Skip to the main content

Partir de chez soi et venir au Canada

Un endroit lointain et exotique - Yella et Mooshie Zahirovich

Longueur 2:31

Transcription :

(Cette vidéo n'est disponible qu'en anglais; la transcription a été traduite de l'anglais.)

Yella Zahirovich (YZ) : Nous connaissions Montréal en grande partie à cause des Jeux olympiques et je n’y connaissais pas grand-chose.

Mooshie Zahirovich (MZ) : Moi oui. La géographie était ma bonne matière et c'est—Je savais ce qu'il fallait savoir. Mais pour moi, c'était vraiment exotique, vous comprenez. Le Canada—dans un de nos villages, il y avait—il y avait un homme qui avait immigré au Canada dans les années 1960 et quand il venait, nous nous installions tout autour de lui pour le toucher et pour voir quel genre d'homme partait vers un endroit aussi lointain. J'avais une idée d'où j'allais, mais dans ma tête, c'était un endroit exotique.

YZ : Donc, nous, je crois que nous avons fait une demande en juillet et en septembre nous avons eu notre réponse disant que nous étions sélectionnés. Et ils vous disent—D'accord. Donc la majorité des gens que nous connaissons—vous savez, les gens se parlent et on en apprend beaucoup—la majorité des gens que nous connaissons allaient utiliser le parrainage du gouvernement, ce qui veut dire que le gouvernement vous fait venir, ils vous donnent un appartement—c'est comme, ils vous donnent de l'aide sociale et vous vivez avec l'aide sociale pendant un an, ils vous envoient à l'école pour apprendre la langue, puis, j'imagine qu'après vous vous débrouillez. On nous a donc dit, d'accord, vous allez à Stewiacke, en Nouvelle-Écosse, et vous serez parrainés par une famille. C'était donc complètement nouveau, personne ne peut vous expliquer comment ça va être. À l'époque, nous n'avions pas internet, il n'y avait pas d'ordinateurs, rien. Et puis Mooshie était à l'ambassade canadienne de Belgrade et ils avaient une grande carte au mur et il cherchait Stewiacke. Il ne trouvait pas. Il se disait, oh mon Dieu, c’est où? Où est-ce que nous allons? Alors, ils ont, je crois que nous avons eu notre date de départ en septembre. C'était le jour de ma fête, le 28 février 1994. Nous avons donc eu quelques mois pour nous préparer. Nous avons appelé nos cousins et—« Alors, qu'est-ce qu'on fait? C'est comment? Qu'est-ce que—est-ce qu’il y a certaines choses que nous devrions apporter? » Et ils ont répondu : « Eh bien, vous savez, apportez des draps parce qu'ils sont tous en plastique ici! » Je suis donc allée acheter tellement de draps. Quand nous sommes arrivés ici, ils n'avaient même pas les bonnes dimensions pour les lits. Oh mon Dieu! Ils nous ont aussi dit que le dentiste coûtait cher, qu’on devrait s’occuper de tous nos soins dentaires—

MZ : Faites arranger vos dents avant de venir au Canada.

YZ : Avant de venir. Nous avons donc eu deux ou trois mois pour tout préparer et puis, ça y était. Partir a été difficile.

Histoire orale 14.03.06YMZ avec Yella et Mooshie Zahirovich
Musée canadien de l'immigration du Quai 21