Skip to the main content

Pouvez-vous aidez-nous à résoudre un mystère?


Immigrants néerlandais dans la nouvelle salle d’assemblée du terminal des chemins de fer canadiens à Halifax, vers 1920 - 1930

Crédit : Bibliothèque et Archives Canada

Ce devait être quelque chose, d’arriver à la côte est du Canada en bateau à vapeur le 8 mars 1928, d’avoir traversé l’océan depuis l’Europe en direction d’une côte accidentée pour enfin apercevoir un phare qui marquerait le début d’une nouvelle vie.

Cinquante-quatre hommes, femmes et enfants originaires des Pays-Bas, de Roumanie, de Russie, d’Allemagne, de Lituanie, de Finlande et de Grèce ont débarqué du Nieuw Amsterdam en ce jour historique. Ils ont été les tout premiers de près d’un million de personnes à arriver au Canada par bateau au Quai 21, à Halifax, entre 1928 et 1971.

Plusieurs mois se sont écoulés depuis que nous nous sommes associés à la blogueuse de voyage canadienne Kim Gray, de Toque and Canoe, pour lui demander de nous aider à résoudre notre mystère. Comme c’est souvent le cas au sein des musées, nous voulions en savoir plus. Nous connaissions le début de l’histoire : nos archives révèlent les noms, les dates de naissance, les ports de départ et les destinations des premières familles qui sont arrivées au Quai 21 à bord du Nieuw Amsterdam, mais nous ne savions rien de plus. Qu’en était-il de la suite de leurs histoires? Quels rebondissements ont eu lieu? Quels chemins ces familles ont-elles empruntés pour amorcer leur nouvelle vie au Canada? Le 15 mars 2021, Kim a publié les mots ci-dessus. C’était un appel à ces familles, à leurs descendants, pour qu’ils se manifestent et que nous sachions enfin ce qui s’est passé après cet événement capital du 8 mars 1928, lorsque le Quai 21 a vu les premiers immigrants franchir ses portes.

Dans les jours qui ont suivi sa publication, notre appel a été diffusé à 41 831 personnes à travers le pays. Le message a suscité 637 partages sur les médias sociaux et 235 commentaires de personnes racontant leur propre histoire de passage dans notre terminal d’immigration. Peu de temps plus tard, Kim nous a envoyé un courriel qui s’exclamait : « Il semble qu’on en a trouvé un! »

Terry Taks a été le premier à contacter le Musée. « L’ami d’un ami de ma nièce a vu votre article sur Toque & Canoe et a vu le nom "Taks" sur la liste des passagers, raconte-t-il. Elle savait que le nom de jeune fille de ma nièce était "Taks", alors elle lui a envoyé le lien. Ma nièce a ensuite publié ce lien sur sa page Facebook. C’est comme ça que je l’ai vu. » (Ah, la magie des médias sociaux!) L’oncle de Terry (le plus jeune fils des grands-parents de Terry, qui sont confirmés comme étant l’une des premières familles du Quai 21) a grandi en entendant les histoires de son père, Lambertus, qui racontait son travail quotidien à bord du Nieuw Amsterdam lors de la traversée. « Il se souvient qu’il devait travailler dans la cuisine et qu’il était principalement chargé de faire la vaisselle, raconte Terry. Faire les lits et nettoyer les chambres étaient également laissés à la charge des passagers. Cornelia (ma grand-mère) a apparemment eu un gros mal de mer pendant la majeure partie du voyage et regardait l’horizon tous les jours en espérant voir de la terre. » La famille Taks venait de Hollande et connaissait très peu l’anglais. Ce fait inquiétait Cornelia. « Grand-papa devait lui dire sans cesse de ne pas s’inquiéter et que tout irait bien, dit Terry. L’histoire raconte que, lorsqu’ils sont arrivés en train à Calgary, en Alberta, ils ont entendu les mots "Taxi, taxi" et grand-papa s’est tourné vers grand-maman pour lui dire : "tu vois, les gens nous connaissent déjà. Ils nous appellent par nos noms et nous cherchent." Ils ne connaissaient que le néerlandais et ont mélangé "Taxi" et "Taks". »


Photo de la famille Taks, probablement prise avant leur départ pour le Canada.

