Skip to the main content

Rien d’autre qu’une… brosse à dents !

Un porte-brosses à dents gris dans lequel se trouvent trois brosses à dents.

 

 

 

Comme adjointe à la conservation du Musée, j’ai la grande chance de plonger dans les abysses de ses collections historiques. Laissez-moi vous dire que chaque enquête est une véritable aventure et mes recherches m’aident à assembler les pièces du passé et à préserver l’histoire de notre pays.

Tout au long de ma carrière, j’ai eu le plaisir de travailler avec plusieurs collections de musées. Je suis toujours frappée par combien les choses les plus simples, que les gens prennent souvent pour acquises, renferment des histoires, représentent des témoignages et d’émotions et mettent en valeur l’innovation humaine. Si vous me le permettez, je voudrais partager un tel exemple.

Si vous êtes comme moi, votre brosse à dents se trouve généralement à côté de votre lavabo. Vous l’utilisez tous les jours, mais vous vous arrêtez rarement pour y accorder un temps de réflexion, sauf peut-être quand vous vous brossez activement les dents ou l’utilisez comme un microphone en vue de votre prochaine présentation ou soirée de karaoké.

Saviez-vous que différentes versions de la brosse à dents remontent aux temps anciens ? Lorsque la brosse à dents a pris une forme ressemblant à celle que nous connaissons aujourd’hui, elle avait des soies faites de poils de porc. Sa production de masse a été tout d’abord lancée en 1780 par William Addis. Heureusement pour nous, la révolution industrielle et l’invention de produits synthétiques nous a donné le nylon, qui a finalement remplacé le poil rugueux et piquant des porcs dans les années 1930.[1] La brosse à dents Doctor West’s Miracle Toothbrush est arrivée sur le marché de l’hygiène bucco-dentaire en 1938.[2]

Ici-même au Musée, nous n’avons pas de brosse à dents dans notre collection d’artéfacts, mais cela ne veut pas dire qu’elle a été effacée de notre mémoire historique. Comme musée axé principalement sur le numérique, nous nous concentrons sur la collecte des souvenirs de la nation à travers des histoires et nos collections débordent de références à la brosse à dents.

L’un des plus achalandés ports d’entrée du Canada pour les nouveaux immigrants entre 1928 et 1971, le Quai 21 a vu des gens de nombreux horizons passer par ses portes. Quand ils arrivaient, certains étaient mieux nantis que d’autres et les installations avaient sur place de nombreux employés et bénévoles pour offrir soutien et produits.

Un bon nombre des témoignages que nous avons recueillis font référence à ces bénévoles. Les sacs qu’ils distribuaient, contenant brosse à dents, dentifrice, bonbons, crème à raser et ustensiles, et que beaucoup d’immigrants recevaient dès le processus d’entrée complété, donnaient aux nouveaux arrivants comme Nikolaos Braiannis, arrivé au Canada en 1966, une occasion de se rafraîchir après une dure traversée transatlantique.

 

Nick en compagnie de sa mère et de son père. Ils sont debout sur la pelouse.

Nikolaos Braiannis et ses parents sont en Grèce et se préparent à partir pour le Canada, en 1965. Gracieuseté du Musée canadien de l’immigration du Quai 21.

 

Pour la bénévole Adelaide Waghorne, la brosse à dents lui rappellera toujours son travail, au Quai 21, dans les années ’50. Dans le cadre de ses fonctions, Adelaide était responsable de garnir les sacs de produits de soin destinés aux immigrants. Elle raconte ici pourquoi un certain jeudi, en particulier, a été plus passionnant que d’habitude :

« Tout d’abord, trois bateaux sont arrivés en même temps — l’un d’entre eux aurait dû entrer la veille. Deux transportaient principalement des passagers italiens et grecs, mais le troisième, le General Taylor, avait à son bord 95 baptistes, parrainés par l’Alliance baptiste mondiale. M. Kyle m’avait déléguée pour les recevoir, alors il les a identifiés et a retracé leurs bagages et me les a envoyés. Je suis simplement restée à mon stand, et ils ne cessaient d’arriver. J’étais totalement submergée. Je serrais des mains et distribuais aux femmes des sacs contenant débarbouillettes et savon, brosses à dents et dentifrice, peignes, etc.; aux hommes des cravates, et aux enfants du papier, des magazines et des jouets. À l’heure du souper, j’étais littéralement exténuée, mais que ces gens étaient adorables et quelles merveilleuses poignées de main m’ont-ils données. C’était passionnant ! »

Une femme âgée souriante assise dans une chaise.

Adelaide Maude Waghorn. Gracieuseté du Musée canadien de l’immigration du Quai 21, don de June McBruney.

 

C’est difficile à croire, mais la brosse à dents peut aussi ramener à l’esprit certains des moments les plus drôles de la vie. Le docteur G.M. Novotny nous raconte l’histoire d’un autre voyageur lors de son arrivée au Quai 21 :

« Nous avons atteint le Port d’Halifax le 26 décembre 1950 et c’est avec bonheur que avons mis pied à terre sur le fameux Quai 21… Chacun d’entre nous avait reçu une valise de l'IRO[3] (organisation de soutien aux réfugiés) avant le départ, mais [ce voyageur] l’avait acceptée malgré qu’il n’eût aucune possession à y mettre. Pour rendre la chose intéressante, il a fait semblant d’avoir à forcer pour transporter sa valise et la soulever pour inspection, pour finalement révéler qu’une simple brosse à dents en constituait le seul contenu. Malheureusement, les agents des douanes ne l’ont pas trouvé très drôle et le pauvre gars, un ancien facteur, s’est fait enguirlander. »

Une autre histoire amusante provient de la famille Dull. Tony Dull a rencontré sa future épouse à Toronto en 1959, mais en raison du moment et des circonstances, ils ont pris chacun leur chemin. Le couple s’est retrouvé et ils se sont mariés en Hollande en 1963 et ont immigré au Canada en 1964. Au Quai 21, ils ont été accueillis par un bénévole adorable qui ne savait pas que monsieur Dull parlait anglais :

« [Ils]... nous ont accueillis avec un petit sac en plastique gris muni d’un cordon et une note qui disait « L’Église Unie du Canada vous souhaite la bienvenue au Canada. » Il contenait un peigne, une brosse à dents, du dentifrice et une soupe pour le long voyage en train vers Toronto. Les bénévoles parlaient volontairement lentement pour accueillir tous ces nouveaux venus. Puis, Tony leur a lancé d’un seul trait : ‘Hey! Gee, thanks that’s just great!’ (Wow ! Super ! Merci, c’est merveilleux !)… Le bénévole était sidéré ! »

Comme vous pouvez le voir, même la plus simple des choses peut représenter une multitude de souvenirs et dans ce cas-ci, des souvenirs plutôt agréables. Avez-vous des souvenirs rattachés à une brosse à dents ? Peut-être avez-vous une autre histoire d’immigration au Canada que vous aimeriez partager. Nous aimerions bien l’entendre!


  1. British Association of Clinical Dental Technology (BACDT). “Origin of the Toothbrush author unknown: 2012,” ( L’origine de la brosse à dents, auteur inconnu, 2012) BACDT Directory, http://dentureprofessionals.org.uk/caring-for-your-dentures/origin-of-the-toothbrush/ (12 juin 2012).
  2. Researchers, Science Reference Services. “Who invented the toothbrush and when was it invented?: 23 August 2012.” (Qui a inventé la brosse à dents et quand a-t-elle été inventée? 23 août 2012) Library of Congress, http://www.loc.gov/rr/scitech/mysteries/tooth.html (12 juin 2012).
  3. International Relief Organization