Skip to the main content

Assemblée publique annuelle 2021

Longueur 0:22:40

TRANSCRIPTION :

Robert Vineberg, Président:

Bonjour tout le monde.

(Traduit de l'anglais)
La vidéo que vous venez de regarder provient de notre expérience Contributions en ligne. Elle illustre l’impact continu que les familles immigrantes ont sur leurs communautés canadiennes. Ce contenu complète les récentes mises à jour de l’exposition sur L’histoire de l’immigration canadienne, qui rend hommage à l’immense contribution qu’ont apportée les immigrants à notre pays.

Au nom du conseil d’administration et de tout le personnel, j’aimerais vous souhaiter la bienvenue à notre dixième réunion publique annuelle. Comme l’année dernière, en raison de la COVID-19, nous organisons notre réunion publique annuelle en ligne. Cela a l’avantage, cependant, d’en élargir l’accès à beaucoup plus de gens, à travers le pays.

(Traduit de l'anglais)
Aujourd’hui, nous vous parlons en direct du Musée canadien de l’immigration du Quai 21 à Halifax, et je m’adresse à vous du Musée canadien des droits de la personne, situé dans ma ville natale de Winnipeg. Dans cette optique, j’aimerais mentionner que Winnipeg se trouve sur le territoire du Traité 1, les terres d’origines des peuples Anishnaabeg, Cris, Oji-Cris, Dakota, et Déné, et dans la patrie de la nation métisse. Je tiens également à souligner que le Quai 21 est situé dans la région de Mi’kma’ki, le territoire ancestral et non cédé du peuple Mi’kmaq. Nous sommes tous des gens de traités, et nous sommes chanceux de partager cette terre que nous appelons le Canada.

Le Musée canadien de l’immigration recueille, préserve et partage les histoires des voyages et des arrivées, de l’établissement et de l’impact.

(Traduit de l'anglais)
Aujourd’hui, nous faisons le bilan de la période de douze mois débutant le 1er avril 2020, soit 18 jours seulement après que l’arrivée de la pandémie ait fermé nos portes. C’était, on peut dire, une année inhabituelle : une année de changements radicaux dans la vie des gens, une année marquée par une tragédie majeure dans la province du Musée, la Nouvelle-Écosse, et une année de prise de conscience sur la réalité du racisme systémique dans nos sociétés et nos institutions. C’est aussi une année qui a fait ressortir certaines de nos meilleures qualités. Nous avons pris soin les uns des autres, nous nous sommes adaptés et nous avons innové pour maintenir nos communautés et notre payes face à des problèmes considérables. Au Quai 21, nous avons maintenu vivace la mission du Musée, et nous avons fait preuve de résilience. Nous avons également commencé à accueillir de nouveau des visiteurs et touristes au Musée.

Aujourd’hui, ce processus de réouverture et de rétablissement est en bonne voie. Nous avons hâte d’accueillir des visiteurs du monde entier et en grand nombre dans notre bâtiment physique. De plus, nous poursuivrons bon nombre des initiatives numériques auxquelles nous avons eu recours pendant la pandémie et qui nous ont permis de continuer à servir la mission du Musée à l’échelle nationale.

(Traduit de l'anglais)
Je tiens à reconnaître et à remercier tous ceux qui ont travaillé pour que la mission du Musée reste non seulement vivante, mais aussi florissante pendant cette période.

Nous ne pourrions pas faire connaître ces histoires sans le généreux soutien du gouvernement du Canada.

(Traduit de l'anglais)
Et dans une année où les recettes des admissions, des locations, et de notre Boutique ont été profondément affectées, nous sommes reconnaissants d’avoir bénéficié d’un financement spécial lié à la COVID-19 de la part du gouvernement fédéral. Nous tenons également à remercier les nombreux donateurs individuels, d’entreprise, et de fondations qui ont maintenu leur engagement pendant cette période de turbulence et qui continuent à nous soutenir aujourd’hui.

(Traduit de l'anglais)
Votre généreux soutien permet au Musée d’offrir des programmes et des expériences qui incitent à la réflexion à nos visiteurs de tous âges.

