Skip to the main content

Au mois de juin, l’année passée, le Musée a eu l’honneur d’accueillir des anciens combattants au Quai 21 de nouveau pour souligner le 75e anniversaire du Jour J. Pour le personnel et les bénévoles, il s’agissait d’une expérience inoubliable et d’une occasion d’entendre des histoires personnelles de traversée dans le Quai 21, et d’autres souvenirs de guerre.

En ce mois de mai, nous célébrons un autre point tournant majeur pour l’histoire militaire et d’immigration du Canada : le 75e anniversaire du jour de la Victoire en Europe.

Le jour de la Victoire en Europe, le 8 mai 1945, marquait la fin officielle de la Deuxième Guerre mondiale en Europe. La guerre était subitement finie, et plus de 45 000 Canadiens et Terre-Neuviens ont donné leur vie au cours de cinq ans et demi de combats. Les sons de célébration ont été entendus à travers le monde. Les cloches des églises sonnaient, les gens tiraient du fusil dans les airs et se sont pressés dans les rues pour danser, pleurer et ressentir une joie comme ils n’en avaient pas vécue depuis des années.

Des centaines de milliers de militaires ont quitté le Canada par le Quai 21 et y sont revenus, des vagues d’immigrants et de réfugiés d’après-guerre se sont succédé à travers cette porte vers le Canada, changeant notre nation à jamais.

Pour souligner ce jour et pour commémorer ceux qui ont servi et qui servent encore le Canada, voici les paroles de ceux qui étaient là et qui ont partagé leur histoire avec le Musée :

Un navire plein d’hommes en uniforme s’amarre à un bâtiment couvert de drapeaux britanniques.

Le Quai 21 à partir du HMT Île-de-France, 5 août 1945

Crédit : Musée canadien de l’immigration du Quai 21 [DI2013.1771.2 (3)]

« Je me souviens d’être allé dans la cour et d’y avoir tiré des balles à blanc... Les navires dans le port faisaient sonner leurs cornes, vous savez, alors j’ai ajouté au bruit... C’est tout ce dont je me souviens, en fait, de la fin de la guerre. » - Ray Thompson, arrivé d'Angleterre via les Bermudes. Histoire orale [08.04.09RT]

« J’étais dans le mess des officiers. Une des filles y est entrée et était absolument ravie. Elle a dit : “C’est fini.” Et moi je lui ai répondu : “Que veux-tu dire, c’est fini?” Alors elle a insisté : “La guerre. C’est fini.” Bien sûr, nous nous sommes toutes précipitées dehors. C’était― c’était la fête... Autrefois il y avait ce qu’on appelait des lignes de conga... Je me souviens que nous avons fait le tour du monument Nelson, jusque dans Trafalgar Square. » - Joyce Paynter, épouse de guerre, arrivé d'Angleterre, 1945. Histoire orale [05.07.14JP]

Une femme avec les cheveux courts et bouclés portant un uniforme de l’Armée.

Joyce Paynter dans son uniforme du Service féminin de l’Armée canadienne.

Crédit : Musée canadien de l’immigration du Quai 21 [DI2017.90.1 (1)]

« C’était assez merveilleux. Assez merveilleux, merci. Et les... malheureusement, les soldats ont presque perdu la tête et ont presque détruit le village à Aldershot, hein. » - Kenneth Martin MacLaren, ancien combattant canadien. Histoire orale [00.06.27KM]

« Oh, seigneur, une fête monstre... Les publicains ont tous pris les barils de bière au sous-sol et les ont placés sur des tréteaux dans la place du village... Et nous avons un peu perdu le contrôle, parce que nous avions sorti les pistolets à fusée éclairante des magasins, alors nous tirions des fusées colorées dans le ciel. Et puis quelqu’un a eu la brillante idée d’en tirer un dans un tas de foin. Nous avons brûlé pas mal de ballots de foin, ce qui n’a pas fait le bonheur de tous. » - Albert Stewart Logan, ancien combattant canadien. Histoire orale [02.04.04ASL]

La vitrine d’un magasin aux fenêtres cassées, alors que des gens volent des boîtes de chaussures.

