Skip to the main content

Rien d’autre qu’une… brosse à dents !

Comme adjointe à la conservation du Musée, j’ai la grande chance de plonger dans les abysses de ses collections historiques. Laissez-moi vous dire que chaque enquête est une véritable aventure et mes recherches m’aident à assembler les pièces du passé et à préserver l’histoire de notre pays.

Tout au long de ma carrière, j’ai eu le plaisir de travailler avec plusieurs collections de musées. Je suis toujours frappée par combien les choses les plus simples, que les gens prennent souvent pour acquises, renferment des histoires, représentent des témoignages et d’émotions et mettent en valeur l’innovation humaine. Si vous me le permettez, je voudrais partager un tel exemple.

Trucs et astuces : des solutions de fortune pour le planificateur d'événements

Dans le film de 2001 Un mariage trop parfait (The Wedding Planner), nous voyons JLo, ayant un comportement professionnel calme et son sac à malices (ou sa ceinture, dans ce cas) résoudre plusieurs crises de dernière minute quelques secondes avant que la cérémonie de mariage ne commence.

Une petite coïncidence

Le 13 mars 2012, j'ai reçu un courriel de Bonnie Pollock de la Nouvelle-Écosse qui voulait en savoir plus au sujet de son arrière-arrière-grand-père, George. Celui-ci avait quitté l'Irlande pour le Canada peu avant 1837 et s'était établi à Prospect, en Nouvelle-Écosse. Il n'existe toutefois aucune trace de son arrivée parce que le Canada n'a commencé à tenir des registres sur les arrivées d'immigrants qu'à partir de 1865. Les manifestes datant de cette époque sont rares, peu d'entre eux ayant survécu au temps. Sachant qu'il allait m'être impossible de savoir à bord de quel navire il était venu au pays, j'ai décidé de concentrer mes recherches sur l'endroit précis d'où pouvait venir la famille Little en Irlande. J'ai commencé par faire quelques premières recherches généalogiques sur George Little et sa famille en Nouvelle-Écosse, ce qui m'a permis de trouver avec qui il s'était marié et qui avaient été ses enfants. J'ai découvert que George a épousé Mary Coolin et qu'ils ont eu les enfants suivants : James (né en 1840), Thomas (né en 1841), John (né en 1844), Peter (né en 1847), Ann (née en 1848), Margaret (née en 1854), George (né en 1856) et Mary (née en 1858).

Pages