Skip to the main content

Célébrer la culture canadienne avec une fusion du Chant d’honneur mi’kmaq et la chanson Rise Again

La musicienne de reggae Jah’Mila dit qu’elle essaie de changer les choses.

« Si ces petites choses s’additionnent et deviennent quelque chose de grand, alors je serais toujours de la partie. C’est un modèle des choses étonnantes et magnifiques qui peuvent être accomplies quand nous travaillons tous ensemble », explique-t-elle.

Jah’Mila chante de façon magnifique le refrain de la chanson Rise Again, de la famille Rankin, écrite par Leon Dubinsky.

Sa performance, ainsi que celle de Sons of Membertou et de Danelle Doucet, est présentée dans la vidéo du Musée Mawita’nej (Let us Gather / Rassemblons-nous), à l’occasion de la fête du Canada.

Deux femmes chantant sur un fond coloré.

Jah’Mila et Kristine Kovacevic, directrice de l’interprétation et de l’expérience du visiteur, chantent ensemble dans L’histoire de l’immigration canadienne.

Cette année, comme nos célébrations en personne ont été annulées, c’est par ce vidéo que le Musée célèbre la fête du Canada.

« Nous cherchions une pièce numérique rendant hommage à la culture autochtone, ainsi qu’à certaines cultures et traditions apportées au Canada par des gens du monde entier », explique Rebecca MacKenzie-Hopkins, gestionnaire des programmes publics du Musée.

Le vidéoclip commence avec le Chant d’honneur mi’kmaq, interprété par les Sons of Membertou. Les tambours se transforment progressivement en la chanson Rise Again, avant de redevenir le Chant d’honneur.

« Ces deux chansons ont été largement utilisées dans d’autres célébrations culturelles et j’ai vraiment senti qu’il pouvait y avoir une bonne synergie entre les deux », explique Mackenzie-Hopkins.

« Cette chanson est un excellent rappel de la façon dont nous nous réunissons en ces temps historiques, dit Darrell Bernard, aîné avec Sons of Membertou.

J’aimerais que les gens reconnaissent nos différences, en tant qu’êtres humains, tout en s’acceptant les uns les autres dans le respect de ces différences. »

L’impressionnante liste d’interprètes reflète les cultures fondatrices de la Nouvelle-Écosse : le Dr Henry Bishop jouant du tambour pour le Black Cultural Centre for Nova Scotia, le violon à la touche acadienne de Danelle Doucet, le jeu de pieds des danseurs de Celtic Rhythms, les harmonies du Nova Scotia Mass Choir, sans oublier les tambours mi’kmaq venant tous les unir.

Danelle dit qu’elle a été honorée que sa contribution représente le lien et l’amitié qui existe entre les Acadiens et les Mi’kmaq. Elle espère que cette vidéo aidera les gens à reconnaître les cultures du Canada et à comprendre qu’il s’agit d’un pays diversifié.

Ce vidéo est aussi parsemé de personnalités bien-aimées de la région, comme les joueurs du club de soccer HFX Wanderers et les membres de la troupe Maritime Bhangra, ce qui en fait également une célébration de l’histoire d’immigration du Canada.

Une femme jouant du violon sur la promenade du port de Halifax est filmée et enregistrée.

Danelle Doucet joue Rise Again sur son violon.

Le fondateur de la troupe Maritime Bhangra, Hasmeet Singh Chandok, dit qu’ils ont immédiatement accepté lorsqu’on leur a demandé de créer une nouvelle danse chorégraphique pour l’occasion.

Selon lui, cette vidéo est un mélange parfait du message qu’ils veulent faire passer et du message du Musée.

« Il symbolise... les valeurs que nous, les Canadiens et Canadiennes, avons à cœur, explique-t-il. Il me rappelle tous les immigrants qui nous ont précédés, qui ont tracé cette route qui nous permet aujourd’hui de librement célébrer notre propre culture tout en la voyant comme une partie intégrante de la culture canadienne. »

Un homme et une femme portant des gilets et des pantalons orange se tiennent ensemble à l'extérieur du Musée.

Les danseurs du Maritime Bhangra Group font une pause.

Cette vidéo fera partie des célébrations numériques d’Halifax pour la fête du Canada.

Bonne fête du Canada de la part du Musée canadien de l’immigration du Quai 21 !

Pages