Skip to the main content

Une union sur l’Atlantique Nord : l’histoire d’amour de Martin Led Christensen et Agnès Catherine McTernan.

C’est l’histoire, romantique à souhait, de deux jeunes personnes issues de mondes très différents qui se sont rencontrées lors d’une croisière de l’Empress of France en décembre 1948. Catherine Christensen décrit ici les fréquentations du couple sur l’Atlantique Nord.

 

Martin et moi nous sommes rencontrés pour la première fois le 21 décembre. Au cours de la soirée, j’éprouvais des nausées et j’avais mal au cœur. Le lendemain matin, très tôt, je ressentis le besoin d’un peu d’air frais et je me précipitai sur le pont. En quittant ma chambre, j’entrai en collision avec ce beau grand jeune homme et je lui dis : « Je suis malade ». Il sourit et je courus vers le pont supérieur. Comment aurais-je pu deviner que le beau jeune homme avec lequel j’étais entrée en collision deviendrait plus tard mon mari, un danois du nom de Martin.

« Ce soir-là, Martin me fit la révérence en claquant des talons devant moi et me demanda : « Une danse ? » Après la danse il me dit : « J’suis Danemark, vous ? » Je répondis : « Écosse », et ce fut la fin de notre conversation. Martin me conduisit au salon des premières classes où nous nous assîmes sur un magnifique divan en nous tenant les mains. Soudain, quatre hommes portant des kilts s’avancèrent vers nous. Ils s’appelaient « The Curlers » et allaient donner des spectacles au Canada. Martin m’entoura de son bras. Ils le regardèrent et, tenant une branche de gui au-dessus de nos têtes, dirent : « Embrassez la jeune fille ». Martin ne comprenait pas et moi, j’étais trop timide pour l’embrasser. Ils s’approchèrent et placèrent nos deux têtes l’une contre l’autre. Ce fut notre premier et magnifique baiser.

« Durant tout le voyage, nous appréciâmes réciproquement notre compagnie. Et ce furent de longues promenades sur le pont, des films, des chansons avec l’orchestre et toute cette compagnie autour de nous. Des jours heureux !

« Martin débarqua de l’Empress of France le 28 décembre 1948, à Halifax, au Canada. Nous allions découvrir nos nouveaux pays et notre nouvelle vie, mais dans des directions différentes. Il allait à Vancouver et je continuais mon voyage en bateau jusqu’à St-Jean, où m’attendait un train pour New York, là où ma famille et moi nous étions établis.

Martin et moi correspondîmes trois années durant, et, en janvier 1952, Martin vint me retrouver aux États-Unis où nous nous épousâmes le 21 juin 1952. »

M. et Mme Christensen ont visité le Quai 21 à l’été de 1999 et partagé leur merveilleuse histoire avec moi. Ils habitent toujours aux États-Unis et sont les heureux parents de trois grands enfants et de sept petits-enfants. Les Christensen sont toujours aussi heureux qu’au jour de leur mariage et nous espérons leur prochaine visite.