Magasin de chaussures pillé dans l’est de la rue Barrington, entre les rues Salter et Prince, émeutes du jour de la Victoire en Europe

Crédit : Officier marinier Harvey / Bibliothèque et Archives Canada / C-079584

« Je me souviens de ce jour-là, quand j’étais petit... Le lendemain, notamment, en descendant au coin des rues Barrington et George, il n’y avait que du verre cassé et des chaussures. » - Dave Campbell, Haligonien

Sur le trottoir à l’extérieur d’un barbier, les gens se promènent avec les bras pleins de manteaux.

Émeutes du jour de la Victoire en Europe, est de la rue Gottingen entre les rues Falkland et Cornwallis.

Crédit : Mayfair Studio / Bibliothèque et Archives Canada / PA-122582

Un homme souriant en uniforme de la Marine.

John Forbes Monroe en uniforme de la Marine, vers 1943

Crédit : Musée canadien de l’immigration du Quai 21 [R2015.138.4]

« Bien rapidement, beaucoup de gens ont commencé à boire toutes sortes d’alcool, à se battre, à piller et à mettre le feu aux voitures et tramways... Il s’ensuivit une grande destruction... Il a été très difficile de reprendre le contrôle de la situation. » - John Forbes Monroe, ancien combattant canadien, par sa fille Robin Monroe. Histoire [S2012.1389.1]

Deux hommes en uniformes militaires.

Konstanty Kotovitch et son frère Stephen, 1939-1945

Crédit : Musée canadien de l’immigration du Quai 21 [DI2017.94.15]

« Et puis, c’est arrivé! Le jour de la Victoire en Europe, le 8 mai 1945. Papa et son ami étaient allés dans une ferme près de là pour ramasser des œufs et les ramener au camp... On a tiré un coup de balle de derrière les arbres, et ça a frappé l’ami directement dans le front, le tuant sur le coup... C’était encore dangereux de se promener. » - Konstanty Kotovitch, ancien combattant polonais et immigrant au Canada, par sa fille Anita Marshall. Histoire [S2012.1195.1]

Un homme et une femme en uniformes militaires, assis bras dessus, bras dessous, sur une souche.

Douglas et Nan MacDonald en Angleterre, 1944.

Crédit : Musée canadien de l’immigration du Quai 21 [R2015.118.1 (1)]

« Nous avons passé toute la journée de la Victoire en Europe à larguer de la nourriture aux Néerlandais, parce qu’ils étaient inondés. Nous devions choisir des points de largage, parce que les autres avions passaient au-dessus du pays. » - Alfred Patricia Cassidy, ancien combattant canadien. Histoire orale [00.06.16APC]

« Les cloches des églises sonnaient. D’habitude, elles servaient à annoncer une invasion imminente. Mais pas cette fois-là. Cette fois, la guerre était finie, et mes amies et moi avions bien l’intention de nous amuser. » - Ruby Fletcher, épouse de guerre, arrivé d'Angleterre, 1946. Histoire [S2012.702.1]

« Et puis la parade est arrivée... Nous étions empilés sur les lampadaires... Nous étions directement devant Buckingham Palace… Et puis voilà le Roi et la Reine et Churchill sur le balcon, à nous saluer. » - Douglas Gordon Champion, arrivé d'Angleterre, 1952. Histoire orale [10.07.07DGC]

« À l’heure de la récré, le 8 mai, j’étais sur les balançoires. Le directeur, M. Jacobsen, est sorti et a lancé : “Rentrez chez vous, la guerre est finie!” » - Queenie Nayman, immigrante polonaise

Une rue jonchée de papier et de confettis, avec une tour à horloge en arrière-plan.

Célébrations du jour de la Victoire en Europe.

Crédit : Ronny Jaques / Office national du film du Canada. Photothèque / Bibliothèque et Archives Canada / PA-114626/ PA-114626

Nous sommes un Musée d’histoires. Notre Collection est un portail qui recense les histoires personnelles de voyages qui, ensemble, racontent l’histoire en cours d’un pays créé par l’immigration. Près de 1 700 histoires et 700 histoires orales de notre collection sont disponibles en ligne. Vous pouvez donc continuer à vous souvenir, à apprendre et à vivre l’histoire d’immigration continue du Canada du confort de votre foyer. Explorez notre Collection en ligne >