Skip to the main content

Les gens du Quai de 1921 à 2014

Souvent dans l’interprétation des lieux historiques, nous devons relever le défi de permettre aux visiteurs de visualiser ce à quoi ressemblait l’endroit dans le passé. Pourquoi ce lieu est-il signifiant ? À quoi ressemblait-il ? Mais le plus important est de savoir qui le fréquentait.

Trois femmes habillées dans des costumes du temps de la guerre; elles pointent toutes dans des directions différentes en riant.

Les préposées à l’interprétation Ann-Marie Bégin (Croix-Rouge) et Daisy Ramsden (Armée du Salut) aidant Laura Carter (vêtue d’une tenue populaire chez les épouses de guerre) à s’orienter.

Des groupes comme la Croix-Rouge, Les Sœurs de service et les bénévoles de l’Armée du Salut accueillaient les nombreux immigrants et leur offraient de chaleureux sourires et de l’aide durant leur première journée au Canada. De nos jours, vous êtes toujours accueillis avec de chaleureux sourires par notre personnel d’interprétation et nos bénévoles dont plusieurs ont traversé les lieux à titre d’immigrants reçus.

La collection permanente de notre Musée compte une petite collection de vêtements de travail comprenant des répliques et des objets historiques utilisés par notre personnel, lequel invite les visiteurs à les manipuler. Ces articles sont séparés des artefacts et de la collection d’archives qui font aussi partie de la collection permanente.

Certains des éléments les plus populaires auprès des employés sont un uniforme féminin de l’Armée du Salut complet avec le chapeau, un uniforme de la Croix-Rouge, des uniformes d’agents d’immigration et des vêtements qui étaient populaires chez les épouses de guerre.

L’une des préposées à l’interprétation, Ann-Marie Bégin, nous fait part en primeur de son expérience d’utilisation d’articles de notre collection de vêtements de travail :

« J’aime beaucoup faire de l’interprétation en costume car je trouve que cela pique la curiosité des visiteurs et les incite à poser plus de questions durant la visite. Je trouve aussi que le fait de porter un costume nous permet à moi et aux visiteurs de nous concentrer plus en détail sur les gens qui portaient ces uniformes, ce qui a l’avantage d’ouvrir la porte à la transmission d’histoires tirées de notre collection portant sur les employés du Quai 21 et les gens avec qui ils interagissaient. Être en mesure de raconter des histoires personnelles rend la visite plus intéressante et mobilisante, de sorte que les gens apprécient davantage leur visite.

Une jeune femme portant un costume de la Croix-Rouge à l’ancienne à côté d’une vitrine où est suspendu un habit similaire.

La préposée à l’interprétation Ann-Marie Bégin posant à côté d’une tenue de la Croix-Rouge de la Seconde Guerre Mondiale (A2004.1.9)

Le défi de porter ces répliques d’uniformes est que ce n’est pas toujours évident de savoir comment ils devaient être portés. Par exemple, nous avons dans la collection de vêtements de travail un uniforme de Sœur infirmière militaire qui semblait complet. Cependant, j’ai par la suite découvert des attaches au bout des manches, qui, après des recherches se sont révélées destinées à y attacher des gants. Je crois que lorsque nous faisons de l’interprétation en costume ici au Quai 21, ce n’est pas très important qu’il manque de petits détails. Si nous interprétions la vie quotidienne des Haligoniens au 19e siècle, il serait plus conséquent d’avoir des répliques exactes de leurs vêtements car le port de corsets ou de redingotes pourrait soit faciliter soit rendre plus difficile l’accomplissement de tâches quotidiennes. Cependant, comme la période d’activité du Quai 21 est plus récente, il suffit de porter des uniformes, même incomplets car ils donnent aux visiteurs une impression générale de leur véritable allure et, ce qui est encore plus important, les incite à imaginer l’époque du Quai 21 et l’expérience des gens qui s’y trouvaient. »

Des interprètes recréent une scène typique de l’histoire de l’immigration : une femme habillée en épouse de guerre tend un document à un agent d’immigration costumé assis à un bureau.

Le préposé à l’Interprétation Scott Stewart (en uniforme d’agent d’immigration) s’occupe de Laura Carter (vêtue d’une tenue populaire chez les épouses de guerre).

Les gens du Quai ont tant de choses à dire, et après avoir fait plus de recherches que nécessaire pour les besoins de ce blogue, je suis heureuse de constater que nos préposés actuels à l’interprétation aident nos visiteurs comme le faisaient les bénévoles du hangar d’immigration. À l’époque du Quai 21, les bénévoles de la Croix-Rouge travaillaient sans relâche pour faire en sorte que tous reçoivent assistance lorsqu’ils devaient faire la queue, accueillant enfants et bébés et les conduisant à la garderie et aidant les gens à surmonter les barrières linguistiques. Linda Zambolin, bénévole de la Croix-Rouge, se rappelle : « On faisait si peu de choses, accomplir de menues tâches, comme laver la figure d’un enfant, lui donner un pansement adhésif ou trouver à des gens âgés un endroit où se reposer quelques heures avec une couverture, un oreiller et une tasse de café » (histoire orale 02.04.29MLZ avec Mario et Linda Zambolin). De la même façon, j’ai vu plus d’une fois nos préposés à l’interprétation s’écarter de leur route pour s’assurer que nos invités reçoivent un traitement similaire. Nous avons vu des préposés à l’interprétation trouver rapidement des pansements adhésifs pour des enfants, s’exprimer à la fois en français et en anglais et guider nos visiteurs vers nos deux salles d’exposition. Nous sommes heureux de pouvoir dire que l’esprit des gens du Quai 21 est toujours vivant et bien présent dans nos murs.


Et maintenant, un coup d’œil en avant-première sur deux éléments passionnants de notre exposition Quai 21 remise à jour qui s’ouvrira en mai 2015 !

Coup d’œil en avant-première sur des artefacts ! Cette cocarde bénévole de la Société canadienne de la Croix-Rouge sera exposée dans notre nouvelle exposition sur le Quai 21 qui commencera en mai 2015.

Un écusson rond de la Société de la Croix-Rouge canadienne est placé sur un ruban.

Cocarde d’identification portée par Julianna Wolff au Quai 21, dans les années 1950. (A2002.2.1)

Coup d’œil en avant-première sur le poste interactif ! Nous aurons un poste interactif où les gens pourront faire l’essai de reproductions d’uniformes représentatifs des divers employés et bénévoles du Quai 21 (à gauche). La zone adjacente sera munie d’un poste d’écoute d’histoires orales, d’éléments graphiques et d’artéfacts sur présentoir (à droite).

Des habits de la Marine, de l’Armée et de la Croix-Rouge sont suspendus; il y a un miroir à droite.
Un tableau bleu explique le voyage d’immigration.