Skip to the main content

Nouvelle année, nouvelles photos

Bonne année 2015! Le Musée célèbre le début de la nouvelle année par de la démolition et de la construction. Je vais aujourd’hui vous faire voir les grands changements qui nous sont advenus depuis la dernière fois que je vous ai écrit.

Salle Rudolph P. Bratty

Une grande salle dans laquelle deux drapeaux canadiens sont suspendus au-dessus de plusieurs rangées de bancs en bois et d'un bureau portant l'inscription Immigration.

En juillet 2014, la Salle Rudolph P. Bratty était entièrement occupée par notre exposition portant sur les années du Quai 21. Vous voyez ici une maquette du Quai 21, les bancs de la salle d’immigration et le bureau de l’immigration ainsi que (très vaguement) la proue de navire du Théâtre Andrea et Charles Bronfman.

Afin de remplacer les éléments d’exposition, les entrepreneurs ont dû démanteler toute l’exposition. Sur cette photo, vous pouvez voir que les bancs et la maquette ont été retirés, dégageant une vue très nette de l’entrée de l’exposition jusqu’au Théâtre Andrea et Charles Bronfman.

Une grande salle en cours de construction. Des outils, des boîtes et des appareils sont éparpillés sur le sol.

Faits saillants :

Avant la démolition, notre équipe des Expositions, collections et recherche a fait don des articles ne pouvant plus être utilisés à des organismes de la région. Les articles ayant été relogés comprennent des projecteurs, de l’éclairage, du matériel de sonorisation, des bancs et des présentoirs. Au total, 16 organismes ont bénéficié de notre programme de dons « nouveau pour vous ». Nous avons bien hâte de voir ce qu’ils feront de leurs « nouveaux » articles!

Des piles de planches qui ont été utilisées comme charpente.

Le démantèlement de notre wagon reconstitué a été un énorme travail. Après le débranchement des éléments électriques, nos entrepreneurs ont dû retirer la structure du train. Cette photo montre ce qui est resté après le retrait du train. Toute une masse de charpente!

Faits saillants :

Nous ne savions pas exactement ce qui se trouvait sous le train avant de le démolir. La structure originale du wagon a été installée en 1999 sur une base scellée posée sur le plancher de béton. À l’étape de la planification, l’équipe se demandait si le plancher sous le train était complété et si nous devrions couler et sceller du béton, ce qui aurait constitué une coûteuse et longue addition au projet. Heureusement, le plancher de béton était complet et une fois le wagon retiré, nous nous sommes retrouvés avec ce qui semblait un plancher tout neuf! Nous avons été moins chanceux dans la Salle Kenneth C. Rowe. Détails ci-après.

Une fois le train et les éléments d’exposition retirés, les entrepreneurs ont dû faire face à la lourde tâche de recycler et d’éliminer les débris.

Comparaison avant et après d'une pièce. Une photo montre de la construction et l'autre montre l'endroit une fois la construction presque terminée.

Après le tri des matériaux (vous vous rappelez les 3 R?), les plus gros morceaux de débris ont été retirés en premier. Les entrepreneurs en ont chargé autant qu’ils ont pu sur des chariots et ont transporté les matériaux jusqu’à la chute à rebuts du deuxième étage (où se trouvent les espaces d’exposition) jusqu’à un camion garé dans le stationnement en-dessous. Une fois les camions remplis, ils ont emporté les matériaux à recycler, ou si ceux-ci ne pouvaient être réutilisés, jusqu’au site d’enfouissement.

Un espace parfaitement propre! Pouvez-vous identifier toutes les différences d’avec la première photographie ?

Une grande pièce vide où la façade d'un navire se trouve en arrière-plan.


Salle Kenneth C. Rowe et le Pavillon Chrysler Canada

Les changements ont été encore plus spectaculaires dans la Salle Kenneth C. Rowe et le Pavillon Chrysler Canada actuels !

Le mois de juillet 2014 a été un mois de prédilection pour les mariages et activités de jour.

Une table de banquet joliment décorée est installée sur une scène. Des tables rondes décorées sont installées sur le plancher et des drapeaux du monde entier sont suspendus au plafond.

Le démantèlement de la scène a commencé par la démolition des murs de scène et des accès au plancher scénique. Comme pour le wagon, notre équipe ne savait pas avec certitude ce que l’on trouverait sous la scène, une fois celle-ci retirée. Le plancher de contreplaqué a été retiré permettant d’y découvrir une bonne isolation. Entre l’isolation et le plancher se trouvaient des blocs de mâchefer supportant la scène. Ce n’était pas une grande surprise jusqu’à ce que nous constations l’énorme quantité de blocs utilisés…

Une photo avant et après de la même pièce. La photo montre le plancher de ciment intact, puis les blocs de ciment qui sont empilés très haut.

Si vous aviez voulu installer un éléphant (ou un avion) sur la scène, vous auriez probablement pu le faire !

Une grande pièce démolie où se trouvent des tonnes de briques, des matériaux en métal et des rubans sur lesquels se trouve l'inscription attention.

La démolition de la scène englobait le retrait des murs contigus au Hangar 22 (notre espace d’expansion). Vous pouvez voir ici l’ensemble des blocs de mâchefer utilisés pour soutenir la scène et apercevoir l’espace d’agrandissement.

Une grande pièce démolie où se trouvent des tonnes de briques et des matériaux en métal.

Contrairement à celui du wagon, le plancher sous la scène était le mélange original d’acier et de béton datant de l’époque où le hangar était d’abord utilisé pour décharger les navires. Une fois les blocs de mâchefer retirés (y compris le demi-mur que vous voyez sur cette photo), un nouveau plancher sera coulé jusqu’au niveau du plancher actuel.

L'intérieur d'une grande pièce où des hommes au travail sont affairés.

La charpente de la nouvelle Salle Kenneth C. Rowe a été installée et les cloisons sèches commencent à s’élever.

Une plate-forme élévatrice à ciseaux rouge installée au milieu d'une grande pièce.

Pour atteindre le plafond, plusieurs plateformes élévatrices à ciseaux étaient sur les lieux.

Faits saillants :

Après un examen rigoureux et une inspection par un ingénieur en structures, nous avons découvert que le plancher de béton et d’acier du deuxième étage pourrait supporter le poids d’un train! Nous avons utilisé jusqu’à 20 plateformes élévatrices à ciseaux simultanément (pesant chacune environ 5 000 livres!) dans la future Salle d’Histoire canadienne de l’immigration!

Nous devons adresser toutes nos félicitations à notre entrepreneur général et à toutes les personnes qui ont travaillé en coulisse. Le projet avance bien grâce à la coopération et au travail d’équipe entre les corps de métier. Je prévois partager avec vous très bientôt encore plus de photos et d’informations!