Skip to the main content

Un héritage de bénévolat

Deux femmes sourient à une troisième personne hors-champ.

Sylvia Yates (à gauche) et Lynn Brebner (à droite) © SteveKaiserPhotography.ca

La rumeur voulant que Lynn Brebner et Sylvia Yates prennent leur retraite comme bénévoles du Musée après 13 ans de loyaux services a causé la même réaction spontanée auprès des autres bénévoles et du personnel :

« Vous n’êtes pas autorisées à quitter ! »

Les bénévoles comme Lynn et Sylvia sont de grande valeur. Elles sont précieuses de par leurs vastes connaissances et leur expérience au Musée, tout comme l’étaient les bénévoles du Quai 21, alors qu’il agissait comme hangar d’immigration.

Entre 1928 et 1971, alors que le Quai 21 accueillait un million d’immigrants, de réfugiés, d’épouses de guerre, d’enfants et de personnes déplacés au Canada, les bénévoles ont joué un rôle très important. Ils provenaient de nombreuses organisations différentes et ont travaillé sans relâche pour accueillir les nouveaux arrivants, parler avec eux dans leur langue et s’assurer qu’ils aient tout ce dont ils avaient besoin pour démarrer une vie réussie au Canada.

Aujourd'hui, le Musée ne serait rien sans les bénévoles qui accueillent des visiteurs de partout au Canada et de partout dans le monde. Les bénévoles instruisent et apprennent, en partageant les témoignages d’histoire d’immigration et en veillant à ce que les visiteurs ressentent l’esprit du Musée et l’histoire du Quai 21.

Lynn, une infirmière à la retraite, a fait du bénévolat ici depuis janvier 2000, lors de sa première année à Halifax. Après avoir reçu un courrier de la Société du Quai 21 (le groupe à but non lucratif qui s’est occupé du Musée de 1999 jusqu’à 2011, quand il est devenu, le Musée canadien de l’immigration du Quai 21, un musée national) demandant des bénévoles. Elle en a parlé à son amie Sylvia, et elles ont décidé d’aller à une séance d’orientation des bénévoles.

« Les choses étaient bien différentes à cette époque, » raconte Lynn. « Le Musée « roulait » grâce aux bénévoles. »

Sylvia, une ancienne enseignante, rappelle comment les bénévoles avaient l’habitude de diriger les gros groupes scolaires avant que le département des services éducatifs ne soit créé. Se retrouver dans des situations imprévisibles leur enseignait comment donner toutes sortes de visites.

« Avec les enfants, par exemple, j’essaie vraiment de les encourager à s’intéresser aux histoires de leurs grands-parents, leurs racines. Ce que nous faisons ici, c’est presque de la propagande en faveur de l’histoire du Canada » affirme Sylvia, en pouffant de rire. « Nous avons vu tellement de changements ici. Ce lieu peut être tellement différent… et nous pouvons faire une telle différence avec la bonne vision. »

Cette vision a justement été grandement améliorée par des bénévoles comme Lynn et Sylvia. « Nos bénévoles contribuent beaucoup et ont une telle compréhension du Musée » dit Laura McLean, gestionnaire des services aux bénévoles au Musée canadien de l’immigration du Quai 21. « Leurs expériences ajoutent une dimension plus profonde à la vie du Musée. Lynn et Sylvia ont travaillé au Musée plus longtemps que la plupart du personnel ! »

L’influence significative de Lynn et de Sylvia au Musée est confirmée par un passant au cours de notre entrevue. Celui-ci s’avère être un enseignant de retour en visite au Musée : « C’est ma neuvième visite au Musée. J’espérais bien que mes guides préférées soient toujours là ! »

Lynn et Sylvia ont certainement laissé leur marque sur le Musée. Elles reconnaissent l’importance de ce lieu… pour elles personnellement et pour les nombreux visiteurs qui passent par ses portes.

« Le fait demeure que le Quai 21 a une grande signification pour les Canadiens et Canadiennes et pour nos visiteurs internationaux. Les gens viennent à Halifax en provenance de partout dans le monde, » explique Sylvia. « Ils sont très intéressés à venir ici, qu’ils arrivent par bateaux de croisière, d’autres pays ou d’autres parties du Canada. »

« C’est un endroit spécial… » dit Lynn, « dès qu’ils mettent le pied ici, toutes les émotions remontent à la surface. »

Alors, quel est le secret d’un bon bénévole ?

« Il faut vous assurer que vous aimez et apprécier l’histoire… vous intéresser aux gens, toujours demander d’où ils viennent. Et au-dessus de tout cela, vous devez avoir un bon sens de l’humour, » dit Sylvia avec un sourire.

Au cours des 13 dernières années, Lynn et Sylvia ont vu beaucoup de changements au Musée. Elles conviennent toutes les deux qu’il leur manquera d’être ici, mais maintenant elles auront l’occasion de voyager et de faire des changements dans leur propre vie.

Elles laissent quelques mots d’encouragement aux nouveaux bénévoles qui viennent travailler au Musée :

« L’expérience à titre de bénévole ici est totalement gratifiante; le plaisir que nous en avons tiré sera difficile à remplacer », explique Sylvia. « Il y a une sorte de magie autour de cet endroit... ce sera difficile de s’en détacher. »

Un groupe de personnes debout derrière un autre groupe assis à une table couverte de nourriture.

Rangée arrière : Frank Morash, Lena Hardiman, Angélique Cishahayo, Elisabeth Tower, Kate Abarbanel, André Tremblay, Laura McLean et Carrie-Ann Smith. Première rangée : John Kubicek, Scott Stewart, Lynn Brebner et Sylvia Yates.