Skip to the main content

« Un jour, je jouais avec d'autres enfants de notre building lorsqu’un hélicoptère survolait l’endroit et avait commencé à tirer dans notre direction», se souvient Shangary (Satgunanathan) Graham. « L'hélicoptère volait très bas et quand je levais les yeux, je pouvais voir le soldat utiliser la mitrailleuse montée sur l'hélicoptère. Je me souviens d’avoir couru vers notre bunker tandis que des douilles vides et des cartouches pleuvaient tout autour de nous. Quand l'hélicoptère disparaissait, nous sortions du bunker et commencions à ramasser les douilles vides qui étaient encore chaudes au toucher et nous les attachions ensemble pour pouvoir jouer. »

Originaire de Pungudutivu, une petite île située près de la pointe nord du Sri Lanka, Shangary subissait la guerre civile du pays. Enfant, elle vivait avec sa famille une période de bombardements des marchés locaux, temples et autres structures importantes. C’était un temps dévastateur alors que les écoles étaient fermées et transformées en centres de réfugiés.

Un homme se tient derrière sa fille avec un bras protecteur autour d’elle.

Shangary avec son père

Au plus fort de la guerre, Shangary et sa famille passaient plusieurs jours et nuits dans des bunkers pour trouver refuge aux attaques. Les jours suivant les attaques, les journaux rapportaient de nombreux morts, et combien de maisons avaient été détruites; la réalité de la guerre devenait visible. Shangary se souvient que les rebelles recrutaient des familles, avec les fils et les filles, suffisamment âgés pour s’enrôler et les parents craignaient le pire pour leurs enfants.

Finalement, Shangary et sa famille avaient reçu la permission de quitter Jaffna. Au début de leur voyage, ils ont été confrontés à de nombreux obstacles avant d'atteindre Colombo. Ici, Shangary, ses frères et sœurs, pouvaient aller à l'école et commencer une nouvelle vie. Trois ans plus tard, son père décédait et la famille décidait d'immigrer au Canada. Son frère cadet parrainait Shangary et sa mère et, en 1994, ils arrivaient au Canada. À l'âge de 18 ans, trois ans après s'être installée avec sa famille à Toronto, Shangary devenait citoyen canadien.

Après le secondaire, Shangary avait choisi de rester à Toronto et quelques années plus tard, elle s’enrôlait dans les Forces armées canadiennes.

« C’était simplement mon sens de l'aventure qui m'avait conduite à rejoindre l'armée de réserve », dit Graham. « J’étais intriguée du fait que je pouvais recevoir des compétences militaires de base, recevoir une formation médicale, apprendre à tirer des armes à feu et être indemnisé pour mon temps de service. »

Le temps qu'elle avait passé avec les Forces armées canadiennes a façonné la femme qu'elle est aujourd'hui. Comme nouvelle Canadienne, Shangary servait pour le pays qui lui avait donné un nouveau départ et cela lui permettait d'exprimer sa gratitude envers le Canada.

« Le port de l'uniforme était une expérience extrêmement enrichissante; cependant, il m'avait fallu quelques années pour comprendre l'opportunité qui m’était donnée. Plus j’apprenais sur l'histoire du Canada, plus je réalisais à quel point beaucoup de sang, de sueur et de larmes étaient entrés dans la construction de cette grande nation par ceux qui avaient combattu pour gagner la liberté dont nous jouissons tous aujourd'hui. »

Comme sa carrière progressait, le sens de fierté de Shangary avait commencé à croître. À servir dans les Forces armées canadiennes pendant 12 ans, la native du Sri Lanka avait eu toutes les occasions d'apprendre et de voyager avec les militaires. Tout au long de sa carrière, elle avait occupé divers postes comme aide médicale, gestionnaire des ressources de soutien, agent de bureau et opérateur de renseignement. En 2009, Shangary a été envoyée à Kandahar, en Afghanistan. En raison de son expérience dans les domaines médicaux et administratifs, elle était affectée à l'hôpital de l'aérodrome de Kandahar. Servir pendant ces six mois à l'étranger était un honneur que Shangary n’oubliera jamais.

Une jeune femme souriante portant un uniforme des Forces armées canadiennes se tient à côté d’un célèbre présentateur de nouvelles - Anderson Cooper.

Shangary et Anderson Cooper

« En tant que militaire dans les Forces canadiennes, je servais comme membre de la division de l'administration des patients à l'hôpital de l'aérodrome de Kandahar. Au cours de chaque quart de travail, j’étais témoin de diverses blessures de guerre, de blessures mineures par éclats d'obus jusqu’aux membres arrachés à cause d’explosions ou de rencontres hostiles. Certaines personnes avaient eu la chance d'être sauvées par l'équipe médicale, mais d’autres pas. »

Maintenant libérée des Forces armées canadiennes et nouvelle maman, Shangary profite de son statut civil avec le gouvernement du Canada. Elle prévoit un équilibre dans sa vie, entre être une épouse et mère et poursuivre sa carrière et sa formation.