Skip to the main content

Une médecin connu sous le nom « d’ange du Nord » ayant mis au monde plus de 10 000 bébés à St-Albert, en Saskatchewan. Un jeune garçon qui a fui le Liban pendant la guerre civile, qui est arrivé au Canada, qui est devenu pionnier de l’industrie de la vidéo domestique et qui a finalement créé Cineplex Media. Une jeune mariée suisse qui est venue rejoindre son mari en Ontario après la Seconde Guerre mondiale, puis qui s’est associée à lui pour développer la société de renommée mondiale Bata Shoe Company. L’un des entraîneurs les plus performants de l’histoire de la Ligue canadienne de football, menant son équipe à cinq victoires de la Coupe Grey. Son périple canadien a commencé au Quai 21, lorsqu’il est arrivé du sud de l’Italie. Liés par l’expérience commune d'un nouveau départ au Canada. La deuxième saison D’innombrables voyages, le balado du Musée, met en lumière des histoires de ténacité, de persévérance et de passion, et s’intéresse de plus près aux Canadiens et aux Canadiennes dont le dynamisme et la détermination ont contribué à façonner le Canada. Des Canadiens tels que Moses Znaimer...


Carte d’identité délivrée à la famille Znaimer, 4 mars 1948

Crédit : Musée canadien de l’immigration du Quai 21 Collection [DI2014.515.1]

Il a fondé Citytv, puis Much Music, Fashion Television et Bravo. On lui attribue l’introduction du vidéoclip au Canada. « Moses Znaimer a vu un avenir rempli de chaînes, chacune s’adressant à une petite partie du marché », explique l’animateur Paolo Pietropaolo dans l’épisode 5 de la deuxième saison D’innombrables voyages (un épisode qui n’a pas encore été présenté au public). Un homme qui a vécu une vie extraordinaire et des débuts des plus humbles. Les parents de Moses (Chia, originaire de Pologne, et Aaron, de Lettonie) se sont rencontrés alors qu’ils fuyaient afin de se mettre à l’abri des nazis qui balayaient l’Europe. Ils se dirigeaient vers Shanghai, mais Chia est tombée enceinte et ils se sont plutôt dirigés vers le Tadjikistan afin qu’elle puisse donner naissance à Moses. Malgré l’arrivée du bébé, Chia et Aaron ont continué de voyager et ont finalement trouvé refuge dans un camp de personnes déplacées de l’Allemagne de l’Ouest. Moses :

« Le camp de personnes déplacées était une caserne militaire. Il y avait une petite rivière qui coulait tout près dans laquelle une armée en retraite avait abandonné une bonne quantité de munitions. Nous avons récupéré quelques-uns de ces obus, et, j’en tenais un et je le frappais contre une roche pour produire des feux d’artifice. Un adulte nous a vus et s’est mis à courir. Il essayait manifestement de me sauver, mais ça m’a fait peur, les autres enfants se sont dispersés et j’ai couru. J’ai finalement laissé ce truc tomber et j’ai couru jusque dans un bâtiment abandonné. Je suis monté d’un étage, puis d’un autre, puis il n’y avait plus d’étage, et j’ai sauté. Puis après, je me suis plus ou moins réveillé. Tout ça s’est passé peu de temps avant notre date d’embarquement sur le bateau qui devait nous emmener au Canada. »

Bien que Moses n’ait pas été gravement blessé, l’incident a inquiété ses parents, qui craignaient qu’il ne passe pas l’examen médical requis pour embarquer sur le navire qui devait les conduire jusqu’au Canada. « C’était plus ou moins un désastre pour ma famille, parce que je me suis réveillé avec une hernie », explique Moses. Chia et Aaron savaient qu’il leur fallait un plan, car ils devaient en plus se soucier de la tuberculose dont Moses avait souffert au Tadjikistan lorsqu’il était enfant. Moses :

