S’installer dans l’Ouest : l’immigration dans les Prairies, de 1867 à 1914

Résumé

L’Ouest canadien a accueilli des millions d’immigrants entre 1867 et 1914, créant des industries clés telles que l’agriculture, les mines et le pétrole, et entraînant une croissance rapide des Prairies. L’accessibilité des transports, la gratuité des terrains, la sécurité et le travail au Canada ont contribué à ce boom de l’immigration, tout comme la surpopulation, le sous-emploi, la discrimination et les conditions environnementales dans les pays d’origine des immigrants. Cette période de croissance démographique a ensuite façonné la société, l’économie et la culture du Canada.

par Erica Gagnon, Ancienne chercheuse junior
(Mise à jour le 28 janvier 2022)

Introduction : Le boom de l’immigration dans l’Ouest canadien

Entre 1867 et 1914, l’Ouest canadien a accueilli des millions de colons immigrants qui cherchaient une nouvelle vie. Leur réinstallation dans la région a été sous-tendue par le déplacement des populations autochtones. Le boom de l’immigration qui en a résulté a donné naissance à des industries clés, toujours importantes pour le commerce international du Canada, notamment l’agriculture, les mines et le pétrole. Les provinces des Prairies, soit le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta, ont connu une croissance rapide au cours de ces années, alors que les colons commençaient à transformer les plaines des Prairies et à établir des établissements culturels uniques. De nombreux facteurs de motivation ont amené les immigrants au Canada : de plus grandes opportunités économiques et une meilleure qualité de vie, fuir l’oppression et la persécution, et les occasions d’aventure présentées aux groupes d’immigrants « désirables » par les agences d’immigration canadiennes. En examinant ces facteurs de motivation, nous pouvons mieux comprendre les expériences d’immigration des Prairies et l’évolution des modes de peuplement.

Le boom de l’immigration qui a précédé 1914 a été l’une des plus importantes périodes de croissance de la population canadienne. Plusieurs changements importants se sont produits au Canada après 1867, qui ont rendu ce boom d’immigration possible dans les Prairies. En 1871, le gouvernement canadien a conclu le Traité 1 et le Traité 2 afin d’obtenir le consentement des nations autochtones pour l’établissement d’immigrants et l’exploitation des ressources naturelles sur ces terres. La Loi sur les terres fédérales de 1872 a créé des fermes libres et fertiles (de 160 acres) pour les colons sur des terres précédemment habitées par des peuples autochtones. La création de la police montée du Nord-Ouest en 1873 garantissait la sécurité des colons des Prairies et dépossédait encore davantage les résidents autochtones. La création du ministère de l’Intérieur, en 1873, a contribué à attirer des immigrants économiques et a fait du ministre responsable « ... le surintendant général des affaires indiennes... [qui] contrôle et la gestion des terres et des biens des Indiens au Canada ».[1] La construction d’un chemin de fer transcontinental a rendu le transport et les voyages accessibles, ce qui a permis d’accroître considérablement la colonisation européenne dans les Prairies et d’ancrer davantage le colonialisme dans l’Ouest canadien.

En 1870, il n’existait aucun centre urbain dans les Prairies. En 1911, treize villes de plus de 5 000 habitants avaient été fondées.[2]

