Skip to the main content

L’aventure d’un petit ourson

Une jeune fille en blouse blanche et en culottes courtes. Elle est dans un jardin et tient un ourson en peluche qui porte également une robe blanche.

Pat Marshall à Toronto, 1954 [DI2019.177.2]

Sa fourrure couleur miel s’est amincie après des décennies de câlins, ses oreilles sont un peu délabrées et il y a bien longtemps maintenant que ses yeux ont été remplacés par des boutons de chaussures. Il est clair qu’il a une histoire à raconter, mais il ne parle pas, ni même ne grogne (son mécanisme de grognement s’est finalement fatigué il y a des années). Comme bien des oursons en peluche de ce monde, si Teddy Marshall pouvait parler, il parlerait de ce qu’on ressent quand on est aimé infiniment à titre de compagnon cher et toujours présent dans l’aventure tendre et amère de l’enfance.

Il raconterait aussi qu’il a quitté sa maison de Liverpool, en Angleterre, un voyage incroyable à bord d’un énorme navire qui lui a fait traverser l’océan Atlantique, et qu’il a commencé une nouvelle vie à Toronto, en Ontario.

Teddy et son amie Pat Marshall sont devenus pratiquement inséparables à partir du moment où Pat l’a sauvé de cousins qui l’utilisaient comme ballon de football. Lorsque le moment est venu pour Pat, dix ans, et ses parents d’immigrer au Canada, elle n’a eu le droit d’apporter qu’un nombre limité d’objets. Elle s’en souvient bien. Il ne faisait aucun doute que Teddy serait l’un d’entre eux.

Teddy est mentionné à plusieurs reprises dans l’histoire d’immigration de Pat. Notamment, lorsqu’elle lui a chuchoté à l’oreille « nous allons vraiment naviguer vers le Canada sur ce grand navire » en montant à bord du RMS Samaria et, à sa grande horreur, lorsque son père a suspendu Teddy à la blague par-dessus le bord du navire. « C’était inimaginable. Le petit bras de Teddy était si mince. Il aurait pu se détacher même si son père ne l’avait pas laissé tomber. »

Le Musée a entendu parler de Teddy pour la première fois en décembre 2019, lorsque la Société historique de l’immigration canadienne a informé la coordonnatrice de la collection, Sarah Little, qu’une femme nommée Pat avait une histoire à partager. L’équipe de conservation a été ravie d’apprendre qu’outre l’histoire, les lettres et les photographies, il y avait une valise d’enfant et un ourson en peluche très précieux.

« C’est que... Teddy accompagne Pat depuis 71 ans, explique Sarah, qui a servi de liaison afin de faire venir l’ourson au Musée. Avant qu’il ne vienne ici, elle a fêté ses 75 ans avec lui... AVEC lui... Nous avons une photo de cet anniversaire, et Pat est en compagnie de ses petits-enfants et de Teddy. »

« Ce n’était pas qu’un jouet d’enfance bien-aimé. Teddy a été l’ourson en peluche chouchou de sa vie. »

Une femme âgée assise tient un ourson en peluche. Une jeune fille et un jeune garçon sont à côté d’elle et devant elle se trouve un gâteau d’anniversaire jaune.

Pat Marshall et ses petits-enfants, 2019 [DI2019.177.3]

L’équipe de conservation savait à quel point cet ourson était important. Il a été prêté au Musée, alors son arrivée était très attendue et son transport par courrier depuis l’Ontario a été soigneusement géré.

« C’était très excitant. J’ai commencé à suivre le colis dès son départ, explique Sarah. Je n’avais vu que des photos de Teddy, mais j’avais beaucoup entendu parler de lui. »

Teddy s’est rendu au Musée de la même façon qu’il a voyagé de l’Angleterre au Canada, niché dans la minuscule valise de Pat. Il a été accueilli par l’équipe avec tambours et trompettes. « Je l’ai immédiatement déballé, puis je l’ai montré à tout le monde de l’Annexe inférieure, dit Sarah. Tout le monde était très excité de le voir. Nous avons pris des photos. »

Un groupe de personnes tient une boîte contenant une petite valise et un ourson en peluche un peu vieillot.

Sarah Little, Dan Conlin, Sabrina Orr et Tanya Higgins accueillent Teddy Marshall peu après son arrivée au Musée.

Pendant un certain temps, le Musée aura l’honneur d’avoir l’histoire de Teddy Marshall entre ses mains et la chance de présenter cet ourson aux visiteurs de biens des façons afin de les mettre en contact avec l’histoire d’immigration du Canada. Sarah espère que le séjour de Teddy au Musée aidera les visiteurs à voir l’immigration du point de vue d’un enfant, à démontrer la puissance d’une formidable histoire et à rappeler aux gens pourquoi leurs propres jouets d’enfance étaient si importants.

« Teddy était son meilleur ami et son frère, explique Sarah en parlant de l’importance de cet ourson. D’une certaine manière, je pense qu’il a aidé Pat à s’adapter. Elle avait ses parents, mais elle avait aussi son copain Teddy. »

« Il aide vraiment à raconter l’histoire de Pat, ainsi que l’histoire d’immigration d’une enfant. »

Teddy Marshall est présenté dans l’exposition sur l’Histoire du Quai 21, au Musée canadien de l’immigration du Quai 21.