Skip to the main content

Aamir Mirza
Faire venir sa famille au Canada

Longueur 0:04:05

Transcription :

(Traduit d'anglais)
J’ai dit à tous les membres de la famille qu’il y avait pas mal d’instabilité politique et que plusieurs endroits étaient peu sécuritaires au Pakistan en ce moment parce que toute la région est en conflit, en guerre, à cause de l’Afghanistan et du Pakistan, que les temps sont difficiles. Et les choses ne vont pas s’améliorer même si mon frère, ma sœur, mon autre frère sont bien établis ici et n’ont aucune intention de partir et de recommencer à zéro. Mais je leur ai expliqué mon point de vue sur la détérioration de la situation, sinon pour eux, pour leurs enfants en tous cas. Peut-être que le moment est venu de partir. J’ai justement la chance d’aller en Saskatchewan et de nous retrouver, nous y retrouver tous. Ainsi il y aura moins de chances que je revienne ici au Pakistan. Si vous voulez me suivre au Canada, ce sera bon pour vos enfants, pour leur avenir et c’est un endroit sécuritaire, allons-y pendant qu’il en est encore temps.

Ma famille n’était pas d’accord, mais mon jeune frère oui; à cette époque il travaillait pour l’aide américaine USAID et avait les mêmes antécédents que Yasir, mon autre frère. Il était aussi entraîneur et faisait la formation des formateurs, ce type de choses là. Il a dit : « Oui, je partirais, si tu crois que je me qualifie. » J’ai fait son évaluation, qu’on peut faire en ligne et j’ai répondu : « Oui, tu te qualifies. »

Alors, au lieu de me rendre à Mississauga, j’ai plutôt choisi Saskatoon. Trouver de l’emploi ici était beaucoup plus facile à cette époque. Ce n’était pas aussi compétitif et j’ai eu la chance de trouver un poste quelque part, puis chez IWS(??) un autre ONG, puis cette ONG-ci. Avec Open Door, le processus est fastidieux. Il me fallait rester ici à Saskatoon pendant un an et ensuite les commanditer; ils doivent se qualifier à titre de travailleurs spécialisés, car ce n’est pas une commandite. Ils doivent posséder une certaine scolarité, connaître la langue anglaise, avoir de l’expérience de travail, et tout ça.

Ils se sont finalement tous qualifiés, mes trois frères et sœurs ont tous de l’expérience de travail et parlent bien l’anglais. J’ai donc fait une demande pour chacun d’entre eux, ce qui fait que mon frère, ma sœur et mes parents sont maintenant ici, et cela même s’ils n’avaient jamais voulu venir me rendre visite et faire un aussi long voyage. Mais une fois mon frère et mon autre sœur rendus ici, tous leurs enfants sauf un de mes frères, ils ont été attirés ici. Un jour j’espère que lui aussi viendra s’établir ici avec nous tous. Donc, je suis déménagée ici à Saskatoon afin que nous soyons tous réunis et que les enfants bénéficient d’une bonne éducation.

Dans notre famille, vous trouverez peut-être ça drôle, mais nous pensons éducation, éducation, éducation. Alors, chaque fois je leur dis : « Les écoles ici sont formidables et les enfants vont pouvoir fréquenter l’université de leur choix, partout dans le monde. » Des choses comme ça parfois les attirent et ils répondent (rire) « D’accord. Nous arrivons. » Et c’est vrai, les écoles ici, les deux fils de ma sœur et de mon frère sont encore trop jeunes pour fréquenter l’école, mais une fois ici, la première chose qu’ils ont voulu voir, c’était l’école. Les parents ont encore quelques difficultés, ils cherchent du travail, de la formation, tout ça, mais c’est plus facile pour eux que quand je suis venu.

Biographie :
Aamir Mirza est né en 1969 à Quetta, au Pakistan. Après l’école secondaire, Aamir a complété un baccalauréat ès arts, un diplôme en droit et une maîtrise en relations internationales. Au Pakistan, Aamir a travaillé dans l’enseignement et en développement communautaire. Il a présenté une demande d’immigration au Canada parce qu’il était intéressé à étudier à l’étranger.

Aamir est arrivé au Canada le 31 mai 1999 et a vécu d’abord chez le cousin de son père à Cambridge, en Ontario. Après cinq mois d’efforts pour trouver du travail, il a déménagé à Mississauga, où il a trouvé du travail dans une manufacture. Une fois à Mississauga, Aamir a rencontré un conseiller en emploi originaire du Pakistan qui l’a aidé à se trouver du travail dans un organisme de soutien aux nouveaux immigrants. Aamir a continué de travailler pendant quelques années dans divers organismes d’aide aux nouveaux arrivants. En 2002, Aamir est retourné aux études au Collège Humber dans un programme de gestion de projets internationaux.

Après le tremblement de terre de 2005 au Pakistan, Aamir est retourné dans ce pays avec son épouse et sa fille afin de travailler avec l’organisme Aide à l’enfance. La famille est revenue au Canada en 2008 et a déménagé à Saskatoon, en Saskatchewan. Les parents d’Aamir, son frère et sa sœur l’ont rejoint par la suite au Canada. Aamir habite présentement à Saskatoon avec son épouse et leurs trois enfants. Il travaille comme conseiller à l’emploi à la Saskatoon Open Door Society.

Retournez à la galerie principale >