L’immigration après 1896 avec Clifford Sifton, ministre de l’Intérieur

Si la période qui suit 1867 a vu une augmentation de l’immigration internationale, le mouvement n’a pris son plein essor qu’en 1896. Après une récession économique difficile entre 1873 et 1896, le Canada cherchait des colons immigrants. Avec l’aide de Clifford Sifton, ministre de l’Intérieur de 1896 à 1905, les immigrants commençaient à être acheminés vers les Prairies canadiennes. Sifton est connu pour avoir encouragé l’immigration d’Européens de l’Est au Canada. Il croyait fermement que les immigrants européens robustes étaient les meilleurs colons pour les Prairies, qui étaient difficiles à coloniser, en raison de leur familiarité avec l’agriculture, les modes de vie ruraux et les climats rigoureux. Le point de vue de Sifton reflète les opinions bureaucratiques de longue date sur la supériorité ethnoraciale des Européens blancs dans la société canadienne, tout en renforçant l’exclusion des peuples autochtones et des agriculteurs européens non blancs. Sifton s’est retiré de la politique en 1911, mais il est peut-être mieux connu pour sa déclaration de 1922 selon laquelle « un solide paysan en manteau de peau de mouton, né de la terre, dont les ancêtres sont fermiers depuis dix générations, avec une femme robuste et une demi-douzaine d’enfants, est une bonne qualité. »[3] Il n’aimait pas l’idée que les populations métropolitaines s’installent dans les Prairies, car elles se rassembleraient dans les villes au lieu de développer les terres agricoles des Prairies. Au lieu de cela, il encourageait l’immigration de groupes comme les Ukrainiens, les Hongrois et les mennonites au détriment des immigrants britanniques plus « désirables ».

Grâce à une publicité intensive et aux agences internationales d’immigration après 1867, les immigrants ont commencé à s’installer dans les Prairies. Ces immigrants ont favorisé la création de poches ethnoculturelles distinctes et d’industries diverses au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. La population de l’Ouest a explosé : Winnipeg est passée d’une ville de 20 000 habitants en 1886 à 150 000 en 1911.[4]

La population de la Saskatchewan a augmenté de 1 124,77 % entre 1891 et 1911.[5]

Des opportunités au Canada pour les agriculteurs d’Europe de l’Est

Des milliers d’immigrants divers sont venus au Canada entre 1867 et 1914 pour différentes raisons. Pour les immigrants qui voulaient émigrer à la recherche de meilleures opportunités économiques et d’une meilleure qualité de vie, l’Ouest canadien offrait des possibilités apparemment infinies. Cette catégorie d’immigrants comprenait des populations de Hongrois, de Français, d’Islandais, de Roumains, de Chinois et d’Ukrainiens, entre autres.

Les situations économiques et sociales en Europe étaient de plus en plus difficiles au milieu et à la fin du XIXe siècle. À cette époque, la population de l’Europe augmentait à un rythme sans précédent et les taux de mortalité diminuaient, ce qui entraînait un surcroît de population. Le chômage était fréquent, et la concurrence pour les ressources augmentait. Les tensions politiques en Europe étaient également élevées à la fin du XIXe siècle, alors que les empires se réorganisaient et que les frontières se déplaçaient.

Pour de nombreux Hongrois, Roumains et Ukrainiens, la surpopulation et le chômage les ont poussés à migrer vers l’Ouest canadien. Beaucoup de ces immigrants « Sifton » étaient des agriculteurs, réputés pour leur capacité à survivre dans des climats rudes. Après des décennies comme locataires de petites fermes en Europe, les agriculteurs d’Europe de l’Est ont été séduits par les propriétés gratuites de 160 acres de l’Ouest canadien. Les Hongrois ont quitté l’Autriche-Hongrie après avoir été négligés par le gouvernement, et si beaucoup sont venus au Canada, la plupart sont allés aux États-Unis. Les Roumains et les Ukrainiens, en revanche, se sont installés en grand nombre dans l’Ouest canadien.

Immigrants roumains, ukrainiens et français

Les immigrants roumains ont commencé à arriver en 1895 et, comme beaucoup d’autres immigrants « Sifton », les Prairies ont été leur première et ultime résidence permanente. Plus de 8 000 Roumains ont non seulement réussi sur le plan agricole, mais possédaient également des compétences en matière de travail manuel, ce qui signifie qu’ils étaient considérés comme des immigrants précieux dans les Prairies.[6] Les Ukrainiens étaient également un groupe d’immigrants apprécié pour leurs compétences. Entre 1896 et 1914, on estime que 170 000 Ukrainiens sont arrivés dans l’Ouest canadien et ont été regroupés dans des colonies de peuplement.[7] Ces établissements compacts étaient peuplés par un groupe ethnoculturel spécifique, ce qui a créé une mosaïque de zones ethnoculturelles dans les Prairies.[8] Bien que le manque de sensibilisation à l’agriculture ait nui aux communautés ukrainiennes en Europe, il a en fait aidé les populations ukrainiennes-canadiennes à réussir dans les Prairies, où le manque de développement agricole exigeait la connaissance des techniques agricoles des pionniers.

