Skip to the main content

À Halifax, pendant la saison estivale, on peut souvent les observer sur la commune. Ils portent souvent des maillots d’équipe et se distinguent par leurs lancers vers le bas en direction du guichet et leurs bâtons rectangulaires. Ce sont les joueurs de cricket d’Halifax. Ils représentent plusieurs clubs, mais sont tous membres de l’Association de cricket de la Nouvelle-Écosse.

Amit Joshi n’est pas qu’un amateur inconditionnel et un joueur de talent, il est aussi président de l’association. C’est un rôle qui l’attendait.

Il était joueur aguerri en Inde. Lorsqu’il a déménagé au Canada pour ses études, il y a environ 15 ans, Amit s’est dit que ses années de cricket étaient derrière lui. « Je pensais que s’en était fini du cricket, explique-t-il. Qui jouerait au cricket dans un endroit comme Halifax? »

Même lorsque l’un de ses collègues de classe lui a dit : « Les gens d’ici jouent au cricket! », il a présumé qu’ils ne seraient pas au niveau auquel il était habitué. Puis, par une journée ensoleillée sur la commune, il a été ravi de trouver des gens absorbés dans une partie sérieuse. Il s’est joint à eux.

« Il s’agissait plus ou moins d’une ligue improvisée », explique-t-il, mais il dit aussi qu’il a immédiatement remarqué la passion et le talent des joueurs. Il a réalisé qu’il était possible de mieux organiser la façon dont les gens jouaient son sport de prédilection à Halifax. C’est donc de cette façon que la Ligue de cricket d’Halifax a vu le jour.

« Depuis, nous n’avons jamais regardé en arrière, explique Amit. La ligue a grandi à pas de géant. » Aujourd’hui, l’Association de cricket de la Nouvelle-Écosse compte plus de 200 joueurs, organisés en quatre clubs (dont la Ligue de cricket d’Halifax). Chaque club a son propre conseil d’administration, ses propres équipes et ses propres activités de collecte de fonds. Amit explique que la structure ressemble « à celle du hockey ».

Photo d'équipe de deux rangées de joueurs de cricket portant des chandails bleus avec l'inscription Nouvelle-Écosse à l'avant.

Équipe de cricket d’hommes de la Nouvelle-Écosse 2018, Amit Joshi est à la dernière rangée, deuxième à partir de la droite.

Ce qui est intéressant, bien que pas surprenant si l’on considère les origines étrangères du cricket, c’est que la majorité des joueurs sont des immigrants. « Nous avons des Australiens, des joueurs de l’Angleterre, des joueurs de l’Inde, du Bangladesh, du Pakistan… même des joueurs des îles des Caraïbes », explique Amit. Selon lui, il est possible que chaque pays pratiquant le cricket soit représenté au sein de l’association et il a déclaré qu’ils « accueillent la diversité ».

Pendant plusieurs années, la majorité de joueurs était aussi des étudiants. Amit explique qu’ils jouaient quelques années dans une équipe, puis qu’ils allaient ailleurs au Canada pour le travail. Au cours des dernières années, Amit a cependant remarqué un merveilleux changement. Ce qu’il appelle un « noyau de joueurs » a trouvé des emplois à Halifax. Ils se sont enracinés et continuent de jouer au cricket toutes les fins de semaine. C’est leur amour pour le jeu, leur équipe et le réseau de soutien inhérent qui ont influencé leur décision de rester.

« Le cricket peut être un jeu très social, explique Amit. C’est un jeu qui dure longtemps, ce qui veut dire que vous êtes avec ces joueurs pendant de longues périodes. » Lorsqu’on passe suffisamment de temps avec un groupe de personnes, des liens naturels se créent. En plus de parties et des entraînements, les joueurs passent du temps ensemble, ils socialisent. « Ils deviennent amis, ils font partie de la même communauté, explique Amit. C’est un groupe tissé très, très serré. »

Vous pourriez dire qu’ils deviennent une famille.

Et une chose est certaine, la famille s’agrandit. Amit dit qu’avec la quantité de postes en TI et le Programme des candidats de la Nouvelle-Écosse, « tous ces gens qui arrivent ici veulent jouer au cricket. Nos rangs vont continuer de croître. »

L’association se prépare à sa saison d’été qui commence à la fin du mois de mai. Elle devra être en mesure de satisfaire ses besoins croissants. « L’infrastructure est vraiment notre plus gros problème, dit Amit. Nous n’avons qu’un seul terrain, c’est-à-dire la commune. » Il dit que l’association demande un terrain réservé depuis plusieurs années et espère qu’une visibilité accrue et le fait de réaffirmer l’impact positif du jeu sur la communauté feront en sorte que la ville voudra bien les aider.

L’exposition Liens de famille et appartenance, présentée au Musée, explore les différentes définitions de la famille à travers le temps et à travers le pays. L’histoire de l’association de cricket de la Nouvelle-Écosse sera présentée aux visiteurs dans la zone portant sur la création d’une famille par association. Ils y verront aussi les maillots des équipes de la province, un portrait d’équipe, un bâton et des balles. Amit est très fier de cette présentation. « C’est une façon fantastique d’être vus, dit-il. C’est un honneur pour nous, notre association, nos joueurs et nos membres. »

Les visiteurs peuvent découvrir la présentation sur le cricket dans l’exposition Liens de famille et appartenance ce printemps, cet été et cet automne. L’exposition sera présentée jusqu’au 3 novembre. Pour ce qui est d’assister à un vrai match de cricket, Amit invite tout le monde à venir voir les entraînements et les parties, ainsi qu’à en apprendre davantage sur le sport au cours de l’été. La ligue d’été de l’Association de cricket de la Nouvelle-Écosse commence le 31 mai.