Skip to the main content

Histoires de cœur

On dit souvent que les épouses de guerre ont suivi leur cœur au Canada et elles l’ont fait, mais elles n’étaient pas les seules. Des épouses italiennes par procuration à ceux et celles qui se sont rencontrés sur les navires alors qu’ils étaient enfants, pour se retrouver des années plus tard au Canada, nous avons eu l’occasion d’entendre beaucoup d’histoires d’amour. Je crois que parmi mes préférées, comme premières impressions, la première image qui me vient en tête est une petite fille sur une corniche.

Un homme portant un chandail bleu et une kippa est assis sur un banc de synagogue. Il est tourné en direction du banc qui se trouve derrière lui.

Dr. Israel Unger

Dr Israel Unger est né à Tarnow, en Pologne, en 1938. Durant les deux dernières années de la guerre, sa famille ainsi que cinq autres Juifs ont été cachés derrière un faux mur, dans le grenier d’un moulin à farine. Dr Unger a généreusement consenti à être interviewé pour notre nouveau film au Canada. Interrogé au sujet du voyage en train de sa famille, de Halifax vers Montréal, il s’est écarté du sujet et m’a raconté une des plus belles histoires que je n’avais jamais entendue. Dr Unger raconte :

« …une chose très intéressante est que le trajet du CN passe par un endroit nommé “la corniche” qui est à 8 kilomètres de Minto au Nouveau-Brunswick, et Minto est l’endroit où est née mon épouse et elle a souvent dit que si elle avait su, elle serait sortie sur la corniche au passage du train et elle aurait crié, Israel, tu reviens dans 8 ans en et nous serons mariés. Et je l’ai fait. Et nous étions… »

Une autre de mes impressions est une voiture garée dans le dépotoir. Un militaire canadien avait épousé une fille des Highlands écossais et l’avait ramenée à la maison, sur sa ferme dans les Prairies. Dans les premiers jours de leur mariage, le paysage plat était étranger et déprimant pour elle. Tant et si bien que le jeune mari, désespérant de lui offrir quelque chose ressemblant à ses Highlands chéris, l’amena au seul endroit se rapprochant de ses collines chéries, le dépotoir municipal.

Deux photos en noir et blanc mises côte à côte. Elles montrent un jeune homme en costume et une jeune femme aux cheveux bouclés portant une robe et un collier.

Martin Christiansen et Agnes Catherine McTernan

Nous avons entendu parler beaucoup du mal de mer sur les navires, mais une seule histoire se termine par un mariage. Agnes Catherine McTernan, d’Écosse, souffrait d’une nausée forte causée par le mouvement important sur le pont supérieur lorsqu’elle a couru droit sur Martin Christiansen du Danemark. Elle se sentait mieux le soir où Martin la salua et claqua des talons en face d’elle et lui dit : « danse ? » Martin l’a amenée au salon de la première classe et pendant qu’ils étaient assis sur un divan, se tenant la main en silence (Martin ne parlait pas anglais), quatre hommes en kilt se sont approchés d’eux. Les hommes tenaient du gui au-dessus de leurs têtes et ont dit : “Embrasse la petite jeune fille”. Mon impression est que leurs têtes s’étaient rapprochées poussées par des marieurs improbables, une fois qu’il était devenu clair que Martin ne comprenait pas ce qu’ils disaient. Catherine dit que « c’était notre premier beau baiser ». Après quatre ans de correspondance, le couple s’est marié.

Une autre de mes impressions favorites est au sujet d’un militaire canadien à Londres, courant pour un train. En 1943, Thomas Lloyd Vincent était stationné en Angleterre et est tombé en amour avec une fille de Wigan nommée Betty. Il a essayé de faire la bonne chose en faisant sa demande en mariage, et ensuite en écrivant aux parents de Betty pour leur demander la permission. Betty a accepté mais pas ses parents. Ils étaient catégoriquement opposés à cette union, sachant qu’ils n’avaient pas d’avenir, elle a rompu avec Tom. La mort dans l’âme, effectivement tombée malade d’une pneumonie, Betty a traversé une terrible période. Un mois plus tard, elle a reçu une lettre de Tom qui lui disait que bien qu’il respectait ses désirs, il serait toujours en attente, si jamais elle changeait d’avis. En raison de sa maladie, Betty avait deux semaines de congé pour Noël et Tom lui a rendu visite avant qu’elle quitte Londres pour Wigan. Tom lui a promis de la rencontrer à la gare d’Euston lorsqu’elle reviendrait de son congé.

Un jeune homme et une jeune femme qui se tiennent par les mains. Ils portent des chapeaux et des uniformes militaires et sourient en direction de l'appareil photo.

Tom et Betty

À la maison, Betty a tenté d’expliquer comment elle se sentait à sa mère, mais rien ne pouvait convaincre ses parents de reconsidérer leur décision.

Tom a rencontré Betty à Euston, comme il avait promis. Il l’a écoutée et lui a dit : « OK Bet, je vous amène à Waterloo, et alors j’ai quelque chose à faire. Je vous reverrai plus tard cette semaine. » Il est réapparu quatre jours plus tard. Il a pris sa main et a glissé une bague à son doigt. Lorsque Betty a regardé, elle a réalisé que c’était la bague de fiançailles de sa propre mère. Après son départ de Londres, Tom avait fait 200 milles par le train de nuit jusqu’à Wigan. Betty ignorait qu’il avait parlé à ses parents, non seulement que cela avait fonctionné, mais que les dispositions avaient été prises pour qu’ils se marient le 26 janvier.

Tom ne se souvient pas de la date, mais Betty oui. C’était l’anniversaire de ses parents, et c’était il y a juste trois semaines.