Le Canada était, pour de nombreux immigrants, une seconde chance. Pour de nombreux Français, Islandais et Chinois, les conditions environnementales défavorables avaient renforcé un désir de déménager. Les immigrants français avaient souvent vécu dans d’autres régions d’Amérique du Nord avant de s’installer dans l’Ouest canadien. La migration française vers les Prairies provenait de l’est du Canada, de la Nouvelle-Angleterre et de l’ouest des États-Unis. Les populations françaises ont préféré s’établir au Manitoba, où des communautés françaises distinctes avaient déjà été établies par les commerçants de fourrures français et les Métis, bien avant la Confédération.

Immigrants islandais et chinois

Le saviez-vous ? Le Manitoba compte la plus grande concentration d’Islandais en dehors de Reykjavik, la capitale de l’Islande.

a surpopulation, le sous-emploi et le mauvais traitement des agriculteurs ruraux étaient les principaux facteurs de motivation des immigrants venus d’Islande et de Chine, mais ces groupes ont également été poussés à émigrer par des conditions environnementales uniques. Environ 16 800 Islandais sont partis pour l’Amérique du Nord entre 1871 et 1915, la majorité d’entre eux venus s’installer dans des colonies de fortune au Manitoba. La plupart de ces immigrants venaient de la région du nord-est de l’Islande dont l’agriculture était déprimée et qui avait été touchée par un certain nombre d’éruptions volcaniques néfastes dans les années 1870. Ces éruptions avaient recouvert les terres arables restantes de débris.

Les immigrants chinois avaient une expérience similaire. Plus de 15 000 immigrants chinois sont venus de Chine et des États-Unis pour participer à la construction du chemin de fer du Canadien Pacifique dans les années 1880. La majorité de ces immigrants chinois étaient originaires de Taishan, dans la province de Guangdong, qui avait été ravagée à plusieurs reprises par des inondations, des tremblements de terre, des pestes, des typhons, des sécheresses et des guerres civiles à la fin du XIXe siècle. Les immigrants chinois et islandais considéraient le Canada comme une terre de refuge offrant de nombreuses possibilités de vie meilleure.

La migration de groupes opprimés et persécutés

La possibilité d’une vie meilleure au Canada était également recherchée par de nombreux groupes d’immigrants « indésirables », qui ont profité de la période de libéralisation de l’immigration sous Sifton pour échapper à leur situation difficile dans leur pays d’origine. La survie et la liberté étaient les motivations des populations opprimées et persécutées comme les immigrants noirs américains, les doukhobors, les Juifs, les mennonites et les mormons. Pour eux, les Prairies canadiennes représentaient un endroit sûr où se réinstaller.

Les Noirs américains et les mormons, deux populations d’origine américaine, sont venus dans l’Ouest canadien pour échapper à la discrimination dont ils étaient victimes aux États-Unis. Après que des lois restrictives aient été imposées aux Noirs américains en Oklahoma en 1907, un groupe de 1 500 Noirs américains a fui vers le Canada, s’installant à Amber Valley, en Alberta, en 1910 et 1911. Malgré ce mouvement, la population des Noirs américains dans les Prairies n’a jamais été aussi importante que celle des autres groupes, car les populations noires se voyaient souvent refuser l’entrée ou avaient tendance à se déplacer vers d’autres régions urbaines ou plus peuplées du Canada.

Les immigrants fuyant les persécutions religieuses et la russification

Les mormons ont apporté au Canada des techniques d’irrigation qui ont permis à des milliers de personnes de cultiver des terres arides dans le sud de l’Alberta et de la Saskatchewan.