Nous vous remercions pour les briques que vous avez achetées, les adhésions au Club du Quai 21, les programmes que vous avez commandités et tout ce que votre générosité rend possible au Musée canadien de l’immigration du Quai 21.

(Traduit de l'anglais)
Je tiens aussi à remercier tout particulièrement les donateurs qui se sont joints à nous pour cet appel aujourd’hui.

(Traduit de l'anglais)
J’ai le plaisir de rendre hommage au personnel, aux bénévoles, et à l’équipe de direction du Musée, dirigée par Marie Chapman, notre chef de la direction.

Félicitations à vous tous et toutes, et merci infiniment.

(Traduit de l'anglais)
Enfin, je tiens à saluer personnellement le travail de nos administrateurs. Votre engagement et votre intendance servent le Musée à merveille. Ensemble, le personnel, la direction, et le conseil d’administration donnent vie à notre vision, qui consiste à relier les Canadiens et Canadiennes à l’histoire d’immigration passée et présente. Merci. Miigwech.

(Traduit de l'anglais)
Je donne maintenant la parole à notre chef de la direction, Marie Chapman.

Marie Chapman, Chef de la direction

(Traduit de l'anglais)
Merci Rob. Merci aussi pour votre direction indéfectible et votre soutien envers le Musée.

(Traduit de l'anglais)
Le mandat du Musée est d’explorer le thème de l’immigration au Canada afin d’améliorer la compréhension du public sur ce que vivent les immigrants arrivant au Canada, le rôle vital que joue l’immigration pour la croissance du Canada, et les contributions que les immigrants offrent à la culture, à l’économie, et au mode de vie du Canada.

(Traduit de l'anglais)
Je me trouve dans la section des Contributions, récemment rénovée, de la Salle sur l’immigration canadienne. Derrière moi se trouve une carte du monde sur laquelle les visiteurs peuvent ajouter leur histoire de leur voyage au Canada.

(Traduit de l'anglais)
J’ai certaines de mes histoires préférées qui j’ai choisi pour vous lire aujourd’hui. « Mes parents étaient les Boat People de Viêt-nam. Mon père a presque été échoué en mer – il est arrivé en mars sans vêtements d’hiver. Ils sont là, comme moi aussi, uniquement parce que le Canada accueillait les réfugiés à l’époque. » « Mon papa est arrivé au Canada en 1990 à l’âge de 14 ans. Aujourd’hui il travaille en immigration. » « Mon mari et moi sommes déménagés de Brésil au Canada en 2016. La semaine prochaine, nous prêterons le serment de citoyenneté pour devenir les canadiens! »

En tant que musée d’histoires, nous recueillons des histoires orales et des récits personnels. Les histoires que nous partageons ne sont pas uniquement celles du quelque million d’immigrants qui sont passés par la porte d’entrée du Canada au Quai 21. Elles représentent également la diversité des nouveaux arrivants qui ont choisi de s’installer au Canada, des premiers contacts à aujourd’hui.

(Traduit de l'anglais)
Le Musée a été fermé au public pendant une bonne partie de l’année financière 2020-2021. Même lorsque nous étions ouverts, la fermeture des frontières et les restrictions de voyage ont fait en sorte que nous avons accueilli moins de visiteurs en personne. Mais, comme tant d’autres organisations, nous nous sommes adaptés et nous avons innové pour continuer à remplir la mission du Musée.

(Traduit de l'anglais)
Avec l’aide d’un don important de la part de Beatrice Crawford et de sa famille, nous avons lancé nos nouvelles excursions virtuelles, une offre numérique qui nous permet non seulement de rester accessibles aux groupes scolaires, mais aussi d’étendre notre champ d’action, de sorte qu’il est aussi facile d’atteindre des élèves de la Colombie-Britannique ou du Nunavut que nos voisins de Truro, en Nouvelle-Écosse.

