Skip to the main content

Familles d'avant 1956

La famille Tajti

La famille TAJTI de Matramindszent, en Hongrie

Les répertoires de la ville de Welland indiquent que le nom a été changé pour TAYTI en 1937.

L'ancêtre connu le plus proche de cette famille est Janos Tajti de Matramindszent. Il était le grand-père d’Istvan Tajti, lequel a quitté Anvers à bord du Minnedosa et est arrivé dans la ville de Québec le 21 août 1925 pour ensuite se diriger vers Welland, en Ontario. Il avait laissé derrière lui son épouse, Anna Katona et ses fils, Pal et Zoltan. Anna et les garçons sont partis d'Anvers à bord du Montcalm, de la Cunard White Star Lines, arrivant dans la ville de Québec le 24 octobre 1930. Ils ont ensuite voyagé par train afin de rejoindre Istvan. Le registre du navire stipulait qu'Istvan vivait au 446 de la rue South Main, à Welland. Une fille, Anne, est née l'année suivante au Canada. La famille Tajti était catholique romaine. À l'âge adulte, Zoltan et Anne se sont convertis au protestantisme.

Istvan, né le 4 mai 1899 à Matramindszent et décédé à l'été de 1970 à Welland, en Ontario. Anna Katona, née en 1901 à Doroghaza, en Hongrie et décédée au printemps de 1976 à Welland. Pal, né le 3 mai 1921 en Hongrie et décédé en septembre 2000 à Welland. Zoltan, né le 9 avril 1924 en Hongrie et décédé le 5 août 2001 à Welland. Anne, née le 15 août 1931 à Welland et décédée en septembre 2000 à Welland. NOTE : Les trois frères et sœurs sont décédés sur une période de 11 mois. Le père d’Anna Katona était Janos Katona. Sa mère mourut quand elle avait dix ans et son père se remaria. Le père d’Istvan était Pal Tajti, qui était un agriculteur et élevait des bovins, des moutons et des abeilles. Pal a également cultivé le maïs destiné à la fabrication de balais.

Istvan est allé en Norvège pour y travailler au début des années 1920, puis est retourné en Hongrie pour une courte période de temps et y a construit une nouvelle maison pour sa famille à Matramindszent. À Welland, Istvan s’est fait connaître sous le prénom de Steve. Il a travaillé pour Electro-Metals jusqu’à sa retraite. Après avoir déménagé à Welland, il a fait plusieurs voyages en Hongrie. Son épouse Anna n’y est retournée qu'une seule fois. Il était un très bon chanteur et faisait son propre vin. Il était membre de l’Independent Mutual Benefit Federation et partenaire du IMBF Hall (Munkas), situé sur Park Street, à Welland. L’organisation IMBF a été créée à titre de compagnie d'assurances dans les années 1930, pour couvrir les frais funéraires de ses membres. L’IMBF Hall (Munkas) était parfois appelé le « Temple des travailleurs hongrois » (Hungarian Labour Temple). C'était un lieu de rencontres sociales, permettant aux citoyens de conserver leur culture et leur langue.

Dans les premières années, la famille déménageait d’une maison de location à l’autre, puis, vers 1939, a acheté une ferme, pour la revendre plus tard et faire, en 1943, l’acquisition d'une maison située au 254, Niagara Street, à Welland. Istvan a rapidement appris à parler l'anglais. Anna n'a pas appris beaucoup l’anglais, même si elle pouvait comprendre quelques bouts de conversations. Elle prenait toujours avec elle son livre de prière hongrois pour aller à la messe. Elle n’avait pas de raisons d'apprendre l'anglais. Elle passait la plupart de son temps avec des compatriotes hongrois et ils parlaient le hongrois à la maison. On trouvait à Welland un grand marché maraîcher où les femmes hongroises se retrouvaient le samedi.

La veuve de Zoltan, Elizabeth, possède l'histoire de la famille sur 7 générations, en partant de JANOS et comprenant des informations sur les noms, les lieux où ils se sont déplacés (certains se sont installés à Beckley, en Virginie occidentale) etc.

Ce qui suit porte sur Zoltan et sa vie au Canada.

Zoltan Tayti est de la quatrième génération de la famille Tajti, qui débute avec son arrière-grand-père Janos Tajti, de Matramindszent, en Hongrie. Il est né Zoltan Tajti, à Matramindszent. Il a voyagé sur le Montcalm, de la Cunard White Star Line, arrivant à Québec le 24 octobre 1930, avant de prendre le train jusqu’à Welland, en Ontario. Alors qu’il était dans l’armée canadienne, durant la Deuxième Guerre mondiale, il changea légalement l’orthographe à Tayti et légalement prit Chester comme second prénom. Le nom de famille avait été changé alors que lui et son frère étaient à l'école primaire au Canada. Chester était un nom qu’il avait tiré de la bande dessinée Chester Gump. À la General Motors, Il était connu sous le nom de Chester. Quand il a pris sa retraite en 1981, il a repris le nom de Zoltan Chester. La famille et les amis hongrois l’appelaient Zoly. À l’époque où Zoltan est né, les Hongrois n’avaient souvent qu'un seul nom, et pas de deuxième nom.

Durant ses années d'adolescence, il faisait partie de l'orchestre IMBF, sous la direction d’Henri Stahl. Il jouait à la station de radio CKTB, le dimanche, dans le cadre d’une émission appelée Hungarian Homeland Memories (Souvenirs de notre patrie, la Hongrie). L’orchestre jouait aussi lors de soirées de danse et de pique-niques, au parc Kossuth et au Hungarian Labour Temple. Il était membre de la troupe de danse culturelle de l’IMBF et de la compagnie théâtrale Drama Club qui se rendaient à Tillsonburg, Hamilton, Brantford etc. pour y performer dans les salles hongroises.