Le mormonisme est né aux États-Unis dans les années 1830 et a fait face à d’importantes réactions de la part des Américains conservateurs. La pratique de la polygamie dans les communautés mormones a suscité une vive désapprobation de la part de la population majoritaire, et le gouvernement américain a adopté des lois visant à interdire la polygamie. Menacés d’emprisonnement et de persécution, des milliers de mormons se sont installés dans le sud de l’Alberta dans les années 1880, créant ainsi une population mormone florissante de 7 000 personnes en 1910.[9] En Alberta, de nombreux mormons étaient surveillés par la police et le public en raison de soupçons de polygamie, qui était illégale au Canada.[10]

En Europe, comme aux États-Unis, les gouvernements ont mis en œuvre des lois restrictives qui empêchaient de nombreux groupes de vivre libres et heureux. Pour les Juifs, les mennonites et les doukhobors, la vie en Europe était devenue de plus en plus difficile vers la fin du XIXe siècle.

En raison de l’échec de nombreux établissements ruraux, la majorité des Juifs de l’Ouest canadien se sont installés dans les villes. Winnipeg en particulier est devenue une communauté juive florissante au début des années 1900, où de nombreuses entreprises juives prospères ont vu le jour. Aujourd’hui encore, Winnipeg reste un centre de la vie et de la culture juives canadiennes.

Qu’est-ce que la russification ? Il s’agissait d’une tentative d’assimilation de tous les peuples de l’Empire russe en forçant les non-Russes à renoncer à leurs propres cultures, langues et traditions et à adopter la langue et la culture russes.

Lorsque le gouvernement russe a imposé une russification intense à la fin des années 1800, les doukhobors et les mennonites ont subi des violations majeures de leurs droits culturels et religieux. Ces peuples ont été emprisonnés pour leur résistance à la russification et leur refus de participer à l’armée. Après leur immigration au Canada, les doukhobors en Saskatchewan et les mennonites au Manitoba sont devenus certains des agriculteurs les plus prospères des Prairies. L’impact social de ces groupes au Canada est également important; les doukhobors et les mennonites ont introduit dans les Prairies des modes de vie communautaires et la pratique du partage des biens communs. Actuellement, la population des doukhobors au Canada est deux fois plus importante que celle qui subsiste en Europe, et les mennonites continuent d’être un groupe ethnoculturel dominant au Manitoba.

Les immigrants à la recherche d’opportunités et d’aventures

Au cours des six premiers mois de 1900, un million d’ouvrages sur l’immigration ont inondé les campagnes européennes.

Même si des pressions négatives avaient poussé de nombreux groupes d’immigrants à quitter leur pays d’origine, certains groupes sont venus au Canada pour les opportunités et les aventures que leur ont présentées les agences d’immigration canadiennes. Des publicités pour l’Ouest canadien ont été distribuées dans différents pays européens, et le recrutement de divers immigrants désirables par les agents d’immigration canadiens est devenu florissant. Entre 1867 et 1914, les agriculteurs britanniques, belges, américains, polonais, néerlandais, allemands, finlandais et scandinaves ont été parmi les immigrants les plus recherchés sur le plan ethnique et culturel.

Bien que certains de ces immigrants « désirables » soient devenus des fermiers ruraux prospères, d’autres ont eu des difficultés. Les immigrants belges constituaient un groupe de colons unique; malgré les différences culturelles et leurs compétences agricoles souvent médiocres, ils étaient considérés comme des immigrants souhaitables par les agents d’immigration canadiens. De nombreux Belges parlaient le français et, par conséquent, se sont installés dans les régions françaises du Manitoba, où ils ont exercé une diversité de métiers agricoles, qualifiés, non qualifiés et de ressources.

Des immigrants « désirables » pour protéger la « britannicité » du Canada et réussir dans l’agriculture

Malgré leur contribution limitée à une main-d’œuvre qualifiée dans le domaine de l’agriculture ou des métiers, les Britanniques ont été les immigrants les plus nombreux et les plus recherchés au Canada. Comme le Canada est resté fortement influencé par le Royaume-Uni au vingtième siècle, les immigrants britanniques (principalement d’Écosse et d’Angleterre après 1867) ont contribué à maintenir une présence blanche anglo-saxonne dominante au Canada. Le fait que certains colons britanniques n’aient pas réussi à prospérer dans les paysages ruraux signifie qu’ils ont eu tendance à se rassembler dans des centres plus peuplés, où ils sont venus s’ajouter à la main-d’œuvre non qualifiée. Pendant l’ère Sifton, l’immigration n’était plus axée sur les immigrants britanniques. Or, lorsque de nouveaux ministres sont entrés en fonction après 1905, le désir de préserver et de protéger la « britannicité » du Canada a refait surface.

