Skip to the main content
L’homme en lutte unitard affiche une posture de lutte.

Arjan Bhullar a été en compétition pour le Canada dans l’épreuve de lutte libre masculine, dans la division 120 kg, à Londres. Plus tôt cette année, Arjan a participé à l'exposition temporaire du Musée canadien de l’immigration du Quai 21, Façonner le Canada : l’exploration de nos paysages culturels.

Extrait 1 (1 min 3 s)

Le père d’Arjan, Avtar Bhullar, a également été lutteur et a concouru sur le circuit indien pour de l’argent. Dans ce clip, Arjan décrit comment il a grandi alors que la lutte constituait le dénominateur commun de sa famille.

Transcription: Extrait 1

Je… Donc mon père, alors qu’il faisait de la compétition, la famille, tout le reste de la famille travaillait et le soutenait. Il ne travaillait pas. Tout ce dont il avait besoin, ils l’aidaient et lui offraient ce genre de chose. Ils lui ont construit une sorte de petit gymnase dans la cour arrière. Il avait des partenaires d’entraînement qui venaient et il avait son propre coach et tout ça. Je suis né dans ce genre d’environnement. Pas seulement moi, mais toute la famille. C’était une affaire de famille. Mes oncles le faisaient, puis ils le soutenaient lorsqu’il concourait. Et alors que mes cousins et moi grandissaient, nous nous retrouvions toujours autour du tapis. À ce moment-là, mon père était encore en entraînement et je le suivais dans ses exercices et ce genre de choses. Et je faisais semblant d’être un champion… ce genre de choses. À travers tout ça, je suppose que ça a commencé à partir de là. Toutes les chicanes que nous pouvions avoir, mes cousins et moi, à propos de ceci et de cela, nous les réglions sur les tapis. Ça revenait toujours à ça. C’était plutôt cool de grandir avec ce dénominateur commun qu’était la lutte.

Extrait 2 (28 s)

Arjan raconte que bien que les règles de la lutte puissent changer, le sport lui-même reste toujours le même. Il pense que la lutte est le sport le plus difficile au monde en raison du défi qu’elle constitue pour l’athlète mentalement, physiquement et spirituellement.

Transcription: Extrait 2

Tous les quatre ans, ils changent les règles. Mais à la fin, ils peuvent bien changer toutes les règles qu’ils veulent, il ne reste que vous contre votre adversaire, sur un tapis de quarante sur quarante et lui, il cherche à vous battre et vous, vous essayez de le battre. Et vous allez tester votre limite absolue. À un niveau élevé, je peux vraiment dire qu’il n’y a aucun sport qui se compare à la lutte en termes de difficulté et de compétition. Vous êtes mis au défi de la tête aux pieds, mentalement, physiquement et spirituellement… tous les aspects.