Skip to the main content

Familles

Maria Disipio née Stenta
mai 1954

Tel que raconté à ma fille Grace.

J’ai épousé mon mari Frank avant même que nous nous soyons rencontrés. Il habitait à Ottawa, au Canada, y étant arrivé en 1950. Il était devenu ami avec un monsieur dénommé Alfredo qui avaient émigré de ma ville natale et qui était un ami de notre famille. Frank voulait se marier, mais avec une bonne fille italienne et c’est ainsi qu’il a obtenu mon adresse d’Alfredo. J’ai répondu à la première lettre de Frank, et par la suite, nous avons échangé des photos. Après 3 mois de correspondance, Frank a fait la grande demande et j’ai dit oui ! À presque 20 ans, je n’étais pas encore mariée et j’étais considérée comme une « vieille fille ». Je n’avais rien à perdre alors je me suis lancée dans cette nouvelle aventure.

Le 11 octobre 1953, je me suis mariée à notre église locale, mon père Giuseppe agissant à la place de Frank. Nous avons donc été mariés par procuration. Au mois de mai suivant, escortée par une famille amie de mes parents qui immigrait également au Canada, j’ai quitté l’Italie pour commencer ma nouvelle vie. Notre traversée a été effectuée sur un bateau appelé La Roma, de la flottille de Lauro, et je suis arrivée à Halifax le 18 mai 1953, avec mes deux malles contenant mon trousseau de mariage et toutes mes possessions. Après avoir franchi les douanes, cette famille et moi avons pris un train au charbon en direction de Montréal. Vêtue de mon chic costume bleu, j’étais nerveuse et anxieuse. Sur le train, on nous a offert des pâtes qui se sont avérées, à notre plus grand désespoir, être des pâtes en conserve Chef Boyardee... Lorsque je suis arrivée à Montréal, non seulement mon costume n’était plus chic, mais il était plus foncé d’un ton, grâce à la suie émanant de la locomotive. Frank m’a accueillie à la gare, en compagnie de sa sœur Carmela et de son beau-frère Luigi. C’était notre toute première rencontre.

Nous nous sommes rendus à Ottawa en voiture, dans une maison que Frank partageait avec ses parents et ses frères et sœurs. Durant les quatre premiers jours, nous avons dormi dans des chambres séparées, sans consommer notre mariage. Le cinquième jour, nous sommes allés à l’église Saint-Antoine et avons reçu la bénédiction du prêtre de la paroisse. On a tenu une petite réception dans la maison où Frank et moi cohabiteraient avec sa famille. Après une succession de petits boulots, Frank a trouvé un poste de maçon au ministère des travaux publics du gouvernement du Canada où il a travaillé pendant 30 ans, avant de prendre sa retraite.

De mon côté, j’ai travaillé comme concierge pour le Conseil des écoles publiques pendant environ 10 ans, tout en étant femme au foyer à temps plein et mère de nos trois enfants, un fils et deux filles. Nous avons déménagé plusieurs fois avant d’acheter notre première maison située en-dehors de la « petite Italie », où nous avons vécu pendant huit ans. Nous sommes retournés en Italie à de nombreuses reprises pour rendre visite à mes parents. Cependant, mon père est décédé en mai 2001, un jour avant son 96e anniversaire. Ma mère a fêté son 95e anniversaire en décembre dernier et bénéficie toujours de bons soins. Frank et moi y retournons chaque année afin d’aider à ses soins. Je suis grand-mère d’un superbe garçon de 8 ans nommé Daniel, né de mon premier enfant, Mario. J’aurai bientôt été au Canada depuis 50 ans, en mai prochain (en 2004) et même si j’aime toujours l’Italie, je suis également reconnaissante envers le Canada et fière de la vie que nous y avons vécue. Et l’aventure continue !