Bien que certains immigrants britanniques aient fait preuve d’inaptitude dans les entreprises agricoles rurales, de nombreux autres groupes d’immigrants désirables ont réussi dans l’agriculture des Prairies. Les Américains, les Polonais, les Néerlandais, les Allemands, les Finlandais et les Scandinaves se sont tous avérés être des colons prospères. Il est intéressant de noter que les individus issus de ces groupes d’immigrants ont souvent tenté leur chance dans l’Ouest américain avant de se déplacer vers le nord et de s’installer au Canada de façon permanente. Comme les Français, ces groupes se sont heurtés au coût élevé des terres et au surdéveloppement de l’Ouest américain, ce qui les a incités à se rendre au Canada.

Ces groupes étaient considérés comme des colons hautement souhaitables par les agences d’immigration canadiennes : ils connaissaient le climat et les conditions de la terre des Prairies grâce à leur expérience dans l’Ouest américain, et ils étaient des immigrants culturellement souhaitables présentant des similitudes physiques avec les Britanniques. Ils étaient également habitués aux institutions démocratiques et, tout en affichant des taux élevés de rétention culturelle, ils ne pratiquaient pas de coutumes « douteuses » (comme la vie en communauté ou la polygamie).

Les immigrants néerlandais, allemands, polonais et scandinaves

Les Néerlandais, les Allemands et les Scandinaves étaient parmi les immigrants les plus recherchés et les plus compétents en matière d’agriculture dans les Prairies canadiennes.

Les Néerlandais et les Allemands étaient deux des groupes de colons des Prairies les plus recherchés dans l’histoire du Canada. Ils étaient loués pour leurs prouesses agricoles et leur éthique de travail. Ils ont établi de solides blocs ethnoculturels à l’ouest. Les Allemands ont afflué principalement en Saskatchewan et ont établi deux grandes colonies au début des années 1900. Les Allemands des États-Unis se sont installés dans la colonie de Saint-Peter, composée de cinquante cantons, qui comptait 7 000 habitants en 1914. Les Allemands européens préféraient la colonie de Saint-Joseph, composée de soixante-dix-sept cantons, où la population de 1916 oscillait autour de 11 000 habitants.[11]

Comme les Néerlandais et les Allemands, de nombreux Polonais qui se sont installés dans l’Ouest canadien étaient issus du milieu agricole et connaissaient un climat plus rude. Bien que les Polonais soient arrivés en bien plus grand nombre après la Première Guerre mondiale, ils étaient encore très présents dans les Prairies au début du siècle. En 1911, il y avait plus de 30 000 Polonais au Canada, dont beaucoup étaient des agriculteurs dans l’Ouest.

La capacité de nombreux nouveaux arrivants néerlandais à s’assimiler à la culture dominante en a fait des immigrants favorables. De nombreux immigrants néerlandais parlaient déjà l’anglais, après des années passées aux États-Unis, ce qui les rendait encore plus désirables aux yeux du gouvernement canadien. Les Néerlandais se sont installés principalement en Alberta, où une importante population prospère encore.

Les groupes scandinaves, c’est-à-dire les Danois, les Norvégiens et les Suédois, sont arrivés en grand nombre au Canada entre 1880 et 1900, principalement en provenance des États-Unis.[12] En fait, seulement 6 000 des 40 000 Suédois arrivés dans les Prairies entre 1893 et 1914 sont venus directement de Suède.[13] Les Scandinaves privilégiaient l’établissement en bloc, qui permettait de préserver leur culture et leurs langues. Environ 20 000 immigrants finlandais sont venus dans les Prairies et ont préféré s’établir en Saskatchewan.[14] Les populations danoises préféraient l’Alberta : un Danois sur deux s’est installé à Dickson, en Alberta.[15] Près de 20 000 Norvégiens sont venus en Alberta et en Saskatchewan, et environ 40 000 Suédois ont créé des établissements en bloc à Erickson, au Manitoba et dans les régions rurales de la Saskatchewan.