Notre programmation publique est passée d’une programmation sur place à une programmation en ligne, offrant notamment des événements pour la Semaine d’éducation sur l’Holocauste, le Mois du patrimoine africain et la fête du Canada. Quand les règles de santé publique le permettaient, nous avons également organisé des programmes sur place, notamment le lancement du livre de John Tattrie, intitulé « Peace By Chocolate: The Hadhad Family’s Remarkable Journey from Syria to Canada », et nous avons une fois de plus participé à Nocturne, l’expérience artistique annuelle de la ville d’Halifax.

Le Centre d’histoire familiale Banque Scotia, qui aide les gens à faire des recherches sur l’histoire de l’arrivée de leur famille au Canada, est resté actif, répondant aux demandes en ligne.

(Traduit de l'anglais)
Notre programme « Bienvenue chez vous au Canada », par lequel nous embauchons des immigrants récemment arrivés pour leur permettre d’accéder à un emploi permanent d’importance au Canada, s’est poursuivi, bien qu’avec des chiffres inférieurs en raison des exigences de distanciation physique dans nos bureaux.

(Traduit de l'anglais)
Notre projet le plus remarquable de l’année dernière a été l’achèvement de l’installation physique d’une expérience multimédia immersive, offrant un écran incurvé de 45 pieds de long dans l’exposition sur l’histoire de l’immigration canadienne. Lors des temps difficiles, nous cherchons les rayons de soleil. Le moment choisi pour effectuer cette installation en était un. Nous avons eu beaucoup de chance, car nous avions déjà prévu de fermer nos portes pour ce projet. Lorsque nous avons rouvert nos portes en avril, nous étions reconnaissants de voir les visiteurs faire l’expérience de ce contenu inspirant et s’y intéresser comme nous l’avions espéré.

Entre temps, notre deuxième exposition itinérante, Refuge Canada, a été présentée à Nanaimo, Lethbridge, et Kingston , avec le généreux soutien du Groupe Banque TD, nous aidant ainsi à étendre la portée du Musée à travers le pays.

(Traduit de l'anglais)
Nous nous sommes associés au projet Chyssem pour recueillir des histoires orales tibéto-canadiennes, marquant 50 ans d’immigration tibétaine au Canada. Collaborer avec des intervieweurs et intervieweuses issus de la communauté tibétaine-canadienne nous a permis d’ajouter de nouvelles histoires provenant de personnes sous-représentées.

(Traduit de l'anglais)
Notre équipe travaille d’arrache-pied pour préparer les prochaines expositions, notamment L’univers de Yousuf Karsh : une exposition spéciale qui met en vedette des portraits du célèbre photographe arméno-canadien. Elle présente plus de 100 images de figures majeures du 20e siècle, dont la contralto africaine néo-écossaise Portia White, acclamée par la critique. Elle ouvrira ses portes en mars 2022, en collaboration avec le Musée des Beaux-Arts de Montréal, et j’ai hâte de la partager avec vous.

(Traduit de l'anglais)
Le Musée a produit la deuxième saison de nos balados, Countless Journeys, et D’innombrables voyages, deux émissions distinctes, une dans chaque langue officielle, inspirées par notre thème des contributions. De Sonja Bata à Jacques Bobat, en passant par Trey Anthony et Wally Buono, vous en apprendrez davantage sur les histoires étonnantes de certains Canadiens et Canadiennes que vous connaissez déjà, et vous en découvrirez d’autres.

L’animatrice Kim Thúy est revenue pour sa deuxième saison D’innombrables voyages, et Paolo Petropaolo a repris les rênes pour la deuxième saison de Countless Journeys. Et au moment où je vous parle, la troisième saison est en cours de production. Vous pouvez la trouver sur votre plateforme de balados préférée.

Une autre étape importante a été la publication du livre Quai 21 : Une histoire par les historiens du Musée Steven Schwinghamer et Jan Raska. Il était gratifiant que les efforts de plusieurs années de recherche et de travail acharné soient si bien accueillis.

(Traduit de l'anglais)
En décembre dernier, le Musée a été certifié par le programme de certification d’accessibilité de la Fondation Rick Hansen, qui vise à améliorer l’accessibilité de l’environnement bâti au Canada. L’accessibilité de notre bâtiment, presque centenaire, pour tous nos visiteurs reste une priorité.

