Skip to the main content

Entente à l’amiable, 1908
(Accord Hayashi-Lemieux)

En 1908, le ministre canadien du Travail, Rodolphe Lemieux négocia un accord avec le ministre japonais des Affaires étrangères, Tadasu Hayashi en vue de limiter l’immigration japonaise au Canada. Selon les termes de l’«Entente à l’amiable », le gouvernement japonais limitait volontairement le nombre annuel d’immigrants japonais au Canada.

À la suite d’un afflux de travailleurs japonais et de la montée du sentiment anti-asiatique en Colombie-Britannique, il fut jugé nécessaire de restreindre l’immigration japonaise. Durant les 10 premiers mois de 1907 seulement, plus de 8 000 immigrants japonais étaient arrivés au Canada, une hausse radicale sur l’année précédente.[1] Des rapports selon lesquels le Grand Trunk Pacific Railway prévoyait importer des milliers d’autres travailleurs japonais pour travailler à la construction du segment ouest du chemin de fer alimentèrent le sentiment anti-asiatique.[2] L’hostilité contre la population asiatique dégénéra en violence lors d’un rassemblement organisé par la Ligue d’exclusion des Asiatiques, à Vancouver, en 1907. La foule se transforma en armée incontrôlable d’émeutiers ciblant les résidents chinois et japonais de la ville et détruisant leurs biens.[3]

Après les émeutes de Vancouver, le premier ministre Wilfrid Laurier envoya Lemieux au Japon pour discuter de restrictions à l’immigration japonaise. Le Canada ne pouvait directement interdire l’immigration japonaise en vertu d’un traité commercial avec le Japon garantissant la libre entrée, visite ou résidence aux citoyens japonais dans tout le Dominion.[4] Lemieux demanda à Hayashi de réduire volontairement l’immigration dans l’intérêt de l’harmonie anglo-japonaise. Bien que le Japon fût d’abord réticent à imposer des restrictions à ses citoyens, il conclut qu’il était nécessaire de coopérer avec le Canada pour maintenir ses bonnes relations avec l’Empire britannique.[5]

Le Japon accepta de réduire le nombre de passeports émis à des journaliers de sexe masculin et employés domestiques à 400 par année. Quatre catégories d’immigrants étaient toujours admis au Canada : les résidents à leur retour et leurs époux, enfants et parents; les immigrants employés par des résidents d’origine japonaise pour leur service personnel et domestique; les travailleurs approuvés par le gouvernement canadien et les travailleurs agricoles engagés par des propriétaires terriens japonais au Canada. Même si aucune réglementation spéciale ne fut édictée pour faire respecter le quota, l’accord entraîna un déclin substantiel de l’immigration japonaise. L’année suivant l’entente, seulement 495 immigrants japonais arrivèrent au Canada.[6]

Bien que l’accord limitât le nombre d’adultes de sexe masculin pouvant entrer au Canada, il ne restreignait pas le nombre d’épouses d’immigrants japonais. Après la mise en place des quotas, un grand nombre de femmes japonaises commencèrent à immigrer au Canada à titre d’« épouses sur photo ». Les japonais de sexe masculin au Canada choisissaient leur épouse à partir de photos que leur envoyaient des parents au Japon. Une fois le mariage enregistré au Canada, l’épouse avait droit à un passeport canadien. L’arrivée de plus de femmes japonaises favorisa la croissance de la population d’origine japonaise au Canada.[7]

Bibliothèque et Archives Canada. Canada. Parlement. Chambre des communes. Débats, 10ème Parlement, 4ème session, tome 1 (21 janvier 1908): 1649-1682


  1. Ken Adachi, The Enemy that Never Was: A History of Japanese Canadians (« L’ennemi qui n’en fut jamais un : Une histoire des canado-japonais ») (Toronto: McClelland & Stewart Inc., 1991), 81.
  2. Valerie Knowles, Forging our Legacy (« Notre héritage en chantier ») (Ottawa: Travaux publics et Services gouvernementaux, 2000), 36.
  3. Adachi, 73.
  4. Traité sur le commerce et la navigation entre la Grande-Bretagne et le Japon, le 16 juillet 1894 (en anglais) http://web.archive.org/web/20120930132954/http:/www.fco.gov.uk/resources/en/pdf/treaties/TS1/1894/23
  5. Patricia E. Roy, A White Man’s Province: British Columbia Politicians and Chinese and Japanese Immigrants 1858-1914 (« Une province blanche : les politiciens de Colombie-Britannique et les immigrants chinois et japonais, 1858-1914 ») (Vancouver: University of British Columbia Press, 1989), 208-209.
  6. Adachi, 81-82.
  7. Adachi, 81-82.