Conclusion : Le boom de l’immigration dans les Prairies a façonné la société canadienne.

L’immigration dans les Prairies entre 1867 et 1914 a contribué à diversifier le territoire en créant une solide économie agricole et axée sur les ressources dans l’Ouest, tout en établissant un réseau de cultures uniques dont la présence dans les Prairies perdure aujourd’hui. Bien que différents facteurs de motivation aient amené les immigrants dans les Prairies, ils y sont restés en raison des possibilités et de la prospérité qu’ils y ont trouvées. La période d’expansion de l’immigration au Canada entre 1867 et 1914 a eu un impact majeur sur le développement des Prairies et a façonné la société, l’économie et la culture du Canada.

Principaux lieux d’établissement des immigrants dans les Prairies

Belges

  • Saint-Alphonse, MB (1882, première colonie belge)
  • Saint-Boniface, MB (avant la Confédération, un des premiers établissements belges dans les Prairies)

Noirs

  • Amber Valley, AB (1910-11, la plus grande communauté noire en Alberta)
  • Eldon, SK (début du XXe siècle, la plus grande communauté noire en Saskatchewan)

Britanniques

  • Lloydminster, AB (1903, anciennement les colonies Britannia et Barr)
  • Cannington Manor, SK (1882)

(Écossais)

  • Colonie de Selkirk, MB (avant la Confédération, également connue sous le nom de colonie de Red River)

(Irlandais)

  • Carberry, MB
  • Kilarney, MB

Chinois

  • Winnipeg, MB (années 1880)
  • Calgary, AB (années 1880)

Doukhobors

  • Verigin, SK (1899, le Verigin district comprend Runnymede, Coté, Kamsack, Mikado et Canora )
  • Colonies Kamsack-Canora, SK

Néerlandais

  • Granum, AB (1903, anciennement Leavings, AB)
  • Nobleford, AB
  • Neerlandia, AB

Finlandais

  • New Finland, SK (1888)
  • Red Deer, AB

Français

  • Colonie de St.-Albert, AB (1874, comprend Legal, Morinville, Ray, Hazelwood et Picardville)
  • Colonie de Ste-Rose, MB (comprend Sainte-Rose-du-Lac, MB)
  • Saint-Boniface, MB (établissement français avant la Confédération)

Allemands

  • Colonie de St.-Peter, SK (1902, 50 cantons, comprenant Humboldt, Annaheim, Muenster, Lake Lenore, Englefeld, St. Gregor, Carmel, Bruno et Daylesford)
  • Colonie de Saint-Joseph, SK (1907, 77 cantons, comprenant Kerrobert, Wilkie, Scott, Unity, Biggar, Macklin et Trampling Lake)
  • Edenwold, SK (deuxième plus ancienne colonie allemande en Saskatchewan)
  • Leduc, AB (plus grande zone de peuplement allemand en Alberta)
  • Wetaskiwin, AB

Hongrois

  • Esterhazy, SK (1885, colonie de Esterhaz-Kaposvar)
  • Minnedosa, MB (1885)

Huttérites

  • Colonie James Valley, MB (1918)
  • Waterton, AB

Islandais

  • Gimli, MB (1875, anciennement la Republic of New Iceland)
  • Markerville, AB (1888-89, premier établissement islandais en Alberta)
  • Thingvalla, SK

Jews

  • Winnipeg, MB (années 1880)
  • Bender Hamlet, MB (années 1880)
  • New Jerusalem, SK (1884)

Mennonites

  • Gretna, MB (1881, premier élévateur à grain des Prairies)
  • East Reserve, MB (1874-75, 8 cantons)
  • West Reserve, MB (1874-75, 17 townships, comprenant Reinland, Chortitz, Bergthal, Halbstadt, Blumenort, Neuhoffung et Hoffnungsfeld)
  • Rosthern, SK (1902)

Mormon

  • Cardston, AB (1887, première colonie mormone des Prairies)
  • Raymond, AB (1903, première usine de betterave à sucre des Prairies)

