Skip to the main content

 

Wadih Fares parle au Quai 21, il a un grand sourire.

Wadih Fares lors d’un discours au Quai 21 (2009)

Wadih Fares est un promoteur du développement communautaire, à plus d'un titre. Pilier professionnel du développement urbain à Halifax et donnant généreusement de son temps et de ses talents à de louables causes et organisations communautaires, Wadih est un excellent exemple de la façon dont les immigrés des communautés du Canada façonnent notre culture, note économie et notre mode de vie.

En 1976, alors âgé de 18 ans, Wadih quitte sa famille, sa ville natale Dimane, au Liban, et les lignes de front d'une guerre civile faisant alors rage, à la recherche d'une vie meilleure au Canada. En arrivant à Halifax, en Nouvelle-Écosse, Wadih se rend vite compte que, bien que le Canada soit un pays bilingue, sa connaissance de l'arabe et du français n'allait pas lui servir autant qu'il l'aurait cru. Les proches qui l'accueillirent à son arrivée allaient lui offrir le soutien qu'il lui fallait le temps qu'il s'installe dans son nouveau pays.

Parlant à peine l'anglais, Wadih s'inscrit à l'Université Dalhousie pour devenir ingénieur. Faire des études universitaires en apprenant une nouvelle langue représentait tout un défi, mais il persévéra et parvint à obtenir un baccalauréat en génie à l'Université technique de la Nouvelle-Écosse, ainsi qu'un diplôme en génie à l'Université Dalhousie.

Le sens de l'effort et la volonté de réussir qui avaient poussé Wadih à réussir ses études allaient grandement l'aider pour la suite des choses. Il fonda WM Fares Group en 1984 – dont il est l'actuel président-directeur général –, une société qui combine l'architecture, l'ingénierie, la construction et la gestion des biens en une seule entreprise, un concept tout à fait nouveau à l'époque. Son entreprise a grandi et prospéré.

Maintenant, avec plus de 25 années d'expérience professionnelle, Wadih regarde derrière lui et reconnaît l'importance du soutien communautaire en aidant les nouveaux arrivants à s'établir. Le soutien qu'il a reçu de la part de la communauté libano-canadienne d’Halifax a été un facteur fort déterminant à ses débuts au Canada. « J'ai eu la chance d'avoir une communauté pour m'aider, dit-il. Ils m'ont donné mon premier emploi, ils m'ont accordé mon premier prêt d'entreprise et ils m'ont offert du soutien tant en matière de croissance familiale que commerciale. »

Aujourd'hui, les paysages des Maritimes, de l'Ontario et de l'Alberta sont pour toujours transformés grâce aux développements menés par WM Fares Group. Intronisé au Top 50 CEO Hall of Fame de l'Atlantic Business Magazine en 2012, récipiendaire d'un doctorat honorifique en commerce à l'Université Saint Mary en 2009 et nommé homme d'affaires de l'année respectivement par la Chambre de commerce d’Halifax et la Chambre libanaise de commerce et d'industrie de Montréal – parmi de nombreuses autres distinctions –, Wadih s'est indubitablement imposé dans le milieu professionnel au Canada.

Son influence sur la communauté et sur notre nation va toutefois bien au-delà de ses réalisations professionnelles; Wadih a également contribué à construire la communauté sur le plan social, grâce à ses efforts et à son implication à titre de bénévole. Il siège au conseil d'administration de nombreuses organisations locales, y compris en tant que président sortant et ancien membre du Conseil d'administration de la Société du Quai 21. Le dévouement qu'il démontre à l'égard de diverses organisations telles que Family SOS, l'Armée du Salut, les Grands Frères Grandes Sœurs et les Jeunes Entreprises témoigne de son engagement à faire de sa communauté un meilleur endroit où vivre et travailler pour tout le monde. Pour sa grande contribution au développement de la Nouvelle-Écosse en tant qu'entrepreneur, chef de la communauté et bénévole engagé, Wadih Fares a été nommé Membre de l'Ordre du Canada en 2012.

Lorsqu'on l'interroge au sujet de ses contributions, Wadih cite humblement le célèbre poète libanais Gibran Khalil Gibran : « Gibran a dit ‘Mon cœur me dit de donner un peu, car on m'a tellement déjà donné’. Et c’est tout à fait ça! »

Il est facile de croire que Wadih adhère à une telle philosophie en voyant l'engagement qu'il porte à l'égard de sa propre communauté. Ardent défenseur de l'immigration en Nouvelle-Écosse et siégeant au Conseil consultatif de l'immigration au ministère, il croit en l'importance que peuvent revêtir les talents uniques de chaque individu pour la province et pour l'ensemble du pays.

En dépit de sa grande réussite professionnelle et de ses nombreuses réalisations personnelles, Wadih se souvient de ses débuts dans ce pays et de ce que peut vivre un nouvel arrivant : « Je me souviens de mes premiers mois ici… tout était nouveau. Une nouvelle langue, une nouvelle école, de nouvelles personnes, un nouveau pays. Mais aussi : de nouvelles règles, de nouveaux aliments et un nouveau climat ! Ça n'a pas été facile, mais j'ai persévéré et aujourd'hui, je suis grand-père, chef d'entreprise et fier Haligonien. J'espère que, dans trente ans, les nouveaux arrivants auront des histoires semblables à raconter. »

Cette reconnaissance du potentiel que chacun de nous porte en lui et de l'importance qu'ont les immigrants pour le Canada, combinée à la passion et au dévouement qui ont conduit Wadih Fares là où il en est aujourd'hui, font de lui un grand promoteur du développement communautaire sur tous les plans.

Le Musée est fier d'avoir accueilli Wadih Fares comme conférencier de marque dans le cadre du 11e Petit déjeuner avec un Canadien fascinant le 7 novembre 2012, présenté par le Ministère du Travail et de l'Éducation postsecondaire de la Nouvelle-Écosse et soutenu par la Banque HSBC Canada.