Skip to the main content

Ayant grandi à Edmonton, en Alberta, Tiffany Shaw-Collinge ne s’imaginait probablement pas se retrouver dans le soleil de la Californie… à moins que les hivers rigoureux des Prairies canadiennes soient exactement ce qui a inconsciemment encouragé son déménagement éventuel. Malgré tout, pour cette Canadienne vivant actuellement à Los Angeles, avoir vécu dans diverses villes et régions du Canada et d’autres pays a influencé sa vision du monde, tout comme son travail en art et en architecture.

Profil d’une jeune femme qui regarde au loin.

Tiffany Shaw-Collinge

Née à Calgary, élevée à Edmonton et ayant un fort attachement avec Fort McMurray, en Alberta — où se trouve la maison de ses grands-parents maternels et où sa mère a grandi — Tiffany se sent profondément liée à ses racines de l’Ouest canadien. Son grand-père, Jean Paulin (d’où vient son deuxième prénom, Jeanine), avait une cabane sur le territoire de trappe et son arrière-grand-mère Métis confectionnait des Mocassins.

Fait plutôt intéressant, c’est lorsque Tiffany vivait sur la côte Est du Canada, à Halifax, en Nouvelle-Écosse, qu’elle a vraiment commencé à explorer sa connexion avec son histoire familiale et sa signification. Tiffany avait déménagé afin d’étudier dans le cadre du programme de baccalauréat en beaux-arts à l’université NSCAD et pour elle, « Halifax était un endroit complètement différent de l’Alberta, où j’ai grandi. J’aimais le sens de l’histoire et du patrimoine qui semblait être célébré dans toute la province. J’ai étudié au NSCAD à un jeune âge, ce qui m’a permis de m’interroger à savoir si mes idéaux me venaient de l’Alberta ou si je les ressentais réellement moi-même. Le régionalisme est devenu intensément fascinant pour moi et j’ai exploré ce genre de thèmes dans cette institution par le biais de travaux de film, de son, de peinture et de vidéo.» C’est également au NSCAD qu’un professeur particulièrement influent a encouragé Tiffany à la découverte de son patrimoine personnel par le biais de son propre travail, quelque chose qu’elle continue de faire encore aujourd’hui.

Expérimenter la vie dans une autre province a suscité l’intérêt de Tiffany pour ses racines familiales, et la vie dans un autre pays l’a incitée à réfléchir sur ce que cela signifie d’être Canadienne. Tiffany a déménagé à Los Angeles, en Californie, pour entreprendre ses études supérieures à la Southern California Institute of Architecture (SCI-Arc), dont elle est récemment diplômée avec distinction. Depuis son arrivée à Los Angeles, Tiffany déclare ceci : « J’ai une plus grande conscience de mes pensées et mes actions. Alors que le Canada et les États-Unis paraissent semblables, je fais plusieurs distinctions qui sont une manière de me différencier des Américains. Cette séparation m’intéresse alors que j’essaie de naviguer à travers la ville, que j’hybride et fragmente sans cesse les deux mondes. Ce changement me pousse à découvrir qui je suis et d’où je viens. Il me donne l’occasion de changer ou de conserver la croyance et les systèmes de valeurs comme jamais je croyais possible. C’est une expérience à la fois libératrice et frustrante, ce qui me rend plus forte pour y faire face. »”

Il est clair que les expériences de migration sont de puissantes influences qui ont façonné Tiffany en tant qu’individu. Comprendre plus pleinement d’autres cultures en y ayant été immergée et réfléchir plus profondément sur sa propre culture, à la suite de nouvelles expériences : voilà deux résultats positifs des déplacements de Tiffany. Comme elle le décrit : « La migration est un sujet complexe et je trouve que bonté et tolérance sont [deux des] plus importants facteurs en toute circonstance touchant des transitions et les mouvements d’un endroit à un autre. »

Tiffany a été inspirée afin d’approfondir le sujet de la migration par le biais de son travail, lequel a été choisi dans le cadre de Migrating Landscapes (paysages de la migration), la sélection 2012 du Canada dans le cadre de la prestigieuse 13e exposition internationale d’architecture de Venise – La Biennale di Venezia, en Italie, en quelque sorte les Olympiques de l’architecture.

Exposition en bois.

©SteveKaiserPhotography.ca
Le modèle sans titre de Tiffany Shaw-Collinge, présentée lors de l’exposition Migrating Landscapes au Musée canadien de l’immigration du Quai 21

Le travail sélectionné de Tiffany illustre bien comment elle a continué à intégrer les aspects de son héritage familial à son métier en tant qu’artiste et architecte. Son modèle sans titre, l’un des 18 présentés dans le cadre de Migrating Landscapes, combine la cabane de son grand-père sur le territoire de trappe et les habiletés de tricot, de crochet et de couture que les femmes de sa famille ont transmis de génération en génération. Tiffany a de bons souvenirs de l’époque où elle apprenait ce savoir-faire de sa mère, de ses tantes et de sa grand-mère. À travers chaque changement de lieu et chaque transition dans sa vie, elle a toujours continué de cuisiner et de tricoter… comme une façon de se sentir liée à sa famille, malgré la distance géographique qui les séparait.

En effet, Tiffany a elle-même crocheté l’un des trois chalets de son projet pour Migrating Landscapes. Elle a confectionné le second à partir d’une peau de cerf venant de Fort McMurray et le troisième avec des attaches serre-câbles. Sa présentation intègre les matériaux et les techniques transmises de sa famille Métis, conjuguant ainsi artisanat et technologie. Tiffany met l’accent sur l’intégration d’éléments de beaux-arts dans une grande partie de son œuvre architecturale comme un moyen d’explorer le sens profond du non-dit.

Grandement influencée par ses origines de Canadienne de l’Ouest, mais toujours ouverte aux nouvelles cultures et expériences, cette Canadienne vivant à Los Angeles a une brillante carrière devant elle. En intégrant les éléments uniques d’elle-même et de son patrimoine à son travail, Tiffany fait sa marque — non seulement dans les structures physiques qu’elle crée, mais aussi dans les idées qui tournent autour de la mémoire et de la culture que son travail nous amène à considérer..

Venez voir le travail de Tiffany en visitant l’exposition Migrating Landscapes au Musée canadien de l’immigration du Quai 21, présenté jusqu’au 27 octobre 2013.


Tiffany Shaw-Collinge est née à Calgary, en Alberta, en 1982 et a grandi à Edmonton, dans la même province. En 2004, elle a reçu un diplôme en Beaux Arts de l’université Grant MacEwan College d’Edmonton, et en 2006, un Baccalauréat en Beaux Arts de l’université NSCAD, d’Halifax, en Nouvelle-Écosse. Elle a récemment été diplômée avec distinction de la Southern California Institute of Architecture (SCI-Arc) de Los Angeles, en Californie, où elle vit et travaille en ce moment.