Polonais

  • Rabbit Hill, Alb. (1897)
  • Skaro, Alb. (1897)
  • Round Hill, Alb. (1899)
  • Springfield, Man.
  • Lac du Bonnet, Man.
  • St. Michael, Alb. (1905)

Roumains

  • Vegreville, AB (1895)

Scandinaves

  • Minnedosa, MB (1886)
  • Canwood-Polworth district, SK

(Danois)

  • Nokomis, SK
  • Dickson, AB (1903, plus ancienne et plus populeuse colonie danoise des Prairies)

(Norvégiens)

  • Calgary, AB (region de Bow River)
  • Wetaskiwin, AB
  • Macoun, SK

(Suédois)

  • Erickson, MB (1885, établissement de la nouvelle-Suède, également appelée Scandinavia, MB)
  • Nouveau Stockholm, SK (1886)
  • District de Wadena, SK (1904)
  • Norquay, SK (1905)
  • Wetaskiwin, AB

Ukrainiens

  • Colonie d'Edna-Star, AB (1892)
  • Interlake, MB (1898, premier district scolaire ukrainien des Prairies)
  • Gilbert Plains, MB (1902)
  • Wakaw, SK

Galerie d'Images

On voit les femmes Doukhobors, tirant une charrue à travers un champ.
Dans les Prairies, les femmes étaient souvent responsables des travaux agricoles et devaient accomplir certaines tâches lorsque l’équipement ou le bétail n’étaient pas disponibles. Ici, on voit des femmes doukhobors briser le gazon de la prairie en tirant elles-mêmes une charrue, colonie de Thunder Hill, Manitoba, vers 1899.
Crédit : Bibliothèque et Archives Canada / C-000681
Immigrants Juifs d’origine russe.
Les immigrants juifs sont venus en grand nombre dans l’Ouest, mais ils ne sont pas installés en permanence dans les zones rurales. Comme la plupart des Juifs étaient employés dans le commerce de détail et d’autres entreprises urbaines, les Juifs avaient tendance à se rassembler dans les villes.
Crédit : William James Topley / Bibliothèque et Archives Canada / PA-010400
Des Ukrainiens montant des murs blanchis à la chaux, vers 1913.
Les Ukrainiens étaient l’un des plus grands groupes à coloniser les Prairies de 1867 à 1914, construisant traditionnellement les maisons blanchies à la chaux et aux toits de chaume. Des Ukrainiens montant des murs blanchis à la chaux, vers 1913.
Crédit : R.H. Knight / Bibliothèque et Archives Canada / PA-019823
Carte publicitaire suédoise, vers 1900-1905.
Les services d’immigration canadienne ont produit des millions de pamphlets en langues européennes afin de faire de la publicité auprès des candidats européens à l’immigration.
Crédit : Bibliothèque et Archives Canada / C-089542
Bureaux de l’immigration de Winnipeg, au Manitoba, en 1907.
Winnipeg est devenue le centre de l’Ouest canadien. C’était la plaque tournante de la Canadian Pacific Railway et habituellement le point d’arrivée des immigrants, qui se dispersaient ensuite dans les vastes Prairies. Bureaux de l’immigration de Winnipeg, au Manitoba, en 1907.
Crédit : Bibliothèque et Archives Canada / C-075993
Colonie noire, à Athabasca Landing, en Alberta.
Entre 1910 et 1911, environ 1500 Noirs sont venus aux Prairies des États-Unis, spécifiquement de l'Oklahoma. La majorité de ces gens se sont installés à Amber Valley, Alberta.
Crédit : Canada Département de l'Intérieur / Bibliothèque et Archives Canada / PA-040745

Bibliographie

Sources primaires

Sifton, Sir Clifford. “The Immigrants Canada Wants.” Maclean’s
April 1, 1922

Sources secondaires

Bicha, Karel Denis. “The Plains Farmer and the Prairie Province Frontier,
1897-1914,” Proceedings of the American Philosophical Society,
Vol. 109, No. 6 (Dec. 10, 1965), pp. 398-440.

Francis, Douglas and Howard Palmer, eds. The Prairie West,
Historical Readings
. (Edmonton: University of Alberta Press), 1992.

