesive Communities, and Defiant Domestics: Writing about
Immigrants in Canadian Historical Scholarship). Labour/Le travail 36
(1995) : 217-252.

-.Écrits sur l’histoire de l’immigration anglaise au Canada, (The Writing of English Canadian
Immigrant History)
. Ottawa : Société historique du Canada, 1997.

Palmer, Howard. « Immigration canadienne et histoire des ethnies au Canada dans les
années 1970 et 1980 », (Canadian Immigration and Ethnic History in the
1970s and 1980s). International Migration Review 15.3 (Automne 1981) :
471-501.

Perin, Roberto. « Clio en tant qu’ethnique : la troisième force en historiographie
canadienne »,(Clio as an Ethnic: The Third Force in Canadian Historiography).
Canadian Historical Review 64.4 (1983) : 441-467.

Whitaker, Reginald. Les politiques canadiennes d’immigration depuis la Confédération
(Canadian Immigration Policy since Confederation)
. Ottawa: Société
historique du Canada, 1991

Zucchi, John. Une histoire des enclaves ethniques au Canada, (A History of Ethnic
Enclaves in Canada)
. Ottawa : Société historique du Canada, 2007.

Études exhaustives en histoire de l’immigration et des ethnies au Canada

Avery, Donald H. L’hôte réticent : l’attitude du Canada à l’égard des travailleurs
immigrants (Reluctant host: Canada’s Response to Immigrant Workers)
.
Toronto : McClelland & Stewart Inc., 1995.

Dirks, Gerald E. La politique canadienne sur les réfugiés : indifférence ou opportunisme ?
(Canada's Refugee Policy: Indifference or Opportunism?)
Montréal :
Presses universitaires McGill-Queen, 1988.

Hawkins, Freda. Le Canada et l’immigration : politiques publiques et inquiétudes du public.
(Canada and Immigration: Public Policy and Public Concern)
.
Montréal: Presses universitaires McGill-Queen, 1988.

Kelley, Ninette, and Michael Trebilcock. La création d’une mosaïque : une histoire des
politiques canadiennes d’immigration (The Making of the Mosaic: A History
of Canadian Immigration Policy)
. Toronto: University of Toronto Press,
1998.

Knowles, Valerie. Les étrangers à nos portes : l’immigration canadienne et les politiques
d’immigration, 1540-1997. (Strangers at our Gates: Canadian Immigration
and Immigration Policy, 1540-1997)
. Toronto: Dundurn Press, 1997.

Malarek, Victor. Les portes du paradis : le fiasco de l’immigration au Canada.
(Heaven’s Gate: Canada’s Immigration Fiasco)
. Toronto: Macmillan,
1985.

Palmer, Howard. Ethnicité et politiques au Canada depuis la Confédération. (Ethnicity and
Politics in Canada Since Confederation)
. Ottawa: Société historique
du Canada, 1991.

Roberts, Barbara. D’où venaient-ils : déportés du Canada, 1900-1935. (Whence they Came:
Deportation from Canada, 1900-1935)
. Ottawa: Université d’Ottawa,
1988.

Whitaker, Reginald. Deux poids, deux mesures : l’histoire secrète de l’immigration au
Canada.(Double Standard: the Secret History of Canadian Immigration).

Toronto: Lester & Orpen Dennys Limited, 1990.

Bibliographies et collections d’histoires orales

Gregorovich, Andrew. Bibliographie des peuples du Canada : supplément 1, 1972-1979.
(A Bibliography of Canada's Peoples: Supplement 1, 1972-1979)
.
Toronto: Multicultural History Society of Ontario, 1993.

-.Bibliographie des groupes ethniques au Canada, une bibliographie sélective des groupes
ethnoculturels au Canada et dans la province de l’Ontario. (Canadian

Ethnic Groups Bibliography: A Selected Bibliography of Ethno-Cultural
Groups in Canada and the Province of Ontario)
. Toronto: Department
of the Provincial Secretary and Citizenship (Secretariat de la
province et citoyenneté), 1972.

Forte, Nick. G. et Gabriele Pietro Scardellato. Un guide des collections de la Société
d’histoire multiculturelle de l’Ontario. (A Guide to the Collections
of the Multicultural History Society of Ontario
. Toronto: Multicultural
History Society of Ontario, 1992.

Fortier, Normand. Guide aux collections d'histoire orale au Canada / Guide to Oral History
Collections in Canada
. Ottawa : Bibliothèque et archives Canada,
1993.