Crédit : Terry Taks

La famille Taks (qui incluait Lambertus, Cornelia et les cinq enfants) n’était pas la seule à faire la traversée vers le Canada. Nous avons aussi eu des nouvelles de Mary Ann Sparling. La grand-mère de Mary Ann, Cornelia Klys (oui, une autre Cornelia) a aussi voyagé avec la famille Taks (liée par l’entremise de Cornelia Taks, qui était mariée à son frère). « Ma grand-mère a voyagé avec la famille Taks, explique Mary Ann. Elle n’a donc pas eu à faire le voyage seule avec les trois enfants. » La famille avait appris d’un ami, qui travaillait pour le chemin de fer du Canadien Pacifique dans le sud de l’Alberta, qu’il y avait une abondance de terres disponibles et que la région autour de Strathmore permettrait de bien vivre pour une famille. « La terre n’était pas facile à trouver en Hollande, rappelle Mary Ann. Mon grand-père est venu au Canada en 1927 pour obtenir des terres pour la famille avant leur arrivée. » Mary Ann a contacté le Musée par l’entremise du Centre d’histoire familiale Banque Scotia après avoir vu l’appel sur Facebook. Naturellement, sur l’acte d’arrivée, la famille Taks figure directement sous la famille Klys. Le registre indique également que l’orthographe de Klys est K-L-Y-S. Mary Ann explique que l’orthographe originale du nom était Klijs, mais qu’en raison d’une erreur et d’une mauvaise interprétation des lettres, le « ij » est devenu un « y ». « Comme il était compliqué de le changer à nouveau en Klijs, dit Mary Ann, la famille a décidé de laisser l’orthographe en Klys. » La famille a également été informée de ses nouveaux prénoms à son entrée au Canada. Cornelia est devenue Cora, Johannes est devenu John, Adriana est devenue Ann et Johanna est devenue Nancy.

Les familles Taks et Klys se sont installées à Strathmore, en Alberta, comme agriculteurs. Comme le dit Mary Ann, « l’agriculture est restée dans le sang de la famille. C’était et c’est toujours une passion de plusieurs générations. » Terry se souvient que sa grand-mère a conservé sa langue néerlandaise et son fort accent néerlandais toute sa vie. « J’avais toujours besoin de 10 à 15 minutes au début de mes visites, se souvient-il, pour bien comprendre ce qu’elle disait en anglais. » Les descendants des Taks et des Klys se sont rencontrés lors de diverses réunions et rencontres familiales au fil des ans.

Comme l’indique Cara MacDonald, bibliothécaire et gestionnaire de la recherche généalogique au Musée, « Les premières fois sont importantes. Pensez-y. Nous nous souvenons tous de notre premier emploi, de la première fois que nous avons fait du vélo, de notre première maison... Pour un port d’immigration, le plus important est la première arrivée. L’arrivée du Nieuw Amsterdam a été notre premier événement majeur. Bien que le Musée ait des liens avec toutes sortes de personnes qui partagent une histoire avec le Quai 21, nous n’avions pas encore établi de liens avec les premières familles arrivées. Bien que les Taks et les Klys ne soient que deux des 54 premières familles arrivées, ces familles donnent un bel aperçu des premières histoires des millions de personnes que le Quai 21 allait plus tard recueillir. L’équipe du Musée reste vigilante. Nous espérons encore entrer en contact avec d’autres premières familles. Pensez-vous que votre famille pourrait en faire partie? Consultez le lien ci-dessous. On ne sait jamais où l’histoire peut mener...

https://pier21.ca/sites/default/files/blog-images/CaraFirstFamiliesBlog-EN.pdf

Le Musée tient à remercier Terry Taks et Mary Ann Sparling d’avoir généreusement donné de leur temps pour nous parler du parcours fascinant de leur famille.

Pages