Skip to the main content

Il y a un peu plus de dix ans, Tian Xiaomei, connue sous le nom de May Tian, a quitté sa petite ville de Yanquan située dans la province chinoise de Shanxi pour déménager au Canada. S'il y a une chose dont May s'ennuie de la Chine, c'est du Nouvel An chinois.

« C'est 15 jours de fête, dit-elle, en ajoutant que presque tout le monde prend la semaine entière pour célébrer cette fête centrée sur la famille. Nous le voyons toujours comme la plus grande fête pour les Chinois ».

Le Nouvel An chinois, également connu sous le nom de Nouvel An lunaire ou Fête du printemps, arrive lors de la nouvelle lune du premier jour de l'année selon le calendrier chinois traditionnel. Dans ce calendrier, les mois sont basés sur les cycles lunaires et le Nouvel An chinois se déplace entre le 21 janvier et le 20 février. Cette année, il tombe le 16 février.

Des centaines de lanternes rouges sont accrochées aux arbres, au-dessus d'une foule

Des lanternes rouges sont accrochées aux arbres lors des célébrations du Nouvel An chinois au parc Ditan à Pékin.

Source:
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Red_lanterns

Parmi les coutumes du Nouvel An chinois se trouvent la distribution d'enveloppes rouges contenant de l'argent neuf, les feux d'artifice, l'échange de cadeaux et la musique. C'est une célébration ancrée dans l'histoire ancienne, la culture et la tradition. Certaines des plus anciennes traditions sont des superstitions, comme de ne pas se faire couper les cheveux? de peur, comme l'explique May, « d'enlever la chance de la tête ». Ou de ne pas pouvoir toucher d'aiguille. Bien que les nouvelles générations n'adhèrent plus aux anciennes traditions, May se souvient que sa grand-mère l'a grondé parce qu'elle avait touché une aiguille.

Gros plan sur des enveloppes rouge vif de différents modèles. Elles affichent toutes des caractères chinois de couleur or

Modèles d'enveloppes rouges à Hong Kong.

Source: https://en.wikipedia.org/wiki/Red_envelope

Bien entendu, la nourriture est une partie importante de la célébration et May explique que « chaque famille a sa propre façon de cuisiner, les noms des plats demeurent les mêmes, mais pas les recettes, tout le monde a un goût différent ». May ajoute que parmi tous les plats, les dumplings sont un thème récurrent. « Peu importe quel autre type de nourriture vous mangez, vous avez toujours des dumplings. » Traditionnellement, la nourriture circule dans les quartiers et May parle avec plaisir du bonheur que goûter les recettes des autres familles peut faire ressentir. « Je goûte toujours les dumplings de mes voisins et ils ont bien meilleur goût parce que je suis très habituée aux recettes de mon père, se souvient-elle, t d'autres personnes pensent que les dumplings de papa sont les meilleurs! »

Le père de May est le cuisinier étoile dans sa famille, et comme beaucoup d'autres à cette période de l'année, il commence à préparer sa nourriture tôt. May explique en rigolant qu'il achète une tête de cochon des semaines à l'avance, puis « il fait le nettoyage et tout le reste par lui-même parce qu'il est vraiment perfectionniste. Il enlève toujours tous les poils de la tête, la rend très propre. » Il utilise les différents types de viande provenant de la tête pour faire une variété de plats. C'est un processus qui prend du temps.

Ce qui prend beaucoup de planification, c'est être prêt pour la quantité massive de visiteurs affamés. Nous prévoyons tous des visites familiales pendant le temps des Fêtes, mais pensez à la taille de la population de la Chine... « Imaginez que tout ce monde déménage, que tous ces gens veulent monter à bord d'avions, de trains et d'autobus, qu'ils partent même à moto de leur travail ou de l'endroit où ils étudient pour se rendre à la maison. » La migration des gens au cours de la Nouvelle Année est si incroyable qu'il y a un terme pour désigner le phénomène : « chunyun », qui signifie « mouvement de printemps ».

Centaines de gens dans gare occupée

Gare ouest de Pékin pendant la période du chunyun.

Source:
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:2009

À l'occasion du Nouvel An, il est déjà arrivé à May de ne pas être capable de monter à bord d'un train pour se rendre chez elle, parce qu'il était tellement plein qu'elle n'arrivait pas à franchir ses portes. Comme ses camarades de classe étaient venues la voir partir, elle a improvisé. « Quelqu'un a ouvert une fenêtre et mes camarades de classe ont dû me pousser, elles m'ont tenu et elles ont poussé mes jambes et mon pied par la fenêtre ». Incroyable, mais vrai, May est montée à bord du train de cette façon et est arrivée chez elle à temps pour le festin du Nouvel An.

May est heureuse de ne plus avoir à endurer le stress de voyager pendant la période du chunyun. Elle vit depuis 2006 à Halifax, en Nouvelle-Écosse, en compagnie de son mari canadien et de sa belle-fille. Son Nouvel An chinois est beaucoup plus calme, mais elle parvient encore à y incorporer certaines traditions comme la décoration de la table de salle à manger avec une nappe rouge, les découpes de papier dans les fenêtres et les lanternes suspendues. Elle fait aussi des dumplings avec son mari et sa belle-fille. Au Nouvel An, lorsque Mary fait de la cuisine chinoise, elle s'ennuie de l'habileté de son père au fourneau : « je ne suis pas vraiment une bonne cuisinière, mais je dois le faire, je suis la seule Chinoise dans ma maison! »

Elle dit à la blague : « après quelques années de pratique, je pense que je pourrais mettre quelque chose à manger sur la table. » Elle ajoute ensuite, en parlant de sa famille : « ils m'ont cependant toujours soutenu, ils disent toujours que c'est bon. »

Le plus important pour May est simplement de faire des liens avec sa famille. Elle prend le temps de téléphoner à sa famille en Chine, planifiant soigneusement son appel afin qu'il tombe pendant leur Nouvel An, 12 heures d'avance. À travers le bruit et la cohue qu'elle peut entendre en arrière-plan, elle souhaite à qui peut l'entendre une bonne et heureuse année. Même si elle s'ennuie d'eux, elle aime pouvoir partager sa culture chinoise au Canada. « L'avantage de vivre dans deux cultures, c'est que je peux absorber leurs deux essences des deux cultures, explique-t-elle. Je me sens vraiment honorée d'avoir ce genre d'expérience. »

Un papier rouge de forme carrée sur lequel se trouvent des décorations en or entourant le caractère chinois « fu ».

Le caractère inversé « fu » est un signe de bénédiction imminente.

Source: https://commons.wikimedia.org/wiki/Fu

Elle a hâte de célébrer le prochain événement du Nouvel An lunaire au Musée canadien de l'immigration du Quai 21 qui se déroulera le 10 février. Elle participera comme représentante de l'Institut Confucius de l'université St. Mary, où elle est secrétaire, et aidera lors d'activités comme l'écriture du caractère chinois « fu » (fortune) sur du papier rouge.

En parlant de l'expérience de fêter le Nouvel An chinois au Canada, May dit qu'elle espère que « les gens de communauté chériront leurs cultures respectives ». Bien que les origines des traditions diffèrent, les raisons de célébrer, comme la famille, la convivialité et la reconnaissance pour une autre année, sont les mêmes. Ou comme le dit May : « très différentes, mais au fond, nous sommes les mêmes. »

Pages