Magocsi, Paul Robert. Encyclopédie des peuples du Canada. (Encyclopeda of Canada’s
Peoples)
. Toronto: Multicultural History Society of Ontario, 1999.
http://www.multiculturalcanada.ca)

Rogers, Renee and Gabriele Pietro Scardellato. Une bibliographie des peuples du Canada :
1980-1989 : entrées thématiques. (A Bibliography of Canada’s Peoples:
1980-1989: Thematic Entries)
. Toronto: Multicultural History Society
of Ontario, 1996.

Statistiques sur l’immigration

Canada. Ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration : « Immigration Statistics =
Statistique de l'immigration ».
http://www.cic.gc.ca/francais/ressources/statistiques/index.asp. (1966-1996)

Statistique Canada. « Collection historique de l’Annuaire du Canada »
http://www65.statcan.gc.ca/acyb_r000-fra.htm (1867-1967)

Sites Web

Un Canada branché : Les journaux multiculturels du Canada
(http://www.connectingcanadians.org/fr)

Un Canada multiculturel (http://www.multiculturalcanada.ca/)

Multicultural History Society of Ontario (http://www.mhso.ca)

Journaux ethniques et grand public au Canada
(http://www.bac-lac.gc.ca/fra/decouvrez/journaux/collection-journaux/Pages/collection-journaux.aspx)

Groupes ethnoculturels, Bibliothèque et Archives Canada
(http://www.collectionscanada.gc.ca/ethno-culturel/index-f.html)

Our Roots / Nos racines (http://www.nosracines.ca/index.aspx?lang=fr-CA)


  1. Dirk Hoerder, « Études ethniques au Canada de 1880 à 1962 : perspective historiographique et critique » (Ethnic Studies in Canada from the 1880s to 1962: A Historiographical Perspective and Critique), Canadian Ethnic Studies 26.1 (1994) : 1-18.
  2. Franca Iacovetta, L’histoire écrite de l’immigration anglo-canadienne (The Writing of English Canadian Immigrant History), (Ottawa : Société historique du Canada, 1997), 3. Par exemple, voir de James Shaver Woodsworth, Les étrangers à nos portes ou les Canadiens en devenir (Strangers at our Gates or Coming Canadians), (Toronto : University of Toronto Press, 1909) et de John Murray Gibbons, La mosaïque canadienne : la création d’une nation nordique (Canadian Mosaic: The Making of a Northern Nation), (Toronto : McClelland and Stewart, 1938).
  3. Voir de Oscar Handlin, Les déracinés : l’histoire épique des grandes migrations qui ont fait le peuple américain (The Uprooted: The Epic Story of the Great Migrations that Made the American People), (Little, Brown and Company, 1951).
  4. Raymond Breton, « Exhaustivité institutionnelle des communautés ethniques et relations personnelles des immigrants », (Institutional Completeness of Ethnic Communities and the Personal Relations of Immigrants), American Journal of Sociology 70:2 (1964), 193-205; Roberto Perin, « Clio en tant qu’ethnique : la troisième force en historiographie canadienne », (Clio as an Ethnic: the Third Force in Canadian Historiography), Canadian Historical Review 64.4 (Décembre 1983) : 441-442. Perin note que le fait que la thèse de Raymond Breton « parlait davantage de l’isolement géographique, social ou culturel que de la vitalité des institutions n’était pas immédiatement perçu par ces théoriciens. »
  5. Voir Handlin, Les déracinés (The Uprooted); Rudolph J. Vecoli, « Contadini à Chicago : une critique des déracinés », (Contadini in Chicago: A Critique of The Uprooted), Journal of American History 51.3 (Décembre 1964) : 404-417, et de John Bodnar Les transplantés : une histoire des immigrants dans l’Amérique urbaine (The Transplanted: A History of Immigrants in Urban America), (Bloomington : University of Indiana Press, 1985); Franca Iacovetta, « Courageux militants, communautés cimentées et indigènes méfiants : propos sur l’immigration dans une recherche sur l’histoire canadienne » (Manly Militants, Cohesive Communities, and Defiant Domestics: Writing about Immigrants in Canadian Historical Scholarship), Labour/Le travail 36 (1995) : 220-225.
  6. Iacovetta, « Courageux militants, communautés cimentées et indigènes méfiants », (Manly Militants, Cohesive Communities, and Defiant Domestics), 220-225; Iacovetta, Écrits sur l’histoire de l’immigration anglaise au Canada (Writing of English Canadian Immigrant History), 3; Howard Palmer, « Immigration canadienne et histoire des ethnies dans les années 1970 et 1980 », (Canadian Immigration and Ethnic History in the 1970s and 1980s), International Migration Review 15.3 (Automne 1981) : 472-473.
  7. Perin, « Clio en tant qu’ethnique », (Clio as an Ethnic), 202.
  8. Ibid., 217-218.