Skip to the main content

L’odeur des « toasts » brûlées : ça sent l’esprit canadien

« Je sens les « toasts » brûlées ! » Voilà l’une des citations mémorables de la série bien connue Minutes du patrimoine de Historica Canada. Alors que je parcourais le guide Découvrir le Canada en vue de l’examen pour la citoyenneté canadienne, je me suis rappelé ces publicités populaires des années 1990. J’apprends grâce au visuel, en abordant l’histoire de cette façon, cela m’a aidé à me souvenir de ces moments historiques. .

La raison de ma révision du guide était que j’avais été chargé de la création d’un site Moodle à titre de compagnon pour le Cours de préparation au Test de citoyenneté offert par le Musée canadien de l’immigration du Quai 21. Moodle est une plateforme d’apprentissage en ligne composée de vidéos, d’activités, de tâches et de jeux questionnaires qui visent à aider les étudiants à interagir avec le contenu téléchargé par le moniteur.

Le Cours de préparation au Test de citoyenneté propose aux candidats à la citoyenneté une vue générale de ce à quoi ils peuvent s’attendre lorsqu’ils effectueront leur examen de citoyenneté. Ce test est obligatoire pour toutes les personnes de 18 à 55 ans qui demandent à devenir citoyens canadiens. C’est la dernière étape avant de pouvoir participer à une cérémonie de citoyenneté.

J’étais heureux d’apprendre que le Musée élargissait la portée de ce cours jusqu’à inclure une option d’apprentissage en ligne. Le Musée est actuellement en train d’élargir l’étendue de sa programmation afin de mieux se représenter en tant que Musée canadien de l’immigration du Quai 21. Cette expansion du cours le rendra disponible à tous, sur l’ensemble du territoire canadien. La création d’un site d’apprentissage en ligne m’a fait réfléchir sur l’utilisation de l’internet dans la pédagogie d’aujourd’hui.

La valeur de l’intégration technologique est souvent mise en doute car encore trop souvent, on l’utilise comme une nouveauté plutôt que comme un outil d’apprentissage efficace. Toutefois, ne pas tenir compte des progrès technologiques et des façons de nous connecter les uns aux autres dans notre vie quotidienne est une erreur.

Je m’avancerai à dire que la majorité des personnes qui lisent ceci ont un appareil mobile en main ou à proximité. Ces appendices supplémentaires montrent notre besoin de nouvelles relations. Je ne parle pas seulement de la manière dont les relations sont façonnées ou formées par le biais de plateformes telles que les médias sociaux, mais de la relation que nous entretenons avec la technologie et l’internet lui-même.

Il faut bien reconnaître que ces relations peuvent nous aider à mieux définir les tâches que nous nous donnons comme éducateurs. Lorsque nous planifions et développons des occasions d’apprendre, une plateforme en ligne offre un cours à plus de personnes que le temps nécessaire au cours, sur place. Cela donne aux gens l’option de prendre des leçons par petites doses et à leur propre vitesse. Cela donne aussi l’occasion de participer à des activités et des questionnaires de revues qui peuvent renforcer leur rétention.

La plupart des gens passent au moins une partie de leur journée en ligne. Si on tient compte de cela, il faut reconnaître la valeur de rendre le temps passé en ligne productif. Quand on propose un environnement d’apprentissage en ligne, cela peut faciliter un accès en continu au matériel d’apprentissage, permettant à chacun d’apprendre lorsque c’est le mieux pour lui.

L’apprentissage en ligne doit être une option pour ceux qui le choisissent. La technologie devient souvent quelque chose que nous ajoutons à une expérience d’apprentissage ou une adaptation de celle-ci pour ceux qui en ont besoin. Nous devons continuer à réduire cet écart et commencer à faire de la technologie une partie intégrante de toute notre conception de l’éducation. Ne pas donner aux gens ce choix montre une certaine étroitesse quand il s’agit d’inclusion.

Souvent, j’entends dire que la technologie est un obstacle car il s’agit d’un autre support que nous devons apprendre avant que le contenu de ce que nous essayons d’enseigner puisse être construit par l’apprenant. Toutefois, cela est vrai pour tous les systèmes de livraison de contenu. Nous devons avoir un certain niveau d’alphabétisation avant de pouvoir décoder la connaissance des mots imprimés et nous devons avoir des notions de calcul avant de pouvoir accéder aux idées mathématiques.

Prendre tout cela en considération nous montre l’importance de l’éducateur comme celui qui aide l’apprentissage par la technologie. L’animateur est quelqu’un qui guide celui qui apprend, mais ce rôle doit être seulement ça, animer. Alors que nous redéfinissons notre rôle en tant qu’éducateurs, nous devons mieux apprendre à adapter nos propres expériences d’apprentissage pour les rendre plus accessibles par le biais d’une technologie.