Skip to the main content

L'histoire de Daisy

Time Code Transcription
0:00 – 0:21 À Hong Kong, j’étais secrétaire de direction, je travaillais dans une société d’État, dans les affaires générales, mais bénévolement, j’aidais beaucoup mon église. Je me rappelle qu’en 1995, notre église a décidé d’aller dans une communauté de base pour commencer l’implantation d’une église.
0:21 – 0:44 Ma vocation me disait que je devrais prendre part à ce projet. Je vais donc dans la communauté et je visite une famille tous les samedis. Je leur rends visite, je leur parle, j’ai beaucoup de compassion pour eux. J’ai découvert qu’ils avaient beaucoup de problèmes, je demandais toujours de l’aide à mon amie, une travailleuse sociale. Je lui demandais toujours : « Qu’est-ce que je peux faire pour les aider? Ils n’ont pas d’argent. »
0:45 – 1:01 Et depuis... Je veux vraiment faire quelque chose pour aider ces personnes. Mais parce que je suis secrétaire de direction, je ne sais pas trop quoi faire. Et à l’époque, j’ai soudainement eu une vocation : « je devrais peut-être étudier quelque chose afin de faire quelque chose que je pourrais [inaudible] pour aider ces gens. »
1:02 – 1:45 Et je commence à chercher une école, et je me dis : « Je pourrais peut-être aller aux États-Unis ou au Canada, n’importe où... je suis ouverte à l’idée. » Je suis arrivée au Canada le 12 octobre 1996. Mais à l’époque, ce n’était vraiment pas facile d’être immigrante. Je travaillais dans une agence de voyages à temps partiel... en fait, à temps plein. Je vais à l’école le matin, le midi et le soir. Tout est serré. Mais au bout de six ans, je termine, j’obtiens mon diplôme. Et dans la dernière année de mes études, je commence à me demander : « Daisy, qu’est-ce que tu veux faire? »
1:46 – 2:18 Je me suis perdue pendant mes études, parce que tout le monde me disait : « Tu devrais faire ceci, tu devrais faire cela, peut-être les affaires internationales, ou le marketing... » Beaucoup de voix. Mais tout à coup, à ce moment-là, je me suis rappelé pourquoi je suis venue au Canada. Je connais ma passion. Je sais que ma passion n’est pas de travailler dans une banque, dans une société de fonds communs de placement... je veux aider les gens. Alors tout à coup, j’entends parler à la radio pour la première fois de counselling d’emploi. « Ah oui, c’est ça, c’est ce que je veux faire. »
2:19 – 2:39 Alors j’ai commencé le programme collégial... Un autre programme collégial de deux ans en counselling d’emploi. Pendant cette période, j’ai également fait du bénévolat dans une agence d’immigration, [inaudible] est celle où je travaille présentement. Je découvre que je peux aider les gens, et en faisant du bénévolat, je peux contribuer beaucoup.
2:40 – 3:09 Lorsque je travaillais à [inaudible], les deux premières années, je travaillais pour un programme d’aide communautaire, j’aidais les clients qui faisant face à plusieurs obstacles, et parce qu’ils font face à tellement d’obstacles et de barrières, et je… Ils ont un faible revenu, ils dépendent du bien-être social, ils parlent très peu l’anglais et, de plus, ils n’ont pas d’emploi. Je leur enseigne des compétences pré-emploi et également des aptitudes à la vie quotidienne. Je raconte toujours mon histoire pour les encourager.
2:45 – 3:00 Je pense que j’ai fait ce chemin dans un but, et je sais que mon histoire peut les aider et je leur dis toujours : « Ne vous découragez pas. » Si j’avais voulu me laisser décourager, j’aurais eu des centaines de raisons de le faire. Je ne l’ai pas fait, parce que je sais que j’ai un rêve à réaliser.