Cheminement d’emploi :

  • Dans les champs de tabac alors qu’il était tout jeune, puis, pendant plusieurs années, pour divers employeurs à Welland : Electro-Metals, Atlas, Canada Forge, etc.
  • Dans l'armée canadienne, de 1943 à 1946
  • En 1946-47, il a vendu de l'assurance pour la Toronto Mutual, puis a eu une équipe sous ses ordres pour vendre les magazines Street & Smith dans différentes villes.
  • Employé à plein temps à la General Motors de 1949 à 1981, sauf pour un an. En 1953-54, il a exploité son propre restaurant, appelé le Argyle Coffee Shop, à Preston, en Ontario. Il a été délégué syndical pendant 3 ans. Il a pris une retraite prématurée à 56 ans, après un pontage coronarien.

Il a été marié deux fois et a eu deux enfants, Mark et Michael Tayti et trois beaux-enfants, Nancy, David et Stephen Sherwood.

Alors qu’il vivait à St. Catharines, il fréquentait l'Église presbytérienne St. Andrew de l’Ouest, puis plus tard celle de St. Giles. C’est là qu’il a dirigé une troupe scoute, a cuisiné pour le Men’s Club et a acheté et revendu des arbres de Noël pour aider l'église.

Après avoir déménagé à Welland, il a rejoint en 1976 la Knox Presbyterian. Il en a été membre du Conseil d'administration, puis administrateur. Il était aussi membre du Men’s Breakfast Club et du Friendship Club.

Passe-temps :

  • Il a joué au football à l’école.
  • Il a enseigné la danse de salon (ballroom dancing) école de danse Paul Barta School of Dancing. Paul Barta était aussi propriétaire du Budapest Restaurant sur King Street, à Welland.
  • À un certain moment, il s’est rendu jusqu’en Colombie-Britannique sur une vieille moto de marque Indian.
  • Il a détenu une licence de pilote d’avion de 1949 à 1960. Il a été propriétaire d’un Cornell, dans un partenariat à cinq membres, dont les marques CFFUM. Il a plus tard été propriétaire unique d’un Piper Super Cruiser, un 3 places.
  • Il était ceinture noire de judo et a été instructeur. Il était membre du Club de Judo de la GM.
  • Il faisait partie d’un ensemble de chant de style « barbershop » à St. Catharines
  • Il a joué au golf pendant environ 15 ans.
  • Il a été membre de la troupe Pioneer Square Dancers, à St. Catharines, environ de 1979 à 1984. De 1976 à 1990, lui et sa femme Elizabeth participaient à des soirées de danse de salon dans les nombreuses salles de la région de Niagara.
  • Des années 1960 jusqu'en 2000, il a collectionné des objets militaires, des armes de poing et d'épaule. Il a été membre du club de tir Welland Handgun Club pendant 20 ans, jusqu'à la fin de 2000. Lui et son ami, Paul Eros, participaient à plusieurs événements d’armes à feu et en vendaient partout en Ontario.
  • Il a exploité une entreprise de Disc Jockey nommée PLATTER CHATTER de 1979 à 1984, environ.
  • Il était très porté sur la musique, un bon chanteur et il aimait jouer de l’harmonica.
  • Zoltan a fait deux voyages en Hongrie. Un avec Elizabeth, lorsqu'il avait 52 ans, 45 ans après en être parti. Il se souvenait exactement où sa tante Erszebet vivait et se rendit directement à la maison. L'autre voyage a eu lieu 9 ans plus tard, avec David Sherwood. Il parlait toujours le hongrois.

Il est allé trois fois au Ghana avec Elizabeth. Ils ont contribué à établir une école pour jeunes filles, la Girls Vocational School, à Dormaa-Ahenkro, au Ghana, en 1990. Plus tard, la Presbyterian World Service and Development, au Canada a offert à l'école son aide et, en 2005, elle est toujours en opération.

Ils vivaient chez le pasteur presbytérien local, le révérend Ohemeng Boakye (OB) et sa famille. Alors qu’ils étaient là-bas, en 1990, il est devenu le parrain de Kwadwo. En 1991, le deuxième fils de la famille Boakye est né et le nom de Kwasi Zoltan lui a été donné. Kwasi se faisait appeler Papa Zoly par les villageois, alors qu’il était tout jeune. Kwasi a plus tard demandé une portion des cendres de Zoltan, qui avait été incinéré à sa mort, et la demande lui a été accordée.

Zoltan et Elizabeth ont voyagé beaucoup entre 1976 et 1999 : Europe, Canada, États-Unis et Îles des Caraïbes. Ils ont passé plusieurs étés à leur chalet, en Nouvelle-Écosse. Il n’a jamais regretté que son père ait amené la famille au Canada et il a maintenu des liens avec des proches hongrois jusqu'à sa mort. Un de ses plus lointains souvenirs hongrois était qu’il conduisait par lui-même le cheval et la charrette jusqu’à la maison, lorsque son grand-père s'arrêtait à la taverne. Il n’avait que cinq ans. À cette époque, les grands-parents vivaient avec la famille de Zoltan.

Toute l’information sur les premiers ancêtres, et de 1930 à 1975 a été donnée à Elizabeth Tayti par Zoltan Tayti.