Skip to the main content

L'épouse de guerre Joyce Hillman Bezeau a fait don d'un mémoire merveilleusement détaillé à propos des expériences qu'elle a vécues pendant la guerre, de ses fréquentations et de sa traversée, mais ce n'est pas ce que nous avons choisi de partager avec vous ce mois-ci. Pour commémorer l'arrivée de l'été au Canada, nous partageons avec vous un chapitre des écrits de Joyce portant sur ses premières années au Canada et qui s'intitule « Mouches noires ». Il évoque une époque différente, une époque où les épouses de guerre travaillantes trouvaient des solutions pratiques à une myriade de défis et où les petits villages canadiens étaient généreusement arrosés de DDT.

« ... Mouches noires

Nous étions toujours contents de voir l'hiver s'achever, mais l'été laissait aussi souvent à désirer. La température grimpait et puis voilà que sortaient les mouches noires. Elles étaient tellement vicieuses. Elles nous mordaient autour des yeux, des oreilles et sous les cheveux, à l'arrière du cou. Les enfants en souffraient tout particulièrement, car ils sortaient pour jouer. Lorsque les enfants se grattaient, les morsures s'infectaient. Mon amie Isabel et moi avions inventé un capuchon de filet contre les mouches fait de vieux voilage pour couvrir leurs cheveux et leurs oreilles et que l'on rentrait à l'intérieur de leurs cols de blouses. Cela ne protégeait pas leurs yeux, mais le produit contre les mouches que nous aspergions sur le capuchon éloignait la plupart d'entre elles. Si leurs petits tee-shirts se séparaient de leurs pantalons courts, les enfants rentraient à la maison avec une ceinture de morsures autour du corps.

La situation était si grave que plusieurs enfants ont dû être hospitalisés à cause des infections. La compagnie a fait venir des avions pour arroser le village avec du DDT. C'était très excitant. Nous sortions tous pour voir l'avion voler bas et arroser les rues à l'allée et au retour. Nous avons appris qu'il valait mieux couvrir les voitures, puisque le DDT causait des dommages permanents à la peinture. Mais puisque nous étions un peu simples, il ne nous a jamais traversé l'esprit de nous demander si le produit était dangereux pour les humains. J'étais convaincue que la compagnie utilisait une méthode pour prévenir les incendies de forêt, quelque chose comme injecter du nitrate d'argent dans les nuages. Pendant ce processus, nous avons eu l'été le plus humide et le plus pluvieux jamais enregistré... et davantage de mouches noires. Puis, quelques étés plus tard, le gouvernement a interdit l'utilisation du DDT... » (S2012.1560.1).

Nous tenons à remercier Joyce, encore une fois, d'avoir partagé ses souvenirs, et nous souhaitons à tous un été sans mouches noires.

Magnifique portrait d’un couple de mariés, l’année 1945 est écrite à la main dans le coin supérieur droit.

Portrait de mariage de Joyce Mary Hillman Bezeau, 5 février 1945.

Musée canadien de l'immigration du Quai 21 [R2015.209.1]