Friesen, Gerald. The Canadian Prairies: A History. Toronto: University of
Toronto Press, 1987.

Knowles, Valerie. Strangers at Our Gates: Canadian Immigration and
Immigration Policy, 1540-2006
. Toronto: Dundurn Press, 2007.

Magocsi, Paul Robert, ed. Encyclopedia of Canada’s Peoples. Toronto: University
of Toronto, 1999.

Palmer, Howard. The Settlement of the West. Calgary: Comprint
Publishing Company, 1977.

Patterson, G. James. “Romanians.” In Encyclopedia of
Canada’s Peoples
, edited by Paul Robert Magocsi, 1092-1100. Toronto: University of
Toronto Press), 1999.

Swyripa, Frances. Storied Landscapes: Ethno-Religious Identity and the
Canadian Prairies.
Winnipeg: University of Manitoba Press, 2010.

Widdis, Randy William. “Saskatchewan Bound: Immigration to a New Canadian
Frontier,” Great Plains Quarterly 12., (Fall 1992): 254-268.
http://digitalcommons.unl.edu/greatplainsquarterly/649


  1. Gail Hinge, Consolidation of Indian Legislation: Volume II: Indian Acts and Amendments, 1868-1975 (Ottawa: Department of Indian and Northern Affairs, [1978?]), 16. See “An Act to provide for the establishment of ‘The Department of the Interior.’ S.C. 1873, c. 4. (36 Vict.).” https://publications.gc.ca/collections/collection_2017/aanc-inac/R5-158-2-1978-eng.pdf.
  2. Douglas Francis et Howard Palmer, auteurs. The Prairie West, Historical Readings. (Edmonton: University of Alberta Press), 1992, 511.
  3. Sir Clifford Sifton, “The Immigrants Canada Wants,” Maclean’s, 1er avril 1922, p. 16.
  4. Gerald Friesen, The Canadian Prairies: A History (Toronto: University of Toronto Press, 1987), 202.
  5. Randy William Widdis. “Saskatchewan Bound: Immigration to a New Canadian Frontier,” Great Plains Quarterly, (Automne, 1992), 257. Voir http://digitalcommons.unl.edu/greatplainsquarterly/649.
  6. G. James Patterson. “Romanians,” dans Encyclopedia of Canada’s Peoples aut. Paul Robert Magocsi (Toronto: University of Toronto Press), 1999, 1094.
  7. Howard Palmer, “Strangers and Stereotypes, The Rise of Nativism, 1880-1920,” dans The Prairie West, Historical Readings, aut. Douglas Francis et Howard Palmer, (Edmonton: University of Alberta Press, 1992), 313.
  8. Anne Brydon, “Icelanders,” dans Encyclopedia of Canada’s Peoples, aut. Paul Robert Magocsi (Toronto: University of Toronto Press, 1999), 686.
  9. Brigham Y. Card, “Mormons,” dans Encyclopedia of Canada’s Peoples, aut. Paul Robert Magocsi (Toronto: University of Toronto Press, 1999), 982.
  10. pour le contexte, voir Fred Woods, “The Mormons and the Mounties,” Alberta History 61:1 (Hiver 2013): 12-21.
  11. Karel Denis Bicha, “The Plains Farmer and the Prairie Province Frontier, 1897-1914,” Proceedings of the American Philosophical Society 109.6, (Décembre 10, 1965), 428.
  12. Les Finlandais ne sont pas officiellement identifiés comme des Scandinaves, mais dans le cadre de ce rapport, ils ont été inclus en raison de leur rapprochement culturel, géographique et d’immigration.
  13. Christopher S Hale, “Swedes,” in Encyclopedia of Canada’s Peoples, aut. Paul Robert Magocsi (Toronto: University of Toronto Press, 1999), 1221.
  14. Varpu Lindstrom, “Finns,” dans Encyclopedia of Canada’s Peoples, aut. Paul Robert Magocsi (Toronto: University of Toronto Press, 1999), 515.
  15. Frances Swyripa, Storied Landscapes: Ethno-Religious Identity and the Canadian Prairies (Winnipeg: University of Manitoba Press, 2010), 89.