(Traduit de l'anglais)
Sur le front de la philanthropie, comme tant d’autres, nous avons ressenti le poids de la COVID-19 et son impact sur notre capacité à faire des collectes de fonds. Pourtant, comme l’histoire nous l’a souvent montré, c’est dans les moments d’adversité que nous pouvons unir nos forces et s’entraider. La pandémie a incité notre équipe à trouver des moyens créatifs de rester en contact avec la population canadienne à travers le pays. Et tout comme notre personnel et nos bénévoles se sont montrés à la hauteur du défi, nos donateurs étaient également de la partie.

(Traduit de l'anglais)
Bien que nous ayons dû annuler, et reporter, et reporter encore, nos collectes de fonds pour l’année, nos donateurs ont quand même montré leur soutien en faisant des dons au lieu d’assister à des événements et de les commanditer. Beaucoup de nos donateurs ont continué à donner, et certains ont donné encore plus.

Merci aux membres du Club du Quai 21 pour leurs dons de leadership et à tous nos donateurs pour avoir continué à montrer leur soutien par des dons annuels, des briques sur nos murs, et bien plus encore. Nous sommes très reconnaissants pour la générosité et de la gentillesse dont vous faites preuve. C’est ce qui a fait et continue de faire toute la différence, ce qui nous aide à partager encore des histoires d’espoir, d’amour, et de courage alors même que nous en avons le plus grand besoin.

(Traduit de l'anglais)
Le Mur d’hommage Wadih M. Fares est un mur de donateurs établi pour les organisations, les consulats, et les ambassades qui souligne comment leurs communautés a contribué à la culture, à l’économie, et au mode de vie du Canada. Cette année, Bassam Nahas a dédié une nouvelle plaque aux Shriners Philae de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard, une organisation dont il a été le premier potentat libano-canadien.

(Traduit de l'anglais)
Le Musée a également reçu un nouveau don majeur de Wadih M. Fares, un donateur de longue date et champion du Musée. Ce soutien est crucial pour notre rétablissement. Chaque fois qu’on l’interroge au sujet des contributions qu’il fait au Musée, Wadih fait humblement référence au célèbre poète libanais Khalil Gibran : « Mon cœur m’a dit de donner, parce que j’ai tant reçu. » Merci à vous, Wadih, de donner au suivant. Vous êtes un exemple éminent de la façon dont les immigrants enrichissent notre pays au quotidien.

(Traduit de l'anglais)
Nous sommes également extrêmement reconnaissants pour le soutien continu de la RBC, de la R. Howard Webster Foundation et de la Banque Scotia, qui nous aident à financer des programmes destinés respectivement aux jeunes, aux nouveaux arrivants, et aux bénévoles, qui enrichissent l’expérience des visiteurs et qui donnent plus de pertinence et de sens aux histoires que nous partageons.

Merci encore à tous nos donateurs, à nos partenaires et au gouvernement du Canada de nous aider à partager les innombrables voyages qui ont amené tant d’entre nous dans ce pays, afin qu’ensemble nous puissions construire un Canada plus fort.

(Traduit de l'anglais)
J’ai hâte de vous revoir au Musée bientôt. Ne manquez pas l’occasion de voir en personne les portraits que Karsh a réalisés de certaines des figures les plus emblématiques du 20e siècle.

(Traduit de l'anglais)
Avant de passer à la séance de questions de notre réunion publique annuelle, je voudrais terminer par une vidéo que nous avons créée pour la fête du Canada 2020, à un moment où tant d’entreprises et d’institutions étaient fermées. Elle témoigne de notre détermination collective à continuer et à aller de l’avant avec nos partenaires. Cette vidéo nous rappelle ce moment, et à quel point nous étions unis, même si nous étions forcés de rester séparés. Alors que nous nous réjouissons de la reprise en cours, les paroles et l’esprit de cette vidéo sont tout aussi pertinents aujourd’hui.

Re-bonjour. Nous avons reçu quelques questions avant le début de cette réunion et nous allons maintenant y répondre. S’il n’y a pas d’autres questions, je vous remercie d’avoir pris le temps de vous joindre à nous aujourd’hui. Au revoir.