« Je porte la trace de la tuberculose. Il y a certains tests, des tests épicutanés. Mes résultats étaient toujours positifs lors des tests épicutanés, ce qui alarmait tout le monde, puis, si je pouvais passer une radio, ils voyaient que j’allais bien. Mais bon, à l’époque, il n’y avait pas autant d’équipement de radiographie. Mes parents avaient une peur bleue que j’échoue ce test final. Ils ont trouvé un moyen ingénieux de résoudre le problème, c’est-à-dire qu’ils ont emprunté l’enfant des voisins. Ils m’ont simplement substitué par un autre enfant pour cette partie de l’examen. Nous avons passé l’examen médical et sommes montés à bord du navire. »

Moses a voyagé vers le Canada à bord du SS Marine Falcon, un ancien transporteur de troupes. Ses parents ont lutté contre le mal de mer pendant toute la durée du voyage, ce qui a permis à Moses de se promener sur le navire à son aise. Il a appris l’anglais en se liant d’amitié avec les marins se trouvant à bord.

Moses et sa famille sont arrivés au Quai 21, puis ont pris un train se dirigeant vers Montréal. Mais pas avant qu’une photo de Moses débarquant du navire n’ait été prise, commémorant ses premiers pas en sol canadien. Cette photo a fait la couverture du The Standard, qui était à l’époque le magazine le plus diffusé au Canada. La photo était accompagnée du titre « Une personne déplacée avec un avenir ». L’auteur ignorait à quel point ce titre s’avérerait prophétique.


Coupure de presse concernant Moses Znaimer et Nasha Rosenberg, 26 juin 1948

Crédit : Musée canadien de l’immigration du Quai 21 Collection [DI2014.515.2]

Moses a grandi, fréquenté l’Université McGill, obtenu un diplôme, puis continué ses études à l’Université Harvard. Il s’est finalement retrouvé à Ottawa, dans une entrevue pour la CBC. « Il a décroché l’emploi, mais a eu des problèmes presque immédiatement, pour plusieurs raisons, entre autres parce qu’il a fait une émission téléphonique à savoir si le Canada devait se débarrasser de la monarchie, un vrai tabou à l’époque », explique Tina Pittaway, qui réalise des entrevues pour le balado D’innombrables voyages. Moses : « Ce type, qui était assez haut placé dans le département des affaires publiques, m’a emmené déjeuner et m’a dit, en gros : "Occupe-toi de tes affaires. Tu te débrouilles bien. Dans cinq ou dix ans, tu pourras avoir mon poste." Et je me souviens m’être dit : "La belle affaire! Je peux avoir son poste dans seulement cinq ou dix ans." J’ai démissionné le jour suivant. »

Comment la chaîne CityTV est-elle devenue la réalité de Moses? Il a entendu dire qu’un certain nombre de licences de diffusion allaient être offertes, il a sauté sur l’occasion et le reste appartient à l’histoire. CityTV est née et a ensuite donné naissance à de nombreuses autres chaînes. Moses fut un pionnier de l’univers multichaîne..


Entrevue d’histoire orale avec Moses Znaimer, 2016

Crédit : Musée canadien de l’immigration du Quai 21 Collection [16.09.29MZ]

La deuxième saison D’innombrables voyages a débuté le 25 mai. De nouveaux épisodes seront diffusés toutes les deux semaines, de mai à août. L’histoire de Moses n’est qu’une parmi tant d’autres. Comme l’histoire de Salah Bachir, présentée dans le premier épisode de la deuxième saison. Bachir, un entrepreneur et un philanthrope, fut un pionnier de l’industrie de la vidéo domestique, ce qui a conduit à la création de Cineplex Media. Il est également un champion de la communauté LGBTQ+, et a été le grand maréchal du défilé de la Fierté de Toronto à deux reprises. Branchez-vous au balado D’innombrables voyages afin d’en entendre davantage au sujet des histoires de Bachir, de Moses ou d’autres histoires. Contenu original en anglais et en français. Offert sur Apple Podcasts ou en cliquant sur l’hyperlien ci-dessous :

https://link.chtbl.com/ZHTmVmD1?sid=newsletter