Skip to the main content

Partir de chez soi et venir au Canada

Les pays intermédiares et la séparation de la famille
- Richard Tshimanga

Longueur 3:17

Transcription :

Je suis resté en Suisse. Je fais le recours et le recours était toujours en cours cette fois-ci. Le recours étant en cours, ma famille s’est retrouvée ici. C’est-à-dire, ma femme et ma fille, elles se sont retrouvées au Canada. Elles se sont retrouvées au Canada comment? Quand je partais au, ben, de mon pays, j’ai laissé ma femme avec mes deux enfants. J’ai deux enfants, donc mon fils et ma fille. Et comme j’étais déjà recherché au pays, je suis parti en cascade et ma femme est restée avec les enfants. Elle était toujours dérangée par la police, des convocations, pour dire où je me cachais, où je me trouvais, je me retrouvais, tout ça. Ils voulaient savoir où j’étais. Alors vu toutes ces pressions, ma femme a dû se déplacer avec ma fille parce que mon fils était malade à l’époque. Elles sont, elles se sont déplacées avec ma fille dans un autre pays pour chercher aussi la protection. C’était au Zimbabwe. Là-bas elles ont demandé la protection, elles étaient protégées au Zimbabwe. On les a reconnues comme des réfugiées donc elles étaient des réfugiées au Zimbabwe. Elles ont, elles sont parties de mon pays. Moi j’ai quitté mon pays en 2004, et elles, elles sont parties de mon pays en 2007. Et elles ont fait l’asile, elles sont demandé l’asile au Zimbabwe et tout de suite elles étaient reconnues comme réfugiées. Après, avec le programme de réinstallation c’est, le Canada les a amenées de ce côté. Le gouvernement canadien les a récupérées avec le programme, je sais pas c’est que, comment ça se passe le programme de réfugié. Elles se sont, elles se sont retrouvées de ce côté. Et moi j’étais toujours en Suisse. Mais j’étais en contact avec ma famille, j’étais en contact. Et moi j’ai continué ma procédure en Suisse. Et par la suite, comme j’avais pas mal de réseau, de relations en Suisse, je suis resté et j’aimais aussi Zurich. Et puis je commençais à faire des démarches pour que ma famille me rejoigne là-bas. Et j’ai essayé, mais ça pas marché. L’une des raisons c’est parce que je n’avais pas de séjour permanente, permanent en, en Suisse. Donc étant donné que je n’avais pas un séjour permanent, j’étais pas encore reconnu comme réfugié officiellement, je ne pouvais pas faire venir ma famille officiellement.

Histoire orale 12.06.06RT avec Richard Tshimanga
Musée canadien de